Livre de Jean d'Ibelin

ReadAboutContentsHelp

Pages That Need Transcription

Untitled Page 1
Indexed

SOMMAIRES DU LIVRE DE JEAN D'IBELIN

CE SONT LES RUBRICHES DOU LIVRE DES ASSISES ET DES USAGES DOU ROIAUME DE JERUSALEM , LE QUEL LIVRE FIST LE BON JOHAN DE YBELIN CONTE DE JAPHE ET D' ESCALONE ET SEIGNOR DE RAMES l .

I. 2 Ci comence le livre des assises et des bons usages dou roiaume de Jerusalem , qui furent establis et mis en escrit par le duc Godefroi de Buillon qui lors par comun acort fu esleu à roi et à seignor doudit roiaume, et par l'ordenement dou patriarche de Jerusalem qui lors primes fu esleu et sacré, et par le conseill des autres rois et princes et barons qui après le duc Godefroi furent. II. Coment le duc Godefroi establi deus cours seculiers : l'une, la Haute Court, de quoi il fu gouverneor et justisier; et l'autre, la Court de la Borgesie, laquelle est apelée la Court dou Visconte. III. Coment les assises et les usages dou roiaume de Jerusalem furent par pluisors fois amendées par le duc Godefroi et les autres rois et seignors qui après lui furent. IV. Coment le peuple des Suriens vint devant le roi dou roiaume de Jerusalem et li proierent et requistrent qu'il fucent menés par 1'usages des Suriens. V. Coment le chief seignor dou roiaume de Jerusalem et les autres barons et homes qui ont court et coins et justise , doivent savoir les assises et les usages dou roiaume. VI. Ci dit où li roi de Jerusalem doit estre coronés et qui le doit corroner. VII. Coment l'en doit le roi corroner et quel sairement il fait au patriarche et le patriarche à lui, et coment il doit torner dou Sepulcre. VIII. Ci dit quel doit estre le chief seignor dou roiaume de Jerusalem, soit roi ou autre, et toz les barons et seignors dou dit roiaume qui ont cort et coinz et justise. IX. Ci dit quels doivent estre les homes qui sont juges en la Haute Court. X. Ci dit de quel maniere doit estre le plaideor. XI. Coment et por quoi et de quoi l'on doit demander conseill de court. XII. Qui demande conseill, qu'il doit demander à son conseil. XIII. Coment on doit demander conseill , si que celui que on demandera à conseill ne puisse de celle quarelle conseillier son aversaire. XIV. Por quoi l'on peut demander conseill de cort par esgart. XV. Por quoi l'on peut demander conseill sans esgart. XVI. A qui l'on ne peut doner conseill de court se son aversaire le contredit. XVII. As quel genz le seignor ne peut ni ne doit veer conseill de court. XVIII. A qui le seignor doit doner conseill de court, quant on li requiert. XIX. Quel diference a entre ce que seignor retient home à son conseill et à sa parole garder. XX. Coment le seignor doit retenir home à son conseill , et coment à sa parole garder. XXI. Coment et por quoi doit le seignor retenir home à sa parole garder. XXII. Coment l'on doit plaideer en la Haute Court. XXIII. Por qui l'on peut plaideer en la Haute Court. XXIV. Des quels choses l'on ne doit plaideer en la Haute Court. XXV. Por qui l'on peut plaideer contre son seignor et encontre son home. XXVI. Quel doit estre le bon plaideor, et qu'il li covient à faire , et de quoi il le covient garder el plait.

1 Cette indication n'existe pas dans les autres manuscrits , ni dans l'édition de la Thaumassière. — 2 Les numéros de ces rubriques sont placés, dans les manuscrits, à la suite des titres; mais il nous a paru plus convenable de les mettre en tête.

