BnF. Bibliothèque de l'Arsenal. Ms-3516

ReadAboutContentsVersionsHelp
167v

167v

A

Et ont treces par de detrier Et sont molt preu en tos essoines Et les apele on amassones Et ont homes pres de lor terre Que cascon an vienent requerre Por .viij. jors estre ou .xv. ensamble Tant quen gendre ont ce lor samble Lors se departent et sen vont Et celes qui les enfans ont Se femele est si les retienent Et les malles ca age vienent Norrissent ou .v. aus ou .vi. Puis les metent fors dou pais Molt beles femes ra aillors Quen batailles et en estors Usent totes armes dargent Por faute de fer seulement Ou bos dinde altres femes sont Qui les barbes si larges ont Que jusquas mameles sarestent Et de peaus de bestes se vestent Et vivent de bestes salvages Et les prenent par les boscages Si sont home et femes tot nu Et comme bestes tot velu En aighe et en terre habitans Et quant voient les altres gens Si se fierent en laighe lors Si que point ne perent defors Altres i a grans grans com Gaians Velus com porc et tos gisans Si sont altres femes molt beles Si tres blanc comme nois pereles Fors que dent ont comme de chien Et abitent en aighe bien Une grant region i a Qui .xliii. pueples a La sont oisel plain de deduit Dont les penes luisent par nuit Cele part sont li papegai Sine sont pas plus grant que gai Tot vert et luisant com paon Dont li plus gentil ce dist on Ont en cascon des pies .vi. dois Et li vilain nen ont que trois Coe a longhe com une pie Bec corbe et longe et formie Qui la norist de dens .ij. ans Si aprent a parler as gens Un autre i a pellicanus

B

Qui est alsi comme canus Quant ses poillons laisse et rement Por pasture com il covient Sestrueve mors ce li est vis Lors fiert son bec enmi son pis Tant que lisans en raie fors Et li poillon revienent lors En ermenie a unes gens Qui trestot ont les cevels blans Un grant mont en ermenie a U larce noe reposa Quant li doloives fu passes Dont vos aves oi asses

Dayse la menor et de ses regions

Apres vient aise la menor Qui est clos daighe tot entor Qui a mainte regions Dont pas tos les nons ne savons En ceste siet frise et dardane La u paris ravi helayne Dont troie la grant fu destruite En la fin de Grece est construite Cele part siet litaonie Et un autre ca non carie U hermes cort .i. fluns Molt grans Dont la gravele est dor luisans De cele part devers la fin Nos vient la paillole dor fin De lautre part vers orient Est une maniere de gent Qui descendirent des nues jus Unes gens sont ordes et vieus Nont feme espouse ne amie Porce que il ne croient mie Que feme se puisse tenir A un seul home sans faillir Nont cure de feme fors tant Que engendrer puissent enfant Altres ira barbarins Qui se font clamer jacobins Por jacob qui lor maistres fu Et sont crestien corrumpu Por les mariages quil font As sarrasins qui pres daus sont Et por prenent bien celes gens .xl. lieues de tos sens Ne croient pas confession A nul autre homme sa deu non

C

Quant il se confessent a deu Pres daus metent encens et fu Et quident de cele fumee Sen aille a deu por lor soldee Mais nest pas ensi com il croient Saint Johan baptiste mescroient Qui les baptisa premerains Car dire lor covenroit ains Tos lor pechies a lui meisme Et puis recevoir baptisme Dont Saint Johans meimes dist Li hom qui ses pechies gehist A .i. autre cele vergoigne Quil a de dire cele essoigne Li est en lieu de penitance Et de ses pechies alegance Et plus de pecher se retient Quant il set que savoir covient A .i. autre tot son afaire Ains que vers veu se puisse atraire Ce dist Saint jehans li baptistes Qui par baptesme nos rent quites Envers deu de tos nos pechies Et par confension espurgies Dont cele gent sont decheu Qui malement ont recheu Cele part sont un autre gent Crestien en deu mieus creant En bataille poissant et fort Que sarrasin doutent si fort Que ne lor osent riens mesfaire Ains lor sont dous et debonaire Ainsi sont tot clos environ De mescreans et de felon Cele gent sont bon crestien Et ont a non Georgien Car Saint" jorge apelent tosjors En batailles et en estors Contre paiens et si la orent Sor tos altres sains honorent Si ont tot reses lor corones Dont li clerc les portent reondes Et li lai quarrees les ont Quant le sepulcre aorer vont Li sarrasin nes osent prendre Ne paiage ne riens sorvendre Quil doutent quant il revenissent Qui chier as autres nel vendisent Les gentils femes dou pais Sarment sor les cevals de pris

