160v

OverviewTranscribeVersionsHelp

Here you can see all page revisions and compare the changes have been made in each revision. Left column shows the page title and transcription in the selected revision, right column shows what have been changed. Unchanged text is highlighted in white, deleted text is highlighted in red, and inserted text is highlighted in green color.

69 revisions
asiebach at Oct 03, 2020 07:55 PM
jessehurlbutjessehurlbutjessehurlbutjessehurlbutjessehurlbutjessehurlbutasiebachyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimasiebachAlineAlineasiebachasiebachasiebachasiebachyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimyasmin_ibrahimasiebachasiebachasiebachasiebachAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineAlineLaura K. Morreale LLC

160v

In use: no

A

Altretant valsist comme adonques
Com il peust jamais valoir mieu[l]x
Altrement ne fust il par deus
Setot ne veist et seust
Ceque jamais estre peust
Car alsi fust il de faillans
Daucune rien et non poissans
Et de tant fust il deus morteus
Mais savature mert par teus
Car il est deus entirement
Sans fin et sans commencement
Riens ne liest vies ne novele
Tos iors liest fresce et novele
Tot li bien sont sien par nature
Et alui sen vont par droiture
Car de lui moevent tot et venient
Et vers lui lor droit chemin tenient
Il nau[r]a ia de nul mal cure
Car sa bonte est tote pure
Tote nete saintisme et saine
Sans mal sans rien demale vaine
Car li mal si sont acontraire
Pour ce les covient ensus t[r]aire
Detot son estre et tot ses biens
Car cenest fors ordure et fiens
Ses covient descendre en parfont
Et les biens demorer amont
Devant deu qui est clers et purs
Li max qui est lais et oscurs
Et tenebrous sortote rien
Descent aval et laist le bien
Tot ice avient par nature
Ensi com on voit de lordure
Del vin quant est mis eltonel
Qui li lais se de part del bel
Si que haut de more libons
Et la lie serrait alfons
Qui malvais est et riens nevaut
Et libons qui demore enhaut
Devient trestos et clers et nes
Et li malvais oscurs et lais
Detant libons plus clers devient
Detant com lalie retient
Dordure et de maleurte
Et ades aplus doscurte
Ensi est du bien et du mal
Le mal covient descendre aval
En lieu tenebrous et orible
Et de tote dolor penible
Et le bien covient estre amont

B

Devant deu car tot bien isont
Et quant libons plus esclareist
Devant deu et plus ses ioist
Tant alimal plus doscurte
Et de dolor et de vilte
En infer ou il ert tot dis
Tant com deus ert en paradis
Ou deus atus biens devant lui
Et aura ades sans anui
Tot les a tus les enlumine
Sans diference et sans termine
Deus puet tot faire et des faire
Sans rien muer deson a faire
Car il puet al tant com il vuet
Nule riens enli nesemuet
Establey est sans movement
Sans fin et sans commencement
Cent milliers ne limonte mie
A cent mile mile partie
Dune seule eure de cest mont
Natus ceus qui en paradis sont
Qui tos dis en g[r]ant ioie sont
Ne ver[s] diroit hon de cest mont
Le bien lesolas qu’il ia
Liver(?) funes qu’ila sen ira
Dont limenres qui la demore
Aplus de bien une seule ore
Joie et honour deduit solas
Dont il nesera jamais las
Qui nus hon penser nepouroit
En cent mille ans setant diudit
Li plus soltus qui onques fust
Si pensait al mieus qu’il seust
De cele gloire est deus tus sires
Comme deus qui valroit lidires
Car tot set quanque fu et ert
Et tot quanque alui afiert
Onques nul bien nelifali
A des les a tos devant li
Ainc bien nefu neia mert fais
Qui devant deu nesoit pourrais
Ancois qui lemonde feist
Ore oies porcoi il le fist
Por coi deus fist lemonde
Deus fist lemonde asa volour
Pource qu’il peust avoir
Alcune rien qui bone fust
Qui ses biens deservir peust
Sadont ne perissoit par li
Pourco est limons establi

C

Non mie porque mieu[l]x lenfust
Neque nul besoig en eust
Mais il lefist par carite
Et pour g[r]ant de bonairete
Il volt com bons que autre riens
Partist alui et ases biens
Et qui tote altre creature
Casoune solone sanatoure
De sapoissance setenist
Lonc ce calui apartenist
Ensi volt cest mont establir
Qui tel cose en peust venir
Qui peust entendre et veoir
Lanoblece de son pooir
De sa poissance et du bien
Qu’il fist pour home terrien
Et qui si le peust servir
Qui par droit peust deservir
Les biens qu’il avoit fait pour lui
Si devons moult amer celui
Qui nos fist et bon gre savoir
Qui il nos dona le pooir
Car se nos amer le volons
De tus ses biens segnor serons
Si lamons siferons que sage
Ou nos javrons g[r]ant damage
Se nos pardious tos les biens
Ia pour ce deu nipardroit riens
Pour nos les fist siles aions
Puis que de servir les savons
Porcoi deus fist lomme
A sa samblance