Digitized by Google

Last edit 4 months ago by MBrunsdon
Untitled Page 2
Indexed

10 SOMMAIRES DU LIVRE DE JEAN D'IBELIN.

XXVII. Quel chose doivent savoir ciaus qui s' entremetent de plaideer à la Haute Court du 1 roiaume de Chypre et à celle de Jerusalem XXVIII. Que doit faire celui qui est à conseill d'autre et viaut dire la force de la parole et seoir à l'esgart. XXIX. Qui se viaut clamer d'ome ou de feme qui est present en court, coment il le doit faire. XXX. Quant home ou feme de qui l'on se viaut clamer n'est en la court, coment l'on ce doit clamer de li. XXXI. Que doit faire celui qui est droiturier et loial , quant on li requiert aucune chose , ou quant on se claime de lui. XXXII. Quant jors l'on a de respondre au noviau claim, quant assize ne tolt le jor. XXXIII. Quantes fuites principaus il y a en plait, et quels elles sont. XXXIV. Coment l'on deit plait fuir par la premiere fuite principau de plait. XXXV. Coment l'on deit plait fair par la segonde fuite principau de plait. XXXVI. Coment l'on deit plait fair par la tierce fuite principau de plait. XXXVII. Coment l'on peut longuement plait fuir. XXXVIII. Ci dit quant la carelle est d'irritage qui est dedenz ville, coment l'on se deit defendre. XXXIX. Ci dit que por teneure que l'on face de irritage de mermiau ne li griege. XL. Ci dit que por teneure que l'on face d'irritage de fors paysé ne li griege. XLI. Coment l'on deit demander jor, quant l'on viaut plait foyr. XLII. Coment le requerant se deit garder que le fuiant nait pluisors esgars et après ait le jor. XLIII. Qui viaut plait foyr, coment il deit demander jor à claim de quei assise tolt le jor. XLIV. Coment le requerant se deit garder que le fuiant n'esloigne le plait par demander jor. XLV. Coment le requerant deit le plait abregier. XLVI. Que deit faire celui qui viaut tost son plait ataindre. XLVII. Qui viaut plait ataindre, coment il deit piaideer, se le fuiant fait par la premiere fuite principau de plait. XLVIII. Coment l'on deit plait ataindre, quant le fuiant fait par la segonde fuite principau de plait. XLIX. Se le fuiant fait par la tierce fuite principau de plait , coment l'on le deit ataindre. L. Coment l'on deit demander jor à toz les claims que l'on fait de lui en cort, mais que à ciaus de quei l'on est ataint qui ne respont sanz jor demander. LI. Quant aucun se claime d'autre et il demande jor et l'a par court , por quei l'un et l'autre deit metre en escrit le claim tel come il a esté. LII. Quant les parties sont ajornées par court, coment et por quei chascun deit demander au seignor où il comande que il garde son jor. LIII. Quant les parties sont ajornées par court et il gardent bien leur jor si come il deivent, coment le clamant deit renoveler son claim. LIV. Quant l'on garde son jor que l'on a par court, et le clamant clame si come il autrefois c est clamés [2] , coment le fuiant deit respondre. LV. Celui de ciaus qui est ajorné par court garde son jor si come il deit, et l'autre ne le garde ne contremande si come il deit, que celui qui garde son jor deit dire et faire. LVI. Quant l'on vient garder son jor el leuc où l'on est ajorné par court, et l'on ne treuve le seignor ne home qu'il ait establi en son leuc, que l'on deit dire et faire. LVII. Quant genz sont ajornés par court et il gardent leur jor, si come il deivent, et il ne treuvent home devant qui le defendant seit tenus de respondre, et le clamant se claime à un autre jor après, tot ensi come il autrefeis c'est clamés : que le fuiant peut respondre. LVIII. Quant genz sont ajornés par cort et il gardent leur jor si come il deivent, et le seignor ne viaut cel jor entendre à oyr le plait, qu'il lor deit dire et qu'il li deivent respondre. LIX. Qui est ajorné par court et il viaut son jor contremander [3] , coment il le deit contremander et par quans et par quels homes. . LX. Qui est ajorné par court et il muet à orre et à tens por venir garder son jor, et il a tel essoine ou chemin que il ne peut aler son jor garder, coment et par qui il le peut contremander.

[1] D. E. De. a. Dou. b. t. — [2] Si come il autrefeis c'est clamés, se trouve dans B.D.E., et manque dans A. Et le clamant se clame à unj autre jour après, tout auci com il autrefois s'est clamés. T. — [3] B. D. E.T.. Garder. a.

