BnF. Bibliothèque de l'Arsenal. Ms-3516

ReadAboutContentsVersionsHelp
170r

170r

A

Iluec sont li baing apreste De chaude aighe et de froit melle Cil qui se baignent en ces bains Lor cors devient et biaus et sains Sira unes noires fontaines Que maintes gens tienent asaines Que il vont boire por puisons Et font sovent purgacions Plus grans que ne font medicine Que on recoevre por miechine Une en i a vers oriant Dont on fait fu grijois ardant O autres coses con i met Qui est si chaus quant espris est Que daighe estaindre nel puet on Fors dun aighe o sablon Cele aighe vendent Sarrasin Plus chiere que ne font le vin Altres fontaines aillors issent Qui plaies et mals si garissent Altres qui rendent memore Altre obliance et sont encore Dautres qui luxure refraignent Et tot le talent en mehaignent Altres i a qui femes font Porter enfant que nul nen ont Altres qui font brehaignes estre Et de porter lor tolent lestre Flun sont qui font noires brebis Altres qui font blances com lis Si sont estanc que nule riens Ni puet noer ne hom ne chiens Nautre beste ne nus poissons Que tantost ne sen aille as fons Altre ou riens a fondrer ne puet Mais par desus floter lestuet Altres fontaines caldes sont Qui les larrons avugler font Qui se parjure dou mesfait Dou larrecin con li sus met Et son li met sus denoient Sen boit et voit mieus que devant De tel cose ne puis entendre Raison fors que miracle prendre Sira clere fontaine et coie Se sus a rien qui sesjoie Se timbre ou viele i sone Ou autre estrument qui resone Si ses vaine alsi com de joie Et serpant tot aval la voie Altres fontaines sont aillors

B

Dont lirai sont mult merveillous Mais atant nos en tairons ore Car ne savons pas tot encore Si dirons de ce quil avient Par laighe qui son droit cors tient Par desus terre et par dedens Dont sovent avient crollemens Que la terre si fort sesmuet Que desor li chaoir estuet

Chi fenist la mapemonde

Ci poes oir comment la tere crolle et fent

Ore entendes Dou firmament ['et' added in lighter ink by a later scribe] De la terre qui crolle et fent Calcune gent apelent crolle Por la terre que ensi crole Dont maintes cites sont perdues Qui ainc puis ne furent veus Ce avient par les aighes grans Qui par la terre vont dedens Si que par le deboutement Des ondes naissent alcun vent En cavernes par de sos terre Et li airs qui de dens de serre Qui est enclos iki endroit Se terre est foible cest adroit Que le ne puisse retenir Cel air qui sesforce a issir Si se ovre la terre et fent Dont il est avenu souvent Que viles et cites meismes En sont fondues en abismes Et se la terre est de tel force Quele ne fent si crolle a force Par le deboutement des vens Qui adestroit sont la de dens Et les muet si durement fors Et les grans et les cors fors Qui sont iluec endroit desus Chient si soudainement jus Que les gens asomme et confont Que pas por veu ne se sont Dont li poples qui la demeure Qui ne seivent pas a quel hore Cele tempeste ['telz' erased between words] Doit venir Qui sage est si doute morir Et sapareillent contre la mort

C

De querre vers deu lor acort De lor pechie solanc la loi A la creance de lor foi Com cil qui na espoir de vivre La ou il sont sain et delivre Ensi fait laighe movement Par coi la terre crolle et fent

Coment la mer devient salee

De la saleure de la mer Qui est si sur et si amer Avient par le soleil en haut Quen alcun lieu Fait si grant chaut Que la mer sen escaufe si Que de la terre de sor li Atrait une amere meror Que li tolt tote sa savor Quen la mer a molt de montaignes Ensi com se il et val et plaignes Plaines de molt grant amertume Et la terre calfons escume Por le chaut dou soleit amont Se melle avoec laighe en parfont Se que la saleure en trait Por le chaut que amont lait Tant que avoec lautre est meslee Ensi la mer devient salee Si en est laighe plus amere Que ja soit tant bel netant clere Mais atant de li nos tairons Por lair que deviser volons