Deus forma lomme asa sanblance
Porce qu’il eust ramenb[r]ance
De ses biens si qu’il en eust
Et qui deservir les peust
Tot droit envers son creator
Dont il li fist si g[r]ant honor
Qui sor tot autre creature
Le fist samblant asa figure
Et lidona naturalment
Le plus gentil en tendement
De lui amer pour olui estre
Qui nule riens qui peust estre
Et pource qui peust ases biens
Partur plus qui nul autre riens
Onques deus ne fist pour altrui
Tant de bien com il fist porlui
Mais que il deservir levoille
Usenou(?) drois est qu’il sen doille

D

Nefait adeu point de bonte
Qui fait por avoir son gre
Car son prou fait plus que lautrui
Et tous tous li biens en vient sor lui
Por ce le fait il bon amer
Car moult se puet caitif moultclamer
Qui par sa folie de sert
Qui cele haute glore pert
Por pechie que riens ne li monte
Et en la fin nen a fors honte
Capers lui en tel lieu le tire
Ou il na fors duel et martire
Dont ja ne se verra de livre
Por si poi quil aura a vivre
En si a la joie perdue
Qui li deust estre rendue
Se ses pechies ne li tolist
Et sire en fust se il volsist
Se tant plus se fust maintenus
En bien faire et demal tenustenus
Car qui bien fait tant a donor
Qu’loenge enfait son segnor
Devant deu le roi corone
Si se puet tenir a bon eure
Car itant com il vit en terre
Quil puist tel honor conquerre
Por son prou et faire le puet
Cascun home par soi qui vuet
Qui le puet gaaginer ou perdre
Al quel quil veut se puet aerdre

Por coi deus ne fist lomme
Tel que il ne peust pecher

Damedex dona son pooir
Lomme de faire son voloir
Bien et mal le quel que li plaist
Car sil neust lome tel fait
Quil nepeust faire fors bien
Il li tolist alcune rien
De son pooir car ne peust
Faire mal quant il li pleust
Et ensi volsist il v non
Fesist il bien et sans raison
Car ce ne fust mie parlui
Quil feist bien mais par altrui
Quil len eust entalente
A force et done volence
Et cil qui por li le feist
Le gerredon en de servist
Non pas il car petit dessert
Qui par force dautrui me sert

160v

In use: no

A

Altretant valsist comme adonques
Com il peust jamais valoir mieu[l]x
Altrement ne fust il par deus
Setot ne veist et seust
Ceque jamais estre peust
Car alsi fust il de faillans
Daucune rien et non poissans
Et de tant fust il deus morteus
Mais savature mert par teus
Car il est deus entirement
Sans fin et sans commencement
Riens ne liest vies ne novele
Tos iors liest fresce et novele
Tot li bien sont sien par nature
Et alui sen vont par droiture
Car de lui moevent tot et venient
Et vers lui lor droit chemin tenient
Il nau[r]a ia de nul mal cure
Car sa bonte est tote pure
Tote nete saintisme et saine
Sans mal sans rien demale vaine
Car li mal si sont acontraire
Pour ce les covient ensus t[r]aire
Detot son estre et tot ses biens
Car cenest fors ordure et fiens
Ses covient descendre en parfont
Et les biens demorer amont
Devant deu qui est clers et purs
Li max qui est lais et oscurs
Et tenebrous sortote rien
Descent aval et laist le bien
Tot ice avient par nature
Ensi com on voit de lordure
Del vin quant est mis eltonel
Qui li lais se de part del bel
Si que haut de more libons
Et la lie serrait alfons
Qui malvais est et riens nevaut
Et libons qui demore enhaut
Devient trestos et clers et nes
Et li malvais oscurs et lais
Detant libons plus clers devient
Detant com lalie retient
Dordure et de maleurte
Et ades aplus doscurte
Ensi est du bien et du mal
Le mal covient descendre aval
En lieu tenebrous et orible
Et de tote dolor penible
Et le bien covient estre amont