D

Et se combatent as paiens Avoeques les Georgiens Tos les Gaaignes et les drois Sont en maniere de grijois

Des poissons dynde

En la mer dynde a uns poisons Qui ont peaus dont li peus est lons Dont les gens vesteures ont Por aus vestir quant pris les ont Uns poissons i a merveilleus Qui molt est bons et precieus La gent lapelent essinus Menre dun pie catel vertus Qui la nef acoi il se prant Ne puet aler narier navant Si ra altres poissons marins Que les gens apelent dapins Quant la tempeste doit venir Et les gens sont prest de perir Si saperent de laighe fors [scribal correction to 'de'] Et joignent as ondes lors Li plus grant poisson de la mer Que on sieut balaine apeler Si grans et si merveillos est Que terre et erbe sor lui croist Quil samble .i. ille et .i. grant mont Dont la gent qui par la mer vont Sont alcune fois deceue Quant quident terre avoir veue Si font tant que la se sont trait Et quant il ont fait lor atrait De feu de loges et dautre estre Com cil ca terre quident estre Mais quant li poissons le fu sent Si se muet si soudainement Et se fiert en laighe parfont Si que tot apres lui afont Nef et gent ensi sont peri Quant il quident estre gari Petite bouche a ce savons Ne prent fors que petit poissons Altres ira com de puceles Testes et cors dusca mameles Altres poisons eles doisieaus Et sont lor cant et dous et beaus Seraines ensi les claime on Li un dient ce sont pisson Li autre les voelent clamer Damoiseles et apeler

Des arbres dynde

[Top margin: .C.lxxii.] [Bottom margin catchwords (partially cropped): En ynde sont arbres]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
168r

168r

A

En ynde sont arbres molt grant Palmiers molt souef odorant Et portent dates .i. fruit plain Et pommiers de pommes si plain Longhes que molt bon odor ont Sentienent bien .c. en .i. mont Dont les foilles qui en sont nees Sont .ii. pies longhes et .i. lees Altres pommes issont plus grans Dont li mors dun home pert ens O tot les dens et les claime on Pommes de dens par cel raison Altre arbre isont pomes portans Beles de fors tenres de dens Les vignes isont si portans Cune seule grape a dedens Que lor doi home en sont chargie De porter a lor cols a pie Petit arbrisieaus i a on Cascun an qui porte coton Si croissent unes canes grans Qui portent le sucre dedens En babiloine a lun des chies Croist li baumes qui tant est chiers Et la cultivent crestien Dont li Sarrasin dient bien Que sovent lont fait esprover Que quant il le font cultiver A autres gens qua crestiens Si ne porte icel an riens En cel canp u li basmes croist Dient cune fontaine nest Ou maria baigna son fil Et de cele larosent il Ne aillors nen puet on planter Ou il puisse nul fruit porter Autre arbre en cele tere sont Quen lieu de foille une laine ont Dont on tist dras soltis et beaus Dont on fait cotes et mantieaus Si sont arbre qui portent fruit Souef odorant qui par nuit Se repont en laube revient Al matin quant li solaus vient Vus autres arbres i recreist Dont li carbons quant espris est Dure en sa cendre .i. an entier Sans est aindre na menuisier Sandre i sont grant et hebenus Dont on dist quil ne porist nus Altre arbre Glorious isont