Del air et de sa nature

Desor laighe est Li airs assis De tant com il est plus soltis Ensi com la terre environe Et jusques en si haut se done Com plus haut puet monter la nue Dont la pluie est aval venue Cel air si est si tres espes Qui nos avirone de pres En tos sens si que par li vivons Si com de laighe li poissons Qui ens le trait et ens le gete Tot alsi li airs nos profite Car nos repairons ens et fors Et nos maintient la vie el cors Plus tost morroit sans air li hom Que sans point daighe li poisson

D

Qui sa vie aroit tost fenie Li air si nos maintient la vie Por la moistor que de li naist Et por lespoisse quen li naist Sostient les oisieaus volant Qui entor lui en vienent tant Et maintienent joie et revel Ensi vont par lair li oisel Por le cant lor creator loent Et li poisson quen laighe noent Que vos poes apercevoir Par une verge en lair movoir Se vos le moves roidement Ele ploiera maintenant Et se li airs espes nestoit Ja la verge ne ploieroit Ains sen iroit droit estendue Ja si fort ne seroit meue De cest air prendent lor abit Et cors li maligne esperit Cest anemis que tos mals ose En sanblance daucune cose Lors quant se puet apercevoir A alcun por lui decevoir Ou par faire issir de son sens Dont alcune fois est poissans Ou quant par art de nigremance Se met on alcune sustance En tel figure com il vuet Qui tant en set com li estuet Car cest .i. mals que la mort done Celui qui mal si abandone Car il nen set mot si est mors Ou dampnes en arme et en cors Mais ordenons de ce enquerre Que en lair avient de la terre

Coment nues . Gelees tempestes . tonoires . espars avienent et quel cose ce est

Les nues vos Dirons ichi Que ce est et de pluie ensi Li solaus si est fondemens De totes colors et dedens Tot alsi com li cuers del home Fondemens est ce est la some De la calor quen li abonde Sest li solaus li cuers del home Et fondemens par sa valor De tote naturel color

[Top-right corner of the page, in pencil: 170]

Last edit 3 days ago by jessehurlbut
170v

170v

A

Par lui vient quan quen terre naist Ensi com a damedeu plaist Si com vos orres ci apres Se cest livre retenes pres Les nues fait en haut monter Puis en fait la pluie avaler Par force ore oes droit comment Si le porrons oir briefment Quant li solaus estent ses rais Soit de sor terre u sor marais Si la deseche si en trait La moistee qui amont sen vait Mais cest une soutils moistors Poi pert et a anon vapors Et monte jus ca lair iki Si sa samble et monte iki Et pau et pau tant en i vient Que oscure et espece devient Tant quele nos tolt la veue Dou soleil et tel cose est nue Mais na pas si grant oscurte Que dou jor nos toille clarte Et quant trop espece devient Cen est laighe ca terre vient Et la nue blance demore Lors li solaus qui est desore Luist parmi se dont nest trop noire Ensi comme parmi .i. voire Si com dune candeille esprise Est dedens la lanterne mise Qui clarte done par de fors Et si ne voit on pas son cors Ensi luist li solaus parmi La nue qui est desos li Si nos rent la clarte du jor Tant que sor terre fait sojor Mais la nue qui pose ades Si sanble .ii. jors pres apres Tant que moiste et noire devient Et lors sen ist iki sen vient Jus a terre si naist la pluie Et quant tote est aval cheue Par coi la moistor se restance Lors part la nue bele et blance Qui legiere est et monte en haut Tant quen la fin tote defaut Por le caut du soleil amont Qui le degaste et le confont Lors revoit on lair cler et pur Et le ciel bleu si com asur De terre naist et nue et pluie