Digitized by Google

Last edit 4 months ago by MBrunsdon
Untitled Page 3
Complete

SOMMAIRES DU LIVRE DE JEAN D'IBELIN. 11

LXI. Por quei home de qui l'on se claime en court où il est present ne se deit partir de la court sanz respondre au claim ou demander jor. LXII. Por quei celui à qui l'on met sus mallefaite en court ou à qui l'on requiert aucune chose , il deit respondre ou neer la, se l'on l'offre à prover 1 . LXIII. Coment et por quei celui à qui l'on met sus mallefaite en court et il la née et l'on ne li euffre à prover ainz que la court s'en parte , l'on ne li peut riens demander. LXIII bis. Ci dit que chascun sage doit mout eschiver plait à son pooir, et sur que tout à son seignor plus que à autres. LXIV. Que l'on deit dire et faire qui viaut recouvrer saisine de ce de quei l'on l'à dessaisi. LXV. En quel cas force de Turs tolt saisine , et en quel cas elle ne la tolt. LXVI. Quant le plaideor deit acuillir la preuve à sei et quant doner à son aversaire , et coment l'on deit prover la negative. LXVII. Coment l'on se deit defendre d'acuillir la preuve à sei , quant son aversaire viaut que il preuve à sien ce que il a et tient come sien. LXVIII. Coment et por quei et par qui l'on deit prover en la Haute Court. LXIX. Coment l'on deit estre garni de previlege ou de recort de court. LXX. Qui viaut prover par garenz , quels et quanz ces garenz deivent estre. LXXI. Quel genz ne pevent porter garentie en la Haute Court. LXXII. Que deit faire celui contre qui l'on viaut prover par previlege 2 . LXXIII. Quant l'on viaut prover aucune chose par recort de court, que celui deit dire et faire contre qui l'on viaut ce prover. LXXIV. Coment l'on deit garenz enpeescher, et coment rebuter, et coment torner. LXXV. Quant chevalier porte garantie contre home qui n'est chevalier, coment il le peut rebuter ou torner. LXXVI. Quel terme l'on a d'amener ces garenz , selon le leuc que l'on les a voués. LXXVII. Quant l'on a amenés ces garenz à court, que l'on deit dire et faire, et que les garanz deivent dire et faire à la garantie porter 3 . LXXVIII. Por quei le garent vif peut porter garentie por le mort, et coment il la deit porter. LXXIX. Qui conut devant gent qu'il deit à aucune persone dette ou qu'il est son plege ou que il ait autres covenans à lui, et celui à qui il dit que il est dune des dittes choses tenus n'est là present, se la ditte conoissance li deit valeir. LXXX. Des quels choses l'on se peut clamer par l' assise de quei assise tolt le jor. LXXXI. Des quels choses l'on ne se peut clamer par 1'assise ou par 1' usage de aerdre sei de bataille. LXXXII. Quels genz pevent faire apiau de murtre à qui l'on est tenus de respondre. LXXXIII. Quant l'on deit plaideer de murtre soutilment 4 , et quant selonc le cors usé. LXXXIV. Quel soutillance il a en plait de murtre. LXXXV. Quel chose est murtre, et por quei l'on le deit saveir; et que deit faire et dire celui qui viaut faire apiau de murtre. LXXXVI. Que deit faire celui qui le murtre a presenté à court , ce il seit que le murtrier est aresté. LXXXVII. Qui viaut faire apiau de murtre, et le murtrier est present en la court, que il deit faire et dire quant il l'apelle. LXXXVIII. Quant l'on viaut faire apiau de murtre par champion , coment on le deit faire. LXXXIX. Qui est, en fers ou en liens, amené en la court, et on se claime de lui de murtre ou d' aucune autre mallefaite, qu'il deit dire au seignor ains que il responde. XC. Qui viaut faire apiau de persone qui ait esté tué autrement que en murtre , qu'il deit faire por metre sei en dreis gages. XCI. Quant on se claime de murtre et il a joint 5 homecide o le murtre, coment 1'apeleor s'en peut partir sanz bataille. XCII. Se aucun apelle autre de murtre, et il n'est de ciaus vers qui l'on se peut defendre de respondre , coment l'on se deit defendre. XCIII. Coment et por quei 1'apiau d'omecide est grief à mener à bataille , se le defendant s'en seit garder ; et coment l'on le deit faire , et coment l'on se deit garder.

1 Se l'on l'offre à prover. B.D.E.T. manque dans A. — 2 B. Garentie. A.D.E.T.. — 3 D.E.T. Les mots et que les garanz, etc. manquent dans A. — 4 B.D.E.T. manque dans A. — 5 Joint au claim. B.