B

Dont clou de Girofle fruit ont Et nois muscates et cubebes Dont les escorces sont caneles Et la racine est citoaus Et Gingenbres et Garingals La croissent les bones espices Dont nos faisons ci nos delices Nois i croissent gros comme pommes Et altres comme testes dommes Des altres quen paradis sont Ne savons nos quel fruit il ont Cil dont eve ot si grant envie Li altres est larbres de vie Dont nos parlames ca devant Des autres arbres i a tant Si de li teus et si tres gens Quil samble que deus soit laiens Mais il i a si bone garde Cuns angles den lentree garde Lespee en la main tot ardant Que nus ne si aille aprochant Ne beste ne mal esperit Por avoir laiens nul delit

Deurope et de ses contrees

Puis kayse devise avons Deurope deviserons Legierement por tost passer Car sovent en oons parler Li premiers lieus est romenie Costantinoble une partie Rectorinde et macedoine Tassale leonie et sapoine Si est pirre une terre saine En cele sort une fontaine U on ne puet ardans tysons Est aindre ne les vis carbons En arcadie a une piere Con ne puet en nule maniere Estaindre puis quele est esprise Tant quele est en cendre mise Puis danemarce et hongrie Et ostrice et puis Germenie Qui vers ocidant amait regne Si est sovaine et alemaigne Ou la devise .i. aighe sort Qui .vii. flueves se done et cort Yrlande et escoche et ingleterre Tote france et tote la terre Qui est juscas mons de mongieu Tant tient europe de lieu

C

Daufrique et de ses contrees

Apres europe Est aufrique Dont li premiers chies est en libe Une terre riche et Garnie Et puis la terre de surie Jerusalem et le pais La ou deus fu et mors et vis Grece Romenie et toscane Gascoigne lonbardie espaigne Alixandre et maint bon pais Altres que io ne vos devis Si a cites et regions Qui de bestes prenent lor nons Et habitent en cest pais Dont les bestes formes ont pris Ethiope est envers la fin Daufrique car iluec prent fin En cel pais a unes gens Qui sont plus noir que arremens Car il fait si chaut cele part Quil samble que la terre i art De la ethiope na riens Fors de sers et terre sans biens Bestes salvages et vermines Et vers la grant mer dessertines

Daufrique et de ses regions

Puis que descrite Avons la terre Si devons des isles enquerre Celes que nos savons nomer Dont il i a maintes par mer Contre europe est avidos Une grant ille et puis colcos Ou li toisons dor fu trovee Si com laventure est contee En cele estoire de jason Une altre ille ca non naron De celui fu Saint denis nez Qui en france fu decolez Contre ayse en a .liiii. Mais du conte volons abatre Car totes pas nes nomerons Une i a delos est ses nons Capres le doloive aparut Premierement quant il descrut Une autre i a ca non melot Por la melodie con ot De dous chans et dousieaus parlans

D

Ou perron croist li marbres blans Si est lile ca non Samos Dont sebile fu qui mains mos Prophetisa de Ihesu crist Anchois quil de virge nasquist Lonc tans devant ce dist i escrit En prophetisa molt et dist A romme ou ele fu mandee En cele ille fu controvee La maniere des pos de terre Con fait encore en mainte terre De cele fu pitagoras Un philosophe qui les cas Et les poins trova de musique Un autre ille a en alfrique Sardane ou une herbe croist tost Quen mangue si muert tantost Un altre ca non boscula Ou serpent ne vermine na Si ra un altre colunbine De serpens plains et de vermine Un autre i a longhe et lee Ou la fonde fu controvee Et cele a anon bacares Si est lile de moroes Qui en mi le jor na point donbre En cele a .i. puch qui par nonbre A .i. pie ley et .c. parfons Dont li solaus luist juscal fons Un autre i a ca non cilla Ou si dopien furent ja Un ille est cele part si grant Si com platon nos va disant Que fu clers et de molt grant pris Quen cele ille o[t] plus de porpris Que europe nalfrique tote Mais puis fu si tote derote Si com deus volt qui le fondi Et est la mer betee iki Un altre ille i a con ne puet Ale Veoir quant on Aler son veut Et alcune fois est veue Si lapele on lile perdue Cele ille trova Saint brendains Qui mainte merveille vit ens Si com sa vie le devise Qui savoir le veut si le lise Par de ca ra mainte bele ille Cele de cypre et de sesile Et altres maintes par la mer