B

Si com dun drap que on essue Qui moillier est et sen ist fors une moistors et seche lors Comme fumee et sen va sus Qui lors tenroit sa main ensus Cele vapors il sentiroit Qui sa main li amoisteroit Et sele duroit longement Il verroit tot apertement Qui sa main li moilleroit tote Tant caighe en Corroit goute agoute Ensivos di par tel covent Que nue et pluie muet sovent Et deus le monteplie bien Quant il veut por croistre son bien

Des Gelees et des nois

Les Gelees et les Grans nois A vienent par lair qui est frois En mieu le lieu qui est aillors Ensi com nos veons tosjors Des mons qui sient en haut lieu Si comme limons de mongieu Et en autres hautes montaignes Que plus i a de vaus que plaignes Tot ce avient parla froidor Que li airs a mains de calor En haut quen bas porce quil est Plus soltils que cil en bas nest Et par plus est soltis en haut De tant retient mains de chaut Mais complus est li airs espes De tant escaufe il mains deces La ou li solaus puet venir Ensi com on voit avenir Fers et aciers escaufe plus Que ne face piere ne fus Car tant com la cose est plus dure Et de plus esbeste nature Detant si prent li fus plus fort Quant celes qui mains ont de fort Ensi vos di del air ensus Quil est plus fort que cil ca jus Porce quil nest pas si espes Com cil qui de la terre est pres Et por le vent qui naist sovent Qui le fait estre en movement Car laighe que si cort envoie Escaufe mains tost que lacoie Et por ce i naist la froidure

C

Qui enGele cele moisture Tantost que ele este covetee Et chiet aval tote enGelee

des Grelles et des tempestes

Des grans Grelles Quant eles vienent Par itel maniere revienent Que en lair naissent alcun vent Dont grant froidure naist sovent Que la moisture quen l'air est nee De froidure est tote engelee Et sa samble en lair et amasse Por la calor que pres le chace Du soleil qui pres le serre Que le en durcist et chiet aterre Plus grosse naist que le nechie Mais al chaoir siest de lie Et cest la tempeste qui chiet Ensi sovent aqui quil griet

des espars et des tonoires

Dn lair maintes [The capital should be 'E' giving, 'En lair'] Coses avienent Dont les gens poi parole tienent Car nont cure de tel afaire Dont il ne puent achief traire Cequi laterre fait croller Et ce que les nues fait toner Et ce que fait laterre ovrir Ce fait les nues departir Car espars et tonoires grans Nest que deboutement des vens Ki sen contrent desos les nues Sidurement quen lor venues Naist sovent en lair alcun fus Cest foudres qui chiet En mains lieus Que li vent destraignent amont Si quil font les nues amont Et fait tonner et espartir Et chiet a val de tel air Par le grant vent qui le destaint Que il confont quant quil ataint Si que riens contre li ne dure Et est de si pesant nature Alcune fois que tot en mi Porce laterre tot parmi Alcune fois estaint anchois Lonc ce quil na pas si grant pois nest pas de si pesant nature

D

Car quant la lune est bien oscure Que de laighe i a grant plente Si ne la pas si tost passe Li fus ains estaint en lannee Por la grant plente de lapluie Ains que le puisse trespercher Si ne puet a terre aprocher Mais a lestaindre quil fait lors En lanue naist .i. sons fors Cest du tonoire que on doute Si com du fer caut que on boute Dedens laighe naist alcun sons U quant on estaint vis carbons Mais li espars apert ancois Que du tonoire oies la vois Car li veoirs est plus soltis Del home qui nest li oirs Si com li home voit de loing U parmi une aighe al plus loing Batre dus ou ferir amarcieaus Il voit ancois lecop as eus Et aprocher de son resort Com oie le son de trop fort Ensi du tonoire vos di Com voit ancois com lait oi De tant com il est plus ensus De tant ses loigne lisons plus De les part puis com a veu Ancois com oie sa vertu Com plus tost est oi apres Tant est li tonoires plus pres

Coment li vent naissent

Des vent puet on Raison en querre Par les mers quenviron la terre Corent et sencontrent sovent En alcun lieu si durement Que il se lievent contremont Si que lair deboutent amont Et li air qui est deboutes Par force et de sor li ostes Remuet lair en itel maniere Quil remuet ensi com ariere Et sen vait ensi ondoiant Com est laighe qui vait corant Que vens nest fors cair esmeus Tant que ses effors est cheus Ensi vienent par maintes fois Nue pluie tonoire escrois Et les coses que dit avons Si a encore altres raisons

[Top margin: .C.lxxv.]

