161v

OverviewVersionsHelp

Here you can see all page revisions and compare the changes have been made in each revision. Left column shows the page title and transcription in the selected revision, right column shows what have been changed. Unchanged text is highlighted in white, deleted text is highlighted in red, and inserted text is highlighted in green color.

93 revisions
jessehurlbut at Oct 20, 2020 06:57 AM
jessehurlbutjessehurlbutjessehurlbutyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimasiebachasiebachasiebachyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimasiebachasiebachasiebachasiebachasiebachasiebachasiebachGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFGrammaticusOFLaura K. Morreale LLC

161v

A

Environ par de sor lor testes
Ne pensoient pas comme bestes
Qui ne quierent fors lor pasture
Si com or font cil qui nont cure
Fors de vivre comme porcel
Et da aise colcher lor pel
Ains veillierent par maintes nuis
Sine lor estoit pas anuis
Cel veoient si noblement
Mouoir trestot le firmament
Les estoiles movoir veoient
Juscatant queles se colchoient
Contre oriant par dautre part
Lune plus tost lautre plus tart
Ensi regardoient entor
Le firmament de ci al jor
Quil reveoient le soleil
Al main lever cler et vermeil
Qui la moitie dou jor montoit
Et lautre moite revaloit
Tant quil se prendoit a colcher
Et la nuit faisoit aprocher
Et lors veoient a la nuit
Les estoiles en lor refuit
Tant que li solaus relevoit
Qui tot le mont renluminoit
Et sen aloit tot droit cemin
Tant quil repairoit le matin
Si regarderent de la lune
Que diversement estoit une
Solonc ce quele estoit al monde
A lune fois apert roonde
Et a lautre repert demie
Alsi comme parmi trencie
Apres cornue devenoit
Ensi de faillant sen aloit
Tant quele nestoit plus veue
Et puis raparisoit cornue
Puis demie puis tote plaine
Si com devant et alsi saine
Puis sorent bien par lor acoil
Quele saproce dou soleil
Juscatant quen droit lui estoit
Et puis apres sen departoit
Et apres se resloignoit plus
Tant quele estoit ensi ensus
Com ele avoit este avant
Et lors sen aloit aprochant
Puis revenoit puis repairoit
Ensi nuit et jor sen aloit

B

Tornoiant et faisant son tor
Avoec le firmament entor
Ensi com ele fait encore
Sans remuer mais les gens dore
Pensent or plus a autre afaire
Por lor lasses peaus ot asses faire
Que tost vienent a porreture
Por lor vilaine norreture
Qui les livre a mortel escil
Ensi ne faisoient pas cil
Car ne queroient fors manger
Tant quil peussent aleger
Lor fain et lor cors sostenir
Et lor vie en sante tenir
Si que de lor sens se peussent
Aidier si comme il deussent
Por venir a la droite sente
De la gloire deu dont li trente
Vivoient lors plus longement
Que ne font orendroit cent
Por contenance vaine gloire
Nentendent pas bien la parole
Que Ihesu Crist dist al diable
Qui le quida tempter par fable
Quant il li dist que pain feist
De piere et deus tantost li dist
Li hom ne vit pas de pain sol
Qui son ventre li fait sool
Mais il vit de la parole
De coi la bouce deu parole
Se bien ceste cose entendoit
Plus volentiers en aprendroit
Les paroles qui de deu vienent
Mais les grans rentes que retienent
Les vies si les amenuisent
Por les mangers que tant lor nuisent
Que nature ne puet sosfrir
Dont plus tost les covient morir
Ensi lor grans avoir lor enble
Lor cuer et lor cors si ensanble
Que petit se vient a la mort
Dont pluisor sont danpne a tort
Qui conseiller ne se pooient
Quant meillor mestier en a voient
Ne vivent pas si comme cil
Qui por aus oster de peril
Sestudioient en clergie
Et usoient ensi lor vie
Quil voloient si vivre lors
Que il sostenissent lor cors