[Top-right corner of the page, in pencil: 168 Bottom-center, in pale brown ink: xxiii]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
168v

168v

A

Quil ne covient pas ci nomer Et si ne vos merveillies mie Salcune cose aves oie Qui vos soit salvage et diverse Car deus en qui tos biens converse A fait mainte merveille en terre Dont nus ne puet raison enquerre Por ce ne doit on riens mescroire Devant con set Sest fause ou voire Nest pas mais se li hom rien croit Mais que contre la foi ne soit Mais quil i puisse alcun bien prendre Car bien covient a lome entendre Dont pas nest esbahis si tost Altrefois quant parler en ot Ensi com il nos samble ci Quil ait grans merveilles iki Alsi resamble ceaus de la Quil ait grant merveilles de cha Et molt fort dyverse lor sont Por ce que poi veu en ont Si ne se doit merveiller mie Lome sil o oit al a fie Rien dont ainc noi raison rendre Car ades puet li hom aprendre Nus nest qui puisse savoir tot Fors deu qui regarde tot Li jui quant en alcun lieu sont De nos molt grant merveilles ont Que si sommes petit vers aus Si com il nos samble de ceaus Qui plus la moitie sont petit De nos si com on nos a dit Li pigmain qui nont que .iii. pies De grandor se sont merveillies De ce que nos somes si grans Si nos retienent por Gaians Cil qui nont cun doi et .i. pie Se retienent a merveillie De ce que nos en avons .ii. Ensi com il nos refait deis De lor bestes que nos disons Et que par lor nons devisons Ensi devisent il des nos Par le lor de menbres et dos Se li conticores pies a Com li cevals ensi bien ra Li cevals pies de conticore Et si puent bien dire encore Quil a cors de monoceros

B

Et si se resanblent de cors Ensi resanblent les nos bestes Dyverse de cors et de testes

Des diversites qui sont en europe et en aufrique

Dautres coses Apar de cha Dont il nont nule par de la Devers yrlande sor la mer Voit on alcuns oisieaus voler Quen arbre croissent par les bes Et quant de meurer sont pres Cil ca terre chiet ne puet vivre Et cil de terre sont delivre En yrlande a .i. ille grant Sans male beste et sans serpent Qui de cele tere aillors porte Ja vermine tant par soit forte Se ele en est avironee Et sor son dos li est jetee Jamais le parc ne passera Mais par force dedens morra Et qui vermine envenimee Aporteroit en la contree Si tost quen la terre seroit Tot en veant ses eus morroit Un autre i a bien loig en mer U feme ne puet demorer Nes li oysel qui sont femele Sen fuient loing trestot de cele Si ra .i. autres u nules gens Ne puent morir a nul tens Mais quant il sont viel et crollant Et de lor menbres si doillant Quil ne se puent sostenir Et quil ont plus chier a morir Qui vivre si se vont porter En autre lieu por de vier Outre a .i. autre canon tille Li arbre qui sont en cele ille Tienent lor foilles enverdors Este et yver a tos jors Cele part na cun jor en lan Dont la nuis dure demi an .vi. mois a on tot dis doscure Puis vient li jors que .vi. mois dure En yrlande est .i. altres lieus Qui nuit et jor art comme feus Com apele le purgatore Et lapele on ensi encore

