161r

OverviewTranscribeVersionsHelp

Here you can see all page revisions and compare the changes have been made in each revision. Left column shows the page title and transcription in the selected revision, right column shows what have been changed. Unchanged text is highlighted in white, deleted text is highlighted in red, and inserted text is highlighted in green color.

40 revisions
jessehurlbut at Oct 21, 2020 04:54 AM

161r

A

Qui me metroit por faire bien
Demain en prison malgre mien
Jo nel tenroie mie a sage
Car il me feroit grant outrage
Bien leust fait deus sil volsist
Mais ja tels biens ne deservist
Car il fait ore de nos tans
Et por ce fist deus tels les gens
Que bien plus avoir en peussent
Ja tant altrement nen eussent
Se deus a fait les angles teus
Quil ne puissent pechers morteus
Ne mal faire ja si haut don
Ne deserviront com li hom
Mais qui voldroit tot deservir
Si doit molt volentiers servir
De cuer de livre par amor
Por conquerre si haute honor
Si volt deus que li hom tel fust
Que par droit de servir peust
Al tant de bien enson endroit
Com il meismes en avoit
Et li dona sens et raison
Davoir enlui entencion
Car par droit de servir le doit
Si est fous qui ne se poruoit
De bien faire car tot li bien
Que cascun fera seront sien
Si en aura por .i. bien cent
Et por .i. mal .c. mals altant
Fols est cil qui quide de rien
Faire a deu bonte de son bien
Et quant de mal faire se tient
Fors tant que deus plus chier len tient
Car se tos li biens se perdoit
Ja por ce deus pis nen aroit
Ses biens quil ait en poeste
Serot li saint qui ont este
Al monde ne jamais seront
Neussent nul bien fait al mont
Et dampne se fuissent trestuit
Ja por ce deus mains de deduit
Nen eust ne nen valsist pis
Ne qui que soit en paradis
Mais li saint furent bon et prou
Et bien sorent faire lor prou
Com cil qui apercurent bien
Que li siecles ne valoit rien
Si orent plus chier mal soffrir
Et lor cors a martire offrir

B

Por deu a honte et a laidure
En cest siecle qui si poi dure
Por avoir les biens a tot dis
Et la joie de paradis
Que avoir aise al cors muable
Por avoir poine pardurable
Si norent cure de tels biens
Qui en la fin ne sont fors fiens
Ains prisent si le frain as dens
Quen paradis sont tot de dens
Maint les tindrent al monde fols
Qui orent bien chargie lor cols
De ce dont cil sont deschargie
Quen paradis sont herbergie
En cor tient on maint sage afo
Qui la parole prisent po
Maint saint sont ore en paradis
Que sil prisaissent lor fols dis
Des gens quant il al monde furent
Norent pas fait ce que il durent
Le plus perdissent por le mains
Ensi com font orendroit mains
Que tant covoitent avoir los
Que por la parole des sos
Laisent a faire les biens deu
Dont li saint firent mieus lor prou
Ne laissierent pas por delis
Deu a servir por paradis
Ou il ont joie et tote honor
Com cil qui en sont tot segnor
Et sautrement eussent fait
Ades eussent honte et lait
En enfer ou tos maus abonde
Si est grant merveille du monde
Comment est que tant de gent font
Ce dont plus paine sofferront
Por le los des gens conquester
Ou por avoir a amasser
Qui si poi de tans lor demore
Et si lor faut dedens une ore
Que por conquerre ne feroient
Les biens deu que ja ne falroient
Que li saint ont ore enbaillie
Por .i. petit de bone vie
Que ne samble mais que delis
A ceaus qui dedens se sont mis
Et si lor est ades avis
Que por noient ont paradis
Ensi le puet avoir cascuns
Et des biens deu estre communs

C

Et avoir la joie saintisme
Sil ne perist en lui meisme
Mais cil qui la gloire desirent
De cest monde tant senpirent
Que nul bien ne puent aprendre
Ne a lor salvement entendre
Si ont plus chier laise dou cors
Dont il sont mis si tost de fors
Et mene a totes dolors
Qui laise de larme a tos jors
Ne prisent ne bien ne savoir
Domme sil ne se set avoir
Al siecle sil na avoir assez
Parcoi soit al siecle alosez
Ains dient quil sont fol et nice
Por ce quil ne seivent malice
Mais tot cil sont de deu maldit
Par la bouce le roi david
Qui al monde se painent plaire
Por nule riens quil sachent faire
Car cest orgoil et cose vaine
Parcoi lame nest mie saine
Dont david dist en son sautier
Decoi on sert deu al mostier
Maldit sont dist il tot icil
Et confus comme gent discil
Qui al monde plaisent de riens
Car jete en sont de tot biens
Et de deu sostent et descordent
Puis quil sont tel quil si acordent
Car deus a tot ceaus en despit
Et sa grace lor escondit
Por ce cal monde quierent los
Ou il furent mis comme fols
Et puis redit en levvangille
Ou il na fausete ne ghile
Tot cil bon eure seront
Qui le siecle en despit aront
Et qui des gens seront hai
Et de chaciet et en vai
Com fol en lonor de mon non
El ciel en aront guerredon
Ci puet veoir plenierement
Que se deus meismes ne ment
Et verite fausete nest
Que tot cil que li mondes plaist
Et quele le los du monde acoillent
Ne puet estre qui ne sendoillent
Cil est fol scavoir enquiert point
Car il sont tot en malvais point