Last edit 4 months ago by MBrunsdon
Untitled Page 4
Complete

12 SOMMAIRES DU LIVRE DE JEAN D'IBELIN.

XCIV. Coment il peut aveir pluisors batailles dun home ocis [1] qui a pluisors cos. XCV. Quant l'on apelle home de trayson, et elle n'est aparant, et il s'en euffre à defendre de son cors contre le sien et tent son gage , coment et quant le seignor peut la bataille desfaire. XCVI. Quant l'on apelle home de trayson, et elle n'est aparant, et il ne se viaut à lui aerdre, coment il le deit faire. XCVII.. Coment et de quei la trayson est aparant. XCVIII. Qui viaut faire apiau de trayson , coment il le deit faire. XCIX. Coment il peut aveir bataille d'atraire [2] contre son seignor chose qui à son fié ne seit. C. Qui viaut apeler home de chose que il ait atraite à son fié contre son seignor, coment il le deit faire. CI. Coment totes manieres de champions, deivent estre armés à bataille faire, quant il se vont poroffrir à cort por bataille faire [3] . C1I. Coment chevaliers deivent estre armés qui se combatent por murtre, et coment por autre carelle [4] , et coment il se deivent venir poroffrir, et où et à quel orre. CIII. Qanz jors l'on a la bataille faire après ce que les gages sont donés et receus. CIV. Coment on deit apeler home de rap [5] . CV. Qui apelle feme de chose en quei il y a bataille, et elle a baron, coment son baron la peut defendre; et coment, c'il ne la viaut defendre, elle se peut defendre par un autre. CVI. Quel genz se pevent defendre par champion. CVU. Qui se claime de force et ne l'eulfre à prover, por quei celui de qui l'on se claime n'est tenuz de neer la [6] . CVIII. Coment totes manieres de genz, autres que chevaliers, qui gagent bataille, deivent estre armés à la bataille faire. CIX. Que les seignors deivent faire quant pere et fiz ou deus freres tendent leurs gages l'un contre 1'autre. CX. Qui viaut la court fausser, qu'il deit faire dire; et qui la fauce en dit, coment et por quei toz les homes de la Haute Court la deivent aleauter. CXI. Coment les assises deivent estre tenues et maintenues fermement en totes choses, et coment les usages. CXII. Quel est l'assise de beste restive, et coment l'on se deit clamer. CXIII. Quel est l'assise de cop aparant, et coment l'on se deit clamer. CXIV. Quel amende deit faire celui, par assise, de qui l'on se claime de cop aparant, ce il ne le née, et à qui. CXV. Quel est 1'assise dou chevalier qui deit dette et la conut [7] , et l'on la li preuve, et il n'a de quei paier la. CXVI. Quel est l'assise d'autre que de chevalier, quant il couut dette en court, ou vers qui l'on la preuve. CXVII. Coment l'on se deit clamer de plegerie. CXVIII. Que deit faire celui qui est plege vers autre , et il en [8] est membrant. CXIX. Quels est l'assise de la chose prestée que l'on pert. CXX. Quant on dit à home quil est son plege , et il le née , que celui vers qui l'on est plege deit faire. CXXI. Quant home dit à autre que il est son plege, et celui dit que il n'en est [9] mie membrant. CXXII. Coment l'on deit faire que plege par fassise ou 1'usage dou reiaume de Jerusalem. CXXIII. Quant home demande gage à son plege , et il dit : « Faites me [10] membrant que je sui vostre a plege, et je le voz donrai; » que l'on deit dire et faire. CXXIV. Se gage de plege est vendu por plegerie, quant il se peut clamer de celui por qui le gage est vendu. CXXV. Se qui est le sairement de la value dou gage qui est vendu por plegerie. CXXVI. Por quei home qui est semons dou servise que il deit n'est tenus de faire que plege tant come il est en la semonce.

1 Ocis. b. d. e. t. manque dans a. — * Sous-entendu à son fié. — 5 A court por bataille faire. b. d. e. t. manque dans a. — 4 Bataille. b. — 5 Ou de brisure de chemin. b. — 6 De non neer la. b. d. e. t. — 7 Conoist. b. d. e. t. — 8 En. b. d. e. t. — 9 N'en. id. — 10 Au lieu de me, on lit m'en dans le titre du chapitre. La table du roanuscrit de SaintGermain porte men.