C

Sil i vienent alcune gent Qui ne soient bien repentant Tantost est ravis et perdus Com ne set quil est devenus Sil est confes et repentans Si va et passe mains tormens Et sespurge des ses pechies Com plus en a plus li est gries Et quant il revenus en est Riens nule jamais ne li plaist En cest monde jamais nul jor Nen rira mais ades enplor Et gemisent les maus quil font Et les pechies que les gens font En cel ille a .i. mont molt grant De sofre nuit et jor ardant En bertaigne ra ce dist on Une fontaine et .i. peron Quant on jete laighe desus Si pluet et vente et rechiet jus De la ont gent une maniere Que tot ont coes par deriere Sira on en france veu Une gent qui furent cornu Unes femes ra vers les mons Qui boces ont sos les mentons Qui lor pendent jus cas mameles Et sont la tenues por beles Altres i a qui ont grans boces Altres i cort quil vont acroces Et cil qui voient ces afaires Sovent ne sen merveillent gaires Muiaus et sors voit on bien nestre Gens qui domme et de feme ont estre Sans eus a on veu sovent Et sans mains naistre alcune gent

[Part II of the Challenge starts here]

C (continued) De la maniere des bestes Li gorpils por les Oiseaus prendre Sen va as cans com mors estendre Li cers mangue alcun serpent Por renoveler son jovent Se bos naraigne lome mort Sen a li hom sovent la mort La salive del home en geun Tue araigne et bot tot en un Se .i. leus se voit decheu Sen ragist li premiers veu Li leus enporte sans malfaire La berbis que nen a contraire

D

Souef le gete sor don dos Puis le met il en son repos Laraigne trait de ses entrailles Le fil dont ele fait touailles Por prendre mosches a son oes Que nus hom ne le feroit mieus Quant la signesse a .ii. faons Si aime lun et lautre non Lun enporte entre ses bras Et li autres le sieut tos las Li chiens les biens son seignor garde Domme et de feme a male garde Li chien aime molt son seignor Et conjoit par molt grant amor Et sovient avient ca la mort Nel veut gerpir na droit na tort Et de sa mort tant se dolra Que sovent de duel en morra En alcun lieus en engleterre A chiens qui les larrons vont querre Ca son segnor ont riens enble Et sievent tant quil ont trove La mostoile qui est petite Cort et ocist la baselique Et se combat tant al serpent Qui le locit oltreement Ses faones sovent remuet Ca paines vis trover les puet Li hericons les pommes abat par desos soreille et enbat Les pomes en ses aguillons Puis sen vait chargier com .i. trons Cantant et menant son deduit Quant bien se sont chargie de fruit Se mal li veut faire altre beste Si met ensamble pies et teste Et se tient si en .i. rondel Les aguillons entor sa pel Que beste ne si ose en batre Por assaillir ne por combatre Li aigneaus qui onques ne vit Le leu redoute et si le fuit Et autres bestes riens ne doute Ains se fiert entrels et se boute +Li aigles par les ongles prent Ses poillons et les tient forment Celui qui fermement se tient Si laime et o lui le retient Celui qui se tient feblement Laise aler que Garde ni prent Quant vielle est si vole si haut

+ De la maniere des oisieaus [Rubric at the bottom of column de has a '+' sign. There is a corresponding '+' sign next to the blue initial 'L', indicating the rubric should go there] [Top margin: .C.lxxiii.]