D

Qui point enquierent ne porchacent
Car deable en enfer les cachent
Qui daus font dolerous conroi
Ja ni aura si cointe roi
Ne duc ne conte si poissant
Que deable nen face altant
Que du plus vil quen infer viegne
Sil fait tant cason croc le tiegne
Vil et ribaut tot en devienent
Roi et prince qui laiens vienent
Molt se puet plaindre de ses maus
Que ci est rois et la ribaus
Car en paradis puet conquerre
Plus noble roialme quen terre
Car quil desert tant com est vis
Il en est rois en paradis
Plus que li saint qui furent onques
Al monde or le servomes donques
Et si laisons le mal atant
Puis coi avons ca avant
Porcoi deus fist le monde et lomme
Si vos dirons avant la forme
Du monde solonc sa fachon
Comment il est fais environ
Mais raisons est que nos disons
Des .vii. ars et de lor raisons
Comment eles trovees furent
Par ceaus qui de bien sa percurent
Car par eles savon les fais
Du monde comment il est fais
Sien devons parler avant
Por mieus entendre ades avant

Chi poes oir coment et porcoi
Les .vij. ars furent trouvees

Or dist li livres en partie
Qui est estrais dastrenomie
Comment li sage cha ariere
Voldrent entendre la maniere
Dou monde comment fais estoit
Dont cascuns molt ses merveilloit
Quant li mondes fu compasses
Et il i ot de gens asses
Si regarderent li pluisor
Le firmament trestot entor
Si movoit si ses merveilloient
Que cestoit et si en veilloient
Par maintes nuis et par jor cler
Lor prendoient a regarder
Les estoiles qui se levoient
Vers oriant puis se movoient

[Top-right corner of the page, in pencil: 161]

161r

A

Qui me metroit por faire bien
Demain en prison malgre mien
Jo nel tenroie mie a sage
Car il me feroit grant outrage
Bien leust fait deus sil volsist
Mais ja tels biens ne deservist
Car il fait ore de nos tans
Et por ce fist deus tels les gens
Que bien plus avoir en peussent
Ja tant altrement nen eussent
Se deus a fait les angles teus
Quil ne puissent pechers morteus
Ne mal faire ja si haut don
Ne deserviront com li hom
Mais qui voldroit tot deservir
Si doit molt volentiers servir
De cuer de livre par amor
Por conquerre si haute honor
Si volt deus que li hom tel fust
Que par droit de servir peust
Al tant de bien enson endroit
Com il meismes en avoit
Et li dona sens et raison
Davoir enlui entencion
Car par droit de servir le doit
Si est fous qui ne se poruoit
De bien faire car tot li bien
Que cascun fera seront sien
Si en aura por .i. bien cent
Et por .i. mal .c. mals altant
Fols est cil qui quide de rien
Faire a deu bonte de son bien
Et quant de mal faire se tient
Fors tant que deus plus chier len tient
Car se tos li biens se perdoit
Ja por ce deus pis nen aroit
Ses biens quil ait en poeste
Serot li saint qui ont este
Al monde ne jamais seront
Neussent nul bien fait al mont
Et dampne se fuissent trestuit
Ja por ce deus mains de deduit
Nen eust ne nen valsist pis
Ne qui que soit en paradis
Mais li saint furent bon et prou
Et bien sorent faire lor prou
Com cil qui apercurent bien
Que li siecles ne valoit rien
Si orent plus chier mal soffrir
Et lor cors a martire offrir