B

Devant deu car tot bien isont
Et quant libons plus esclareist
Devant deu et plus ses ioist
Tant alimal plus doscurte
Et de dolor et de vilte
En infer ou il ert tot dis
Tant com deus ert en paradis
Ou deus atus biens devant lui
Et aura ades sans anui
Tot les a tus les enlumine
Sans diference et sans termine
Deus puet tot faire et des faire
Sans rien muer deson a faire
Car il puet al tant com il vuet
Nule riens enli nesemuet
Establey est sans movement
Sans fin et sans commencement
Cent milliers ne limonte mie
A cent mile mile partie
Dune seule eure de cest mont
Natus ceus qui en paradis sont
Qui tos dis en g[r]ant ioie sont
Ne ver[s] diroit hon de cest mont
Le bien lesolas qu’il ia
Liver(?) funes qu’ila sen ira
Dont limenres qui la demore
Aplus de bien une seule ore
Joie et honour deduit solas
Dont il nesera jamais las
Qui nus hon penser nepouroit
En cent mille ans setant diudit
Li plus soltus qui onques fust
Si pensait al mieus qu’il seust
De cele gloire est deus tus sires
Comme deus qui valroit lidires
Car tot set quanque fu et ert
Et tot quanque alui afiert
Onques nul bien nelifali
A des les a tos devant li
Ainc bien nefu neia mert fais
Qui devant deu nesoit pourrais
Ancois qui lemonde feist
Ore oies porcoi il le fist
Por coi deus fist lemonde
Deus fist lemonde asa volour
Pource qu’il peust avoir
Alcune rien qui bone fust
Qui ses biens deservir peust
Sadont ne perissoit par li
Pourco est limons establi

C

Non mie porque mieu[l]x lenfust
Neque nul besoig en eust
Mais il lefist par carite
Et pour g[r]ant de bonairete
Il volt com bons que autre riens
Partist alui et ases biens
Et qui tote altre creature
Casoune solone sanatoure
De sapoissance setenist
Lonc ce calui apartenist
Ensi volt cest mont establir
Qui tel cose en peust venir
Qui peust entendre et veoir
Lanoblece de son pooir
De sa poissance et du bien
Qu’il fist pour home terrien
Et qui si le peust servir
Qui par droit peust deservir
Les biens qu’il avoit fait pour lui
Si devons moult amer celui
Qui nos fist et bon gre savoir
Qui il nos dona le pooir
Car se nos amer le volons
De tus ses biens segnor serons
Si lamons siferons que sage
Ou nos javrons g[r]ant damage
Se nos pardious tos les biens
Ia pour ce deu nipardroit riens
Pour nos les fist siles aions
Puis que de servir les savons
Porcoi deus fist lomme
A sa samblance

Deus forma lomme asa sanblance
Porce qu’il eust ramenb[r]ance
De ses biens si qu’il en eust
Et qui deservir les peust
Tot droit envers son creator
Dont il li fist si g[r]ant honor
Qui sor tot autre creature
Le fist samblant asa figure
Et lidona naturalment
Le plus gentil en tendement
De lui amer pour olui estre
Qui nule riens qui peust estre
Et pource qui peust ases biens
Partur plus qui nul autre riens
Onques deus ne fist pour altrui
Tant de bien com il fist porlui
Mais que il deservir levoille
Usenou(?) drois est qu’il sen doille

D

Nefait adeu point de bonte
Qui fait por avoir son gre
Car son prou fait plus que lautrui
Et tous tous li biens en vient sor lui
Por ce le fait il bon amer
Car moult se puet caitif moultclamer
Qui par sa folie de sert
Qui cele haute glore pert
Por pechie que riens ne li monte
Et en la fin nen a fors honte
Capers lui en tel lieu le tire
Ou il na fors duel et martire
Dont ja ne se verra de livre
Por si poi quil aura a vivre
En si a la joie perdue
Qui li deust estre rendue
Se ses pechies ne li tolist
Et sire en fust se il volsist
Se tant plus se fust maintenus
En bien faire et demal tenustenus
Car qui bien fait tant a donor
Qu’loenge enfait son segnor
Devant deu le roi corone
Si se puet tenir a bon eure
Car itant com il vit en terre
Quil puist tel honor conquerre
Por son prou et faire le puet
Cascun home par soi qui vuet
Qui le puet gaaginer ou perdre
Al quel quil veut se puet aerdre

Por coi deus ne fist lomme
Tel que il ne peust pecher

Damedex dona son pooir
Lomme de faire son voloir
Bien et mal le quel que li plaist
Car sil neust lome tel fait
Quil nepeust faire fors bien
Il li tolist alcune rien
De son pooir car ne peust
Faire mal quant il li pleust
Et ensi volsist il v non
Fesist il bien et sans raison
Car ce ne fust mie parlui
Quil feist bien mais par altrui
Quil len eust entalente
A force et done volence
Et cil qui por li le feist
Le gerredon en de servist
Non pas il car petit dessert
Que par force dautrui me sert