C
Tant com il al siecle vivoient
Si comme cil qui bien savoient
Que poi lor durroit ceste vie
Si navoient altre envie
Fors de querre itel science
Dont il eussent sapience
Por conoistre le soverain
Qui tant avoit fait de sa main
Et pensoient bien en lor sens
Comme gent de noble porpens
Qui ja nauroient conissence
De Deu ne de sa sapience
Se de ses oevres nen querroient
Ancois tant com savoir en porroient
Ja bien ne conistront lor mestre
Sil ne conoist devant son estre
Par luevre conoist on lovrier
Por ce se voldrent asaier
As oevres deu premierement
Por avoir plus legierement
Conissance de lor pooir
Et quant plus porquierent avoir
De ses oevres et de son sens
Tant avroient meillor porpens
Damer le verai creator
Qui avoir fait si noble honor
Com li ciels est quil esgardoient
Et les estoiles quil veoient
Et ses merveillouses vertus
Dont il le prisoient plus
Et com il plus le prisoient
Et plus volentiers le servoient
Ensi fu lor entencions
De deu conoistre et lor raisons
Car bien sorent de verite
Que deus lor avoit sens done
Por nature et raison querre
Des coses del ciel et de terre
Tant com plus savoir en pensent
Altrement rien pense neusent
Car nus hons de ses haus secres
Tant soit sages hom ne discres
Ne porroit en querre raison
De ses miracles se il non
Car tot set par droite droiture
Mais de celes qui par nature
Sont faites en ciel et en terre
Puet li hons par raison en querre
Dalcune sil est de bon sens
Et en clergie met son tens

D
Et puis que raison orent prise
Par lor grant estude et aprise
Porcoi tos li mondes fu fais
Si que ci devant est estrais
Si penserent que bien porroient
Puis que de tant raison avoient
De parties raison avoir
Alcunes solonc lor pooir
Al mains que celes quil pensent
Veoir al jor com loig quil fuissent
Ensi voldrent raison savoir
De ce quil veoient movoir
Les estoiles du firmament
Et reluire si clerement
Ce fu ce que lor mist entente
Premerains de querre science
Si sorent bien quil enquerroient
Plus tost des coses quil veoient
Que de celes dont nule part
Navoient de lor eus regart
Por ce furent il esmeu
Denquerre ce quil ont veu
Le firmament ensi movoir
Tant que il seussent le voir
Et disent que molt bon faisoit
Savoir de ce que deus faisoit
Et de ses oevres natureus
Por mieus savoir que il fust deus
Car on ne puet savoir raison
De deu se de ses oevres non
Li verai prudom ancien
Et de ce se penserent bien
Ne vielt de nul autre avoir cure
Fors daprendre science pure
Ne furent mie covoiteus
Davoir ains i avoit de teus
Qui de lor avoir sapercurent
Si com sage home que il furent
Que tost i porroient penser
Alcune fois por esgarder
Ou despens a metre lor cure
Quil despendissent a mesure
Ou par autres oevres asses
Que sil onques ont amasses
Si lor peust ensi tolir
De lor aprendre alcun loisir
Tant que ensi se departoient
Que lun en la mer le getoient
Li autre le clamoient quite
Si en aloient com hermite

[Top margin: .C.lxvi.]

161v

A

Environ par de sor lor testes
Ne pensoient pas comme bestes
Qui ne quierent fors lor pasture
Si com or font cil qui nont cure
Fors de vivre comme porcel
Et da aise colcher lor pel
Ains veillierent par maintes nuis
Sine lor estoit pas anuis
Cel veoient si noblement
Mouoir trestot le firmament
Les estoiles movoir veoient
Juscatant queles se colchoient
Contre oriant par dautre part
Lune plus tost lautre plus tart
Ensi regardoient entor
Le firmament de ci al jor
Quil reveoient le soleil
Al main lever cler et vermeil
Qui la moitie dou jor montoit
Et lautre moite revaloit
Tant quil se prendoit a colcher
Et la nuit faisoit aprocher
Et lors veoient a la nuit
Les estoiles en lor refuit
Tant que li solaus relevoit
Qui tot le mont renluminoit
Et sen aloit tot droit cemin
Tant quil repairoit le matin
Si regarderent de la lune
Qui diversement estoit une
Solonc ce quele estoit al monde
A lune fois apert roonde
Et a lautre repert demie
Alsi comme parmi trencie
Apres cornue devenoit
Ensi de faillant sen aloit
Tant quele nestoit plus veue
Et puis raparisoit cornue
Puis demie puis tote plaine
Si com devant et alsi saine
Puis sorent bien par lor acoil
Quele saproce dou soleil
Juscatant quen droit lui estoit
Et puis apres sen departoit
Et apres se resloignoit plus
Tant quele estoit ensi ensus
Com ele avoit este avant
Et lors sen aloit aprochant
Puis revenoit puis repairoit
Ensi nuit et jor sen aloit