Last edit 3 days ago by jessehurlbut
171r

171r

A

Coment que cels coses avienent Mais celes qui mieus i avienent Por entendre legierement Avons nos retraites briefment Si laiserons atant ester Por le fu sor lart deviser

Del fu et des estoiles qui samble cheoir et du dragon quil cose ce est

Por lair est li fus tot entor Cest uns airs de grant resplendor Et de molt grant nobilite Qui par sa grant soutilite Na riens de moistor de dens lui Et est tant plus cler de cestui Et tant de plus soutil nature Que cis airs envers aighe pure Ou com laighe envers la terre est Cis airs ou nule moistors nest En plus que la lune sestent Detor cel air voit on sovent Qui samble estoile cler luistant Et samble quil se vont movant Et se remuent de lor lieus Mais non sont ains est alcun feus Qui en lair naist dune vapor Seche que poi a de moistor Dedens li que montee i est De la terre dont ele nest Por le soleil que trop si trait Et quant est trop haute silait Sestent et luist comme candoille Et est alsi com une estoile Puis chiet en lair moiste et estant Quant la moistor de lair le vaint Et quant grose est et li airs vairs Si sen vient tot ardant apres Du fu alcune estincele Si samble estre estoile novele Dont les gens dient que ce sont Estoiles qui corant sen vont Dont a la terre molt sovent Avient que cil qui vont nagant Par mer ou qui par terre vont Maintes fois trouvees les ont Et les voient totes ardans Chaoir dusca terre luisans Et quant la vienent por la prendre Si troevent alsi comme cendre

B

Dun arbre qui seroit moillie [Note in left margin: .b. indicates this line should be inserted after the line marked ".a." below.] Ou alcune foille porrie [Note in left margin .a.] Si ne croient pas bien a droit Cil qui quident questoile soit Estoile ne puet pas cheoir Car toutes les covient movoir En lor cercle ades ingalment Nuit et jor ordeneement

Du draGoN

Li dragons si nest autre cose Fors une vapors seche close Calcune fois asamble en haut Et qui sovent esprent por chaut Et quant espris est sises muet Si sen va plus tost que le puet Comme fus qui seroit haucies Tant ca la terre est abaissies Ensi sen va cis fus volant Tant cal daerrain vient anoient Tel coses sont certefiances En terre daucunes nuisances Del fu vos avons dit briefmens Et descris les .iiii. elemens Comment lun et lautre est assis Si com deus les a establis Le plus legier el plus haut lieu Et le plus pesant en mielieu Cest la terre dont li fus naist Qui les gens et les bestes paist Et por le bien que de lui ist Et por le bien que le norrist Et les autres biens que i sont Furent alcune gent almont Qui disent que la terre estoit Por le fruit que de li naissoit Et Por le bien quen li abonde Une des estoiles del monde Qui mieus assist elfirmament En milieu por estre plus gent Si que en li tel cose fust Qui a ses biens partir peust Por ce devroit cascun bien faire Cose que a deu peust plaire Car tos les biens quil fist en terre Fist il por les armes conquerre Et que nos peussiens avoir Remenbrance de son pooir Et de sa debonairete Dont il nos fist si grant bonte

C

Cavoir poons par nos meisme Ses biens et la gloire saintime Mais puis que descrit vos avon Les .iiii. elemens environ Si vos dirons de cel air pur Qui nos samble ensi com asur