Last edit 3 days ago by jessehurlbut
169r

169r

A

Que les nues passe et a chaut Ou soleil tient tant sa veue Que tote i a arse et perdue Et les pennes brullees sont Lors chiet aval tot en .i. mont En une aighe quil a choisie Ensi renovele sa vie Son bec de brise a une piere Puis revient novieaus ariere Quant la torterele a perdue Son malle quele a coneu Jamais autre marle naura Ne sor vert erbe ne serra Ains sen va sor les arbres ses Ainsi com Gemissant ades Lostriche fer mangue bien Ne ja ne li grevera rien Li hairons une maniere a Tele com jo vos dirai ja Quant la tempeste doit venir Si se prent tantost a fuir Et sen vole desor la nue Por esciver tempeste et pluie Quant kuive troeve or u argent Sel emble et le vait reponant Et si sanble qui ot sa vois Que le parrolt alcune fois Molt quide estre beaus li corbeaus Et mieus cantant que nus oisieaus Se ses poillons voit blans de rien Jamais ne lor fera nul bien Quant on esgarde le paon Si torne sa coe environ Et fait alsi com une roe Por ce que on sa biaute loe Et sorgoille de sa biaute Mais quant ses pies a regarde Qui sont si laise chair lanit Sa coe si com por covrir Li oistoir et li esprevier Doivent lor proie por chatier Simples oisieaus est li colons Et norrist bien altres pignons En laighe lostoir apercoit Par lombre del ostoir quil voit La hupe est uns oisieaus crestes Qui en sa poldre et en viltes Plus volentiers caillors demore Qui de son sanc soin droit .i. ore Et alast dormir maintenant Il li sambleroit maintenant

B

Canemi devant lui venissent Que tuit estrangler le voisissent Li rosseignois muert en cantant Et laloete bien sovent La chines est blanc tot defors Et par de dens noir tot le cors Contre sa mort cante sovent En si avient a mainte gent De ces coses et de maint altre Ses merveillent pluisor altre Que rien nen avoient oi Plus que nos ne faisomes chi Car sovent en veons alcunes Qui sont altres coses communes Dont cascuns merveiller se puet Qui a merveilles penser veut

Des diversites des coses communes de alcunes

Maintes coses Sont molt apertes Dont les raisons sont molt covertes Et poi ses merveillent la gent Por co que les voient sovent Vif argent est de tel maniere Qui sor li tient sa chon de piere En .i. aighe pas ne feront Car les pieres al fons sen vont Laighe est froide la cemelee La molt tost si fort escalfee Que saucun si metoit sa main Jamais nul jor ne seroit sain Li rais du soleil si noircist Quir domme et estoile blancist La mole terre dure fait Et la dure si remet Du fer a la piere hurter Saut li fus cler sans alumer Li vent qui frois est le fu prent Et enflanbe et le fait plus grant La laine del home est caude Refroide cose qui est caude Li air par movement refroide Et laighe en escalfe quest froide La terre quest pesans en li Se tient dedens le ciel enmi Sans piler et sans fondement Par sa nature seulement Por ce est fois qui sesmerveille De cose qui ne sa pareille Envers lui demostre raison Por coi ele est ensi ou non

C

[top margin: 'nn' alongside a vertical line with three horizontal lines through it]

Car il nest si petite cose De coi on puist savoir la glose Vraiement por coi ele est fait Fors ensi com damedeu plaist Par clergie puet bien li hom Alcune fois savoir raison Et alcune nature entendre Que raisons ne set que reprendre Tant que nus hom puisse enquerre Par nature que oevre en terre Mais du tot savoir ne porroit Par coi ne comment ele soit Ce ne set nus certainement Fors deu caltres raisons entent

Ou infers est et quel cose ce est

La terre devise avons Parde fors si connus savons Or nos covient apres en querre Quels lieus il a dedens la terre Quele cose vaut mieus ou pis Se est ynfers ou paradis Cil lieus quen la terre est infers Je di que cest li drois ynfers Car infers ne porroit pas estre En lair nen lieu ou ait bel estre Nen ciel que si est biaus et purs Car trop est lais viels et oscurs Et plus pesant que nule rien Por coi on puet entendre bien Quil plus bas lieu a fait son estre Quen haut lieu ne porroit pas estre Contraires est a paradis Et por ce sest issi lonc mis Plus sus en ciel que il puet estre Et est en milieu de la terre Je ne di pas quenfer ne soit Aillors en quel lieu que ce soit Car apres la mort par tot a Paine et mal qui de servi la Et sil estoit sor le ciel mis Si auroit il encore pis Si com dalcun qui morir doit Se on en bel lieu le metoit Ou il eust joie et solas Tant seroit plus tristes et las Car il verroit que solacier Ne se porroit ne lui aidier Ensi sera de ces caitis Qui en ynfer sont par aus mis Que vos devons ci deviser

