3

OverviewTranscribeVersionsHelp

Facsimile

Transcription

Status: Complete
Show Translation

Gloire lui ramena dans cet intervalle d'excellents pilotes qui lui confirmerent
le danger de sa position. Ils lui donnerent d'ailleurs quelqu' espérance que
les anglois ne pouroient pas lui faire beaucoup de mal en le canonant du
seul chenal par ou ils le suivroient vraisemblement. dans cet etat de
perpléxité M. de la Touche apres m'avoir rémis toutes les dépêsches des
ministres adressées à MM. de la Luzerne, de Rochambeau, et de Vaudreuil,
jugea convenable de me faire porter à terre ainsy que M. le Duc de Lauzun,
M. le Mis de Laval et tous les aides de camp ou autres officiers de terre qui
avoient passé sur sa frégates. M. de Vallelongue fit embarquer en même
temps M. de Ségue et de Broglio et les autres officiers passagers qui etoient
à son bord. nous débarquâmes sans accident sur la rive droite de la
Delaware, à trois lieues de nos frégates. Je renvoyai sur le champ leur
chaloupe avec invitation par ecrit de m'envoyer dans la nuit, s'il etoit
possible, tout l'argent dont l'aigle et la Gloire etoient chargés.
quoique les anglois eussent appareillé au moment de notre débarquement
et qu'ils eussent forcé nos frégates de s'aprocher de plus en plus
des dangers qui les menaçoient, les anglois ayant encore mouillé
à l'entrée de la nuit, MM. de la Touche et de Vallelongue en firent autant,
et ils mirent d'ailleurs tant d'activité pour m'envoyer l'argent qui étoit
à leur bord que nous sommes parvenus à le conserver; quoiqu'il
ait été, pour ainsy dire, un moment au pouvoir de deux chaloupes
de réfugiés qui portoient cent hommes armés chacune. un coup de
pierrier tiré très à propos de la chaloupe de la Gloire qui étoit échouée
à deux cent pas du rivage; la bonne contenance que nous fimes à
terre avec quatre hommes armés et quelques aides de camp; l'audace avec
laquelle M. Gourgue officier auxiliaire arrivoit avec les canots de l'aigle
sur le point ou il voyoit la chaloupe de la Gloire; tout cela fit une telle peur
à cés réfugiés, qui n'auroient pas en vingt hommes armés à combattre,
qu'il virerent de bord sur le champ et s'eloignerent ass[ez] pour nous donner le
tems de sauver au roi deux millions que nous avons amenés à Philadelphie
sous l'escort de MM. les aides de camp et de six officiers du Corps Royal
ou du Régiment de Lauzun. M de Sheldon que j'avois chargé en chef
de la conduite de ce convoi s'est acquitté de cette commission avec un zèle

Notes and Questions

Nobody has written a note for this page yet

Please sign in to write a note for this page