B

Por deu a honte et a laidure
En cest siecle qui si poi dure
Por avoir les biens a tot dis
Et la joie de paradis
Que avoir aise al cors muable
Por avoir poine pardurable
Si norent cure de tels biens
Qui en la fin ne sont fors fiens
Ains prisent si le frain as dens
Quen paradis sont tot de dens
Maint les tindrent al monde fols
Qui orent bien chargie lor cols
De ce dont cil sont deschargie
Quen paradis sont herbergie
En cor tient on maint sage afo
Qui la parole prisent po
Maint saint sont ore en paradis
Que sil prisaissent lor fols dis
Des gens quant il al monde furent
Norent pas fait ce que il durent
Le plus perdissent por le mains
Ensi com font orendroit mains
Que tant covoitent avoir los
Que por la parole des sos
Laisent a faire les biens deu
Dont li saint firent mieus lor prou
Ne laissierent pas por delis
Deu a servir por paradis
Ou il ont joie et tote honor
Com cil qui en sont tot segnor
Et sautrement eussent fait
Ades eussent honte et lait
En enfer ou tos maus abonde
Si est grant merveille du monde
Comment est que tant de gent font
Ce dont plus paine sofferront
Por le los des gens conquester
Ou por avoir a amasser
Qui si poi de tans lor demore
Et si lor faut dedens une ore
Que por conquerre ne feroient
Les biens deu que ja ne falroient
Que li saint ont ore enbaillie
Por .i. petit de bone vie
Que ne samble mais que delis
A ceaus qui dedens se sont mis
Et si lor est ades avis
Que por noient ont paradis
Ensi le puet avoir cascuns
Et des biens deu estre communs

C

Et avoir la joie saintisme
Sil ne perist en lui meisme
Mais cil qui la gloire desirent
De cest monde tant senpirent
Que nul bien ne puent aprendre
Ne a lor salvement entendre
Si ont plus chier laise dou cors
Dont il sont mis si tost de fors
Et mene a totes dolors
Qui laise de larme a tos jors
Ne prisent ne bien ne savoir
Domme sil ne se set avoir
Al siecle sil na avoir assez
Parcoi soit al siecle alosez
Ains dient quil sont fol et nice
Por ce quil ne seivent malice
Mais tot cil sont de deu maldit
Par la bouce le roi david
Qui al monde se painent plaire
Por nule riens quil sachent faire
Car cest orgoil et cose vaine
Parcoi lame nest mie saine
Dont david dist en son sautier
Decoi on sert deu al mostier
Maldit sont dist il tot icil
Et confus comme gent discil
Qui al monde plaisent de riens
Car jete en sont de tot biens
Et de deu sostent et descordent
Puis quil sont tel quil si acordent
Car deus a tot ceaus en despit
Et sa grace lor escondit
Por ce cal monde quierent los
Ou il furent mis comme fols
Et puis redit en levvangille
Ou il na fausete ne ghile
Tot cil bon eure seront
Qui le siecle en despit aront
Et qui des gens seront hai
Et de chaciet et en vai
Com fol en lonor de mon non
El ciel en aront guerredon
Ci puet veoir plenierement
Que se deus meismes ne ment
Et verite fausete nest
Que tot cil que li mondes plaist
Et quele le los du monde acoillent
Ne puet estre qui ne sendoillent
Cil est fol scavoir enquiert point
Car il sont tot en malvais point

D

Qui point enquierent ne porchacent
Car deable en enfer les cachent
Qui daus font dolerous conroi
Ja ni aura si cointe roi
Ne duc ne conte si poissant
Que deable nen face altant
Que du plus vil quen infer viegne
Sil fait tant cason croc le tiegne
Vil et ribaut tot en devienent
Roi et prince qui laiens vienent
Molt se puet plaindre de ses maus
Que ci est rois et la ribaus
Car en paradis puet conquerre
Plus noble roialme quen terre
Car quil desert tant com est vis
Il en est rois en paradis
Plus que li saint qui furent onques
Al monde or le servomes donques
Et si laisons le mal atant
Puis coi avons ca avant
Porcoi deus fist le monde et lomme
Si vos dirons avant la forme
Du monde solonc sa fachon
Comment il est fais environ
Mais raisons est que nos disons
Des .vii. ars et de lor raisons
Comment eles trovees furent
Par ceaus qui de bien sa percurent
Car par eles savon les fais
Du monde comment il est fais
Sien devons parler avant
Por mieus entendre ades avant

Chi poes oir coment et porcoi
Les .vij. ars furent trouvees

Ordist li livres en partie
Qui est estrais dastrenomie
Comment li sage cha ariere
Voldrent entendre la maniere
Dou monde comment fais estoit
Dont cascuns molt ses merveilloit
Quant li mondes fu compasses
Et il i ot de gens asses
Si regarderent li pluisor
Le firmament trestot entor
Si movoit si ses merveilloient
Que cestoit et si en veilloient
Par maintes nuis et par jor cler
Lor prendoient a regarder
Les estoiles qui se levoient
Vers oriant puis se movoient

[Top-right corner of the page, in pencil: 161]