D

Por mieus nostre livre finer Ore oies et si ne vos Griet Comment infers en milieu siet De la terre et en quel nature Il est et de la paine dure Que cil ont qui laiens sont mis Que deus ne tient pas por amis Bien aves oi et comment Se tienent li .iiii. element Li .i. a lautre par nature Si que en mi la terre dure Quen mi le firmament se serre Tot ensi ra de dens la terre Un lieu qui abismes a non Et terre de perdicion Et tant vos di bien de cel lieu Quil est plains de soufre et de feu Hisdeus puans et plains dordure Et de tote male aventure Large desous estroit deseure Quant quil i chiet font en .i. eure Tot art tot destruit et confont Li soufres cades ait et font Ne ia riens ni aura sans fin Que ades narde tot de fin Tos iors art tos iors i remet Quanque de dens cel lieu mis est Car li lieus est de tel nature Que plus art plus longhement dure Cis lieus a tos mals a sa part La tient la mort son estandart Qui par trestot le monde envoie Qui quen ait tristrece ne joie Laiens vienent tot mal a port Cis lieus a non terre de mort Car les armes tot vraiement I muerent perpetuelment A tos jors vivent en morant Sans fin soefrent itel torment Mors est lor vie et lor viande Mort ades les tient et demande Cest li est aus du fu quil font Tot alsi com la piere afont Dedens la mer quant on li rue Que plus ne puet estre veue Ensi les ames la afondrent Qui ades ardent et confondent Et por ce ne perissent mie Cades comparont lor folie Car riens qui soit esperiteus Ne puet jamais estre morteus

[Top-right corner of the page, in pencil: 169]

Last edit 3 days ago by jessehurlbut
169v

169v

A

Ensi que le soit del tot morte Mais ades la mort la comporte Por ce ne puet ame morir Ains le covient ades languir Ne jamais naura se mal non Cest la terre de bliction Car trestot cil oblie sont Qui la dedens en prison sont Ensi com il ont oblie Celui qui plus plains depite Les a il tos mis en obli Et si naront jamais merci Ce est la terre tenebrouse De fain et de puor hisdouse Plaine de plor et de tristrece Ou jamais naura nus leece Si sont li gehemie puant Terre si male et si ardant Que nostre fus nest que pointure Et ombres vers celui ardure La sont li flueve perillous De fu et de glace hisdous Plain de venin et dordes bestes Cas autres font si grans molestes Qui sont mises en cele abisme Que nus nen diroit la milime En terre a mains Grans biens par lieus Qui sont orible et parilleus Que dedens terre que en mer Et en maintes illes de mer De fu et de puor orible Qui molt sont puant et orible Si sont maintes Montaignes grans De soufre nuit et ior ardans Ou maint ame a maint encombrier Et art por aus mieus espurgier [correction in final letters] Si nos puent atant soffire A parler de ceste martire Car nus raconter ne poeroit Le mal que malvais hom recoit Quant de cest siecle est departis Car ades va de mal en pis Si nos en tairons ore atant Puis que le premier element Est la terre cavons descrit Si com nos trovons en escrit Si dirons dou secont apres Cest de laighe qui cort ades Pres de lair et adont dou feu

B

Dont cascuns a son propre leu

Coment laighe cort par la tere

Laighe si est La mer parfonde Qui environe tot le monde Et de lui tot li flueve vienent Qui par la terre lor cors tienent Tant quen la mer sont recoru Et la dont muevent revenu Ensi sen va la mer tos jors Tornoiant et faisant son cors Par la terre en itel maniere Et par ce quele est plus legiere Qui terre nest tant se tient plus Pres de la terre et puis desus Le pais devise et depart Et par tote terre sespart De mer sen va es fluns sespant Et par la terre vait sordant De lieu en autre son cors seme Si com li sans dome et de feme Sen va par les vaines du cors Et par alcun lieu sen ist fors En si cort laighe par les vaines De terre et sort par les fontaines Dont il avient et loing et pres Que cave en terre tot ades Soit en montaigne ou en valee Il troeve aighe douce et salee ['et' is a later insertion with lighter ink]