Del pur air coment les .vii. planetes isont assises

Li purs airs est desus le fu Que juscal ciel porprent le leu En cel air na point doscurte Car fais fu de pure purte Qui resplendist et luist si cler Com ni porroit riens comparer En cel air .vii. estoiles sont Quentor la terre lor cors font Qui molt persont cleres et netes Com apele les vii. planetes Dont lune sor lautre est asise Et ordenee en itel guise Quil a plus loing entre cascune Que de la terre dusca lune Oil et plus loing .xii. tant Que tote la terre nest grans Et cort cascune par miracle Ou firmament et fait cercle Lune grant et lautre petit Selonc ice que le haut sist Car tant com plus pris fait son cors De tant est ses cercles plus cors Et plus tost a son cors parfait Que cele qui plus loing en vait Entendre porroit par cest point Quen la paroit feroit .i. point Et pluisor cercles tot entor Dun compas et dun autre a tor Et lun plus loing De lautre ades Cil qui del point Seroit plus pres Seroit des autres li plus grant Mais quil a laissent ingalment Si com en i ceste figure En poes veoir La nature

[Top-right corner of the page, in pencil: 171]

Last edit 3 days ago by jessehurlbut
171v

171v

A

[Diagram: Seven concentric circles in red or black ink proceeding from the outer circle: red, black, red, red, black, red, black. ]

Des .vii. planetes que jo di Poes entendre tot ensi que li une sor lautre abaisse Et que la lune est la plus basse Et lune mains grande dels .vii. Et por ce que le plus pres est De la terre samble estre grans Plus cune autre et est plus parans Por la terre qui est oscure Na ele plus de clarte pure que de li viegne proprement Mais la clarte que le nos rent Prent ele du soleil tous jors Ensement com uns mireors Que lirais du soleil si fiert Et plus a la paroi se fiert Et flamboie en itel maniere Nos done la lune lumiere En la lune est .i. cors polis Si com pumieaus bien burnis Qui reflamboie et claire rent Quant lirais du soleil si prent Et des nueres que on i voit Dient alcun que ce estoit La terre qui apeirt dedens Et ce quest aighe i a peirt blans Ensi com en .i. mireor Qui recoit cascune color Quant ele est devant li tornee Autre jorent altre pensee Et dient que ci ert avenu Lors que adans de ceu fu De la pomme que il manga Qui tant a tote gent greva Que la lune en fu en techie Et sa clartes amenuisie De ces estoiles que i sont

B

Ou firmament qui le cors font Dont nos avons parle devant Si conoist on comunement Les .ii. que aprent entre nos Ce est la lune et li solaus Les autres ne conoist on mie Se ce nest par astrenomie Et non por quant ses nomerons Porce que parle en avons De celes a .ii. sor la lune Lune sor lautre dunt cascune A en terre propres vertus Co est mercures et venus Desor ces .ii. est li solaus Qui tant est clers et purs et bieaus Et clarte rent partot le mont Et est si haus assis amont Que ses cercles est .xii. tans Que cil de la lune plus grans Qui son cors en .xxx. jors fait Mais li solaus qui plus loins vait De la terre met en son cors .ccc. et .lxvi jors .xii. tans et .vi. jors plus outre Si com li calendiers demostre Et itant ce vers di encore Le quart dun jor ce font .vi. ore Mais por ce que diversement Eust li ans commencement Lun de jor li autre de nuis Car a pluisors fust grans anuis Fu cis quart del jor atornes A ce quen .iiii. ans est tornes Un jor autres qui nomes est Biseus qui en .iiii. ans nest Une fois dont on met par us De .iiii. ans .i. autre jor plus Car lors est en son premier point Li solaus revenus a point Cest enmi may querbe ragence Et que li novieaus tans commence Et tote riens trait en amor Por la vertu de son retor Car a cel tans premierement Ot li mondes commencement Et por ce remet par nature Cascune cose en sa verdure Sor le soleil a .iii. estoiles Cleres et luisans com candoilles

C

Lune desos lautre de sus Mars. Jupiter. et Saturnus Saturnus est tot la plus haute Et prove est sans nule faute Que le siet el cercle gregnor .xxx. ans met por aler son tor Les .iii. lor vertu retienent Es coses que cha jus avienent Et regarder poes par cest Ceste figure que ci est Si com est la droite nature Le demostre ceste figure Ces .vii. estoiles si sont tes Que les ont plus de poestes