Digitized by

Google

Last edit 4 months ago by MBrunsdon
Untitled Page 5
Complete

SOMMAIRES DU LIVRE DE JEAN D'IBELIN. 13

CXXVII. Qui est semons dou servise que il deit, por quei il ne deit amender gage qui ait esté vendu por lui de plegerie , tant come il est en la semonce. CXXVII bis. Coment pleige et dete est plus fort que plegerie n'est, et plus perillouse au pleige. CXXVIII. Quant home est semons de son servise , por quei celui qui est plege por lui ne deit 1 faire que plege, tant come il est en la semonce. CXXIX. Coment celui vers qui l'on est plege et dette peut celui qui li est ensi tenus mener par la quel des deus voies que il viaut. CXXX. Coment celui vers qui l'on est plege et dette peut celui qui li est ensi tenus mener par la quel des deus voies que il vodra tenir. CXXXI. Quels est l'assise de la chose mal adirée 2 , et coment l'on se deit clamer. CXXXII. Quel est l'assise qui achate esclaf ou esclave qui est mezelle ou qui cheit du mauvais mal. CXXXIII. Quel est l'assise de dette de quei l'on n'a gage ne plege ne garenz. CXXXIV. A qui le sodeier se deit clamer de son seignor de ce que il li deit de ces sodées, et quel est l'assise de ce. CXXXV. Quel est l'assise quant l'on done congié a son sodeer et 3 ne le paie de ce qu'il 4 li deit de ces sodées. CXXXVI. Quant jors à I'entrée dou meis le seignor peut doner congié a son sodeer 5 , et quanz jors a l'issue le sodeier peut prendre congie 6 , sanz que l'un ne 1' autre y ait damage. CXXXVII. Por quei chose le sodeier qui est à fei et à fiance à son seignor et à terme nomé, se peut partir de lui dedent le dit terme sanz mentir sa fei. CXXXVIII. Qui fait chose vendre à 1'encantement par autre que par le crior estable, por quei lo seignor la peut prendre come soe. CXXXIX. Quel est l'assise de beste vendue sanz enchantement. CXL. Ce est l'assise de quei les seignors et les homes se deivent plus pener de saver la. CXLI. Coment le chief seignor dou reiaume peut fié doner. CXLII. Coment ciaus qui sont homes dou chief seignor qui ont court et coine et justise pevent fié doner. CXLIII. Quel est l'assise quant t'on aliene tot son fié ou partie de son fié autrement 7 que par l'assise ou 1'usage dou reiaume. CXLIV. Quel chose le conquereor dou fié peut faire dou fié que il a conquis 8 . CXLV. En quel maniere celui qui a fié conquis le peut doner au quel que il viaut de ces heirs. CXLVI. Qui a fié de son conquest et 9 de s'escheete, coment il le peut doner a son dreit heir. CXLVII. Qui a fié de son conquest et il le rent et quitte au seignor de qui il le tient, et le seignor le done au dreit heir de celui qui li a rendu et quité et a ces heirs, à qui cel fié peut escheir s'il muert sanz heirs de feme espouse. CXLVIII. Quant fte escheit qui deit servise de cors à home ou à feme qui a fié ou reiaume de quei il a fait homage, et autre fié li escheit qui deit tel servise et tel homage come est avant dit, coment il le peut aveir et desservir. CXLIX. Se pluisors fiés escheent en un jor ou en pluisors, por quei l'ainz né de ciaus a qui il escheent, qui est plus dreit heir de celui ou de ciaus de par qui il escbeent, les peut toz aveir, c'il les requiert. CL. Coment fié ou fiés deivent estre parti 10 entre suers. CLI. Coment et por quei le fiz ou la fille se peut mettre de s'auctorité el fié qui li est escheu de son pere ou de sa mere. CLII. Por quei le seignor ne deit soufrir que autre que l'ainz né des fiz ou des filles de celui ou de celle de par qui le fié lor escheit, se met de s'auctorité en la saisine ne en la teneure. CLIII. Por quei fiz ou fille ne se deit metre de s'auctorité en saisine ne en teneure de fié de quei son pere ou sa mere ne 11 seient mors saisi et tenant come de leur dreit , ou cil en aient esté les dereaint 12 saisi et tenanz come de leur dreit.

1 Ne doit mie. b. d. e. t. — 2 On lit atirée au titre du chapilre, et dans b. d. e. t. perdu. — 3 Dans le titre du chapitre on lit : et l'on ne. — 4 Dans le titre du chapitre on lit : de ce que l'on li deit, etc: — 5 Apres le mot sodeer, on lit de plus, dans le titre du chapitre : sans ce que il seit tenus de paier le de eel meis. — 6 Au lieu de cequi suit, on lil dans le titre du chapitre : sanz perdre les soz de cel meis. — 7 t. Ou autrement. A- b. d. e. — 8 B. d. e. t. Que il a. a. — 9 Ou. b. — 10 Lisez partis. — 11 N'en. b. — " b. d. portent deraient pour dereains.

Digitized by Google

Last edit 4 months ago by MBrunsdon
Displaying Page 1 - 5 of 424 in total