B

Tornoiant et faisant son tor
Avoec le firmament entor
Ensi com ele fait encore
Sans remuer mais les gens dore
Pensent or plus a autre afaire
Por lor lasses peaus ot asses faire
Qui tost vienent a pourreture
Por lor vilaine norreture
Qui les livre a mortel escil
Ensi ne faisoient pas cil
Car ne queroient fors manger
Tant quil peussent aleger
Lor fain et lor cors sostenir
Et lor vie en sante tenir
Si que de lor sens se peussent
Aidier si comme il deussent
Por venir a la droite sente
De la gloire deu dont li trente
Vivoient lors plus longement
Que ne font orendroit cent
Por contenance vaine gloire
Nentendent pas bien la parole
Que Ihesu Crist dist al diable
Qui le quida tempter par fable
Quant il li dist que pain feist
De piere et deus tantost li dist
Li hom ne vit pas de pain sol
Qui son ventre li fait sool
Mais il vit de la parole
De coi la bouce deu parole
Se bien ceste cose entendoit
Plus volentiers en aprendroit
Les paroles qui de deu vienent
Mais les grans rentes que retienent
Les vies si les amenuisent
Por les mangers que tant lor nuisent
Que nature ne puet sosfrir
Dont plus tost les covient morir
Ensi lor grans avoir lor enble
Lor cuer et lor cors si ensanble
Que petit se vient a la mort
Dont pluisor sont danpne a tort
Qui conseiller ne se pooient
Quant meillor mestier en a voient
Ne vivent pas si comme cil
Qui por aus oster de peril
Sestudioient en clergie
Et usoient ensi lor vie
Quil voloient si vivre lors
Quil sostenissent lor cors

C
Tant com il al siecle vivoient
Si comme cil qui bien savoient
Qui poi lor durroit ceste vie
Si navoient altre envie
Fors de querre itel science
Dont il eussent sapience
Por conoistre le soverain
Qui tant avoit fait de sa main
Et pensoient bien en lor sens
Comme gent de noble porpens
Qui ja nauroient conissence
De Deu ne de sa sapience
Se de ses oevres nen querroient
Ancois tant com savoir en porroient
Ja bien ne conistront lor mestre
Sil ne conoist devant son estre
Par luevre conoist on lovrier
Por ce se voldrent asaier
As oevres deu premierement
Por avoir plus legierement
Conissance de lor pooir
Et quant plus porquierent avoir
De ses oevres et de son sens
Tant avroient meillor porpens
Damer le verai creator
Qui avoir fait si noble honor
Com li ciels est quil esgardoient
Et les estoiles quil veoient
Et ses merveillouses vertus
Dont il le prisoient plus
Et com il plus le prisoient
Et plus volentiers le servoient
Ensi fu lor entencions
De deu conoistre et lor raisons
Car bien sorent de verite
Que deus lor avoit sens done
Por nature et raison querre
Des coses del ciel et de terre
Tant com plus savoir en pensent
Altrement rien pense neusent
Car nus hons de ses haus secres
Tant soit sages hom ne discres
Ne porroit en querre raison
De ses miracles se il non
Car tot set par droite droiture
Mais de celes qui par nature
Sont faites en ciel et en terre
Puet li hons par raison en querre
Dalcune sil est de bon sens
Et en clergie met son tens

D
Et puis que raison orent prise
Par lor grant estude et aprise
Porcoi tos li mondes fu fais
Si que ci devant est estrais
Si penserent que bien porroient
Puis que de tant raison avoient
De parties raison avoir
Alcunes solonc lor pooir
Al mains que celes quil pensent
Veoir al jor com loig quil fuissent
Ensi voldrent raison savoir
De ce quil veoient movoir
Les estoiles du firmament
Et reluire si clerement
Ce fu ce que lor mist entente
Premerains de querre science
Si sorent bien quil enquerroient
Plus tost des coses quil veoient
Que de celes dont nule part
Navoient de lor eus regart
Por ce furent il esmeu
Denquerre ce quil ont veu
Le firmament ensi movoir
Tant que il seussent le voir
Et disent que molt bon faisoit
Savoir de ce que deus faisoit
Et de ses oevres natureus
Por mieus savoir que il fust deus
Car on ne puet savoir raison
De deu se de ses oevres non
Li verai prudom ancien
Et de ce se penserent bien
Ne vielt de nul autre avoir cure
Fors daprendre science pure
Ne furent mie covoiteus
Davoir ains i avoit de teus
Qui de lor avoir sapercurent
Si com sage home que il furent
Qui tost i porroient penser
Alcune fois por esgarder
Ou despens a metre lor cure
Quil despendissent a mesure
Ou par autres oevres asses
Que sil onques ont amasses
Si lor peust ensi tolir
De lor aprendre alcun loisir
Tant que ensi se departoient
Que lun en la mer le getoient
Li autre le clamoient quite
Si en aloient com hermite

[Top margin: .C.lxvi.]