Coment aighe douce salee. noire. chaude. envenimees sont

Toutes aighes Sont de mer nees Et les douces et les salees Qui conques soient de mer vienent Et totes iluec sen revienent Dont alcuns porroit demander Puis que totes vienent de mer Et si amere et salee est Comment est que la douce en est Et ce respont .i. teus auctors Que cele aighe qui a son cors Par douce terre devient douce Car la douce terre ladouce Et se li tolt par sa nature Samertume et sa faiture Et laighe qui salee cort Par de dens terre amere cort Que lamertune en li retient

C

Ensi douce salee de vient Altre aighe sort amere et noire Que alcun vont por puison boire Et font purgacions molt grans Soventes fois a molt de gens Ceste aighe qui sort noire et clere Cort par terre noire et amere Et de grant porreture plaine Si est merveille quele est saine En autre lieu est aighe caude Si ca poi com ne si escaude Com les bains naturaus apele Si en a a ais la capele Et a plomiere labeie Quen loheraigne est establie De dens terre a maintes cavernes Caudes comme fu en lanternes Si com la terre a maintes vaines Qui de soufre sont totes plaines Ou il naissent alcun vent fort Par laighe qui en naist et sort Et se debatent si forment Que li soufres art et esprent Ensi com ce fust .i. caut fors Et cele aighe qui a son cors Par ces vaines et par ces leus Devient alsi calde com feus Et sil avient par nul es fors Qui laighe sor de par la fors Enflamee sen ist sordant Ensi com espesce boillant Mais com plus loing denki acort Mains boillant et mains Calde sort [red tilde as line filler] Tant quen la fin redevient froide Car nest si caut que ne refroide Fors que li fus quen ynfer art Qui en nule fin ne prent part Dedens terre a maint altres lieus Plains dordes bestes venimeus Si que laighe que par la vient Tote venimeuse devient Et cort par alcun lieus sor terre Mais qui en boit sa mort va querre

Des diverseses fontaines

Altres fontaines Sont aillors Qui sovent muent lor colors Et altres dont miracles est Con ne set pas bien dont ce nest

D

En la terre de Samarie En a une qui se vairie Et la color li va cangant .iiii. fois lan ce dist la gent Premiers vers et apres sanguine Et puis torble et puis clere et fine Com se delite en les garder Mais poi en ose on goster Une en i a en la semaine Est bien .iii. fois ou .iiii. plaine Et les autres si se tient cort Tot seche com en une voie Un flueve i a qui .vi. jors sort Et al samedi riens ne cort Celui flueve apelon sabat Car lors en terre sen rebat Dont vers acre a .i. sablon Dont on fait voire cler et bon Et daucune glaire denier Covient avoec por afermer La rouge mer est en eGypte Ou li fil ysrael tot quite Passerent outre a seche terre Por aler a la sainte terre Prent de la terre sa color Qui rouge est el fons et entor En perse est .i. fluns lons et les Qui de nuis est si enGeles Que bien i puent aler gens Et de jor est cler et lui sans Une fontaine en espire Dont merveillouse est la matire Com i estaint brandons ardans Et puis les esprant on dedens En ethiope .i. altre en a Qui par nuit si grant calor a Com nen puet boire sest de jors Si frois com si enGele tos En loheraine pres de mes La cite fort a aighe ades Que on quist en paieles grans Si devient se il et bons et blans Icele aighe que io de vis Por voit de seil tot le pais Et sort en .i. puch pres dika Et lapele on le puch de vi Sira fontaines cele part Qui sont si caudes com si art Et en meismes cele place Sordent autres Froides com Glace

[Top margin: .C.lxxviiii.]

Last edit 3 days ago by jessehurlbut
Displaying Page 16 - 20 of 41 in total