[Diagram: In black ink, 12 concentric circles divided into sectors by 12 straight lines radiating from the center circle. (Label, red ink: within each sector of the outer circle, in counter-clockwise order, beginning with the top sector: A, B, C, D, E, F, G, H, I, K, L, M). (Label, black ink: within the second circle, counter-clockwise, beginning with the top sector: Arietes .M., Taurus, Gemini, Cancer, Leo, Virgo, Libra, Scorpius, Sagitarius, Capricornus, Aquarius, Pisces .I). (Label, alternating black, red, black ink: within the third through the nineth circles, clockwise, beginning with the sector labled B: Circle 3: I, Saturnus, .xxx. ans; Circle 4: II, Jupiter, .xii. ans; Circle 5: III, Mars, .ii. ans; Circle 6: IIII, Sol, .ccc.jor. lxv. vi, evres; Circle 7: V, Venus, ccc jors .lxv,.; Circle 8: VI, Mercurius; Circle 9: VII, Luna, xxix jor, .s.). (Label, black ink: center circle: terre) ]

En coses que de terre naissent Et lor vertus plus si abaissent Ca .i. autre del firmament Si com li anciene gent Qui molt estoient prou et sage Len cherquierent par lor usage De ces .vii. planetes du maine Prendent les jors de la semaine Lor nons si com vos orres ci La lune si a le lundi Mars. le mardi en tel mesure Est li merkerdi sor merkure De Jupiter est li joesdis Et de Venus le venredis Samedis si est sor Saturne Li Sains diemences sa torne Al Soleil qui est li plus bieaus

[Top margin: .C.lxxvi.]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
172r

172r

A

Et sor terre plus principaus Car el siecle est molt desire Son rai et sa tres grant clarte Por ce vaut diemences mieus Car cest .i. des jors plus soutiels Que nul des jors de la semaine Car cis jors est mis hors de paine Et celui jor doit on mains faire Cose que a deu soit contraire Mais puis quen cest secont escrit Avons le firmament descrit Si dirons apres dalcun cas Qui avienent de haut et bas Altant vaut dire diemaine Comme jor de deu et de langle Car tote riens doit icel jor Loer le verai creator

Le cours du firmament

Sor saturne le daerraine Qui des .vii. est la plus hautaine Est li ciels que on voit si plain Des estoiles quant fait serain Com cil qui tos en est veles Cil ciels que si est esteles Est li firmament qui tornoie De qui tor issent si grant joie Et si tres douce melodie Quil nest nus sil lavoit oie Qui jamais volsist joie faire Qui a deu venist a contraire Tant baeroit a porsuir La ou baeroit aoir Tos jors et avoir lonc soie Issi tres douce melodie Dont alcun furent qui disoient Que li petit enfancon loent Quant il rient en lor dormant Quil dient quil oent cantant Les angles deu en paradis Qui les ont en tel joie mis Mais de ce ne set nus le voir Fors deu qui tot a asavoir Qui les estoiles el ciel mist Tel pooir a avoir lor fist Quen terre na cose diverse Ne de dens mer tant soit perverse Qui el ciel ne soit figuree Par estoiles et compasee

B

Dont nus ne puet savoir le nonbre Fors deu qui par li seul les nonbre Et de cascune fist le non Com cil qui tot fist par raison Des estoiles con puet veoir Puet on bien le nonbre savoir Et querre par astrenomie Mais cest une bele maistrie Na en terre cose petite Quen terre nait sa vertu quite En erbe ou en fruit ou en flor Soit de faiture ou de valor Ou de quel terre que ce soit Na riens en terre questre doit Ne qui en lui prange naiscance Que estoile ni ait poissance Par nature soit male ou bone Itele comme deus lor done Por planetes et firmament Ceste figure vos present Qui en demostre la raison Des coses dont parle avon Si com il est en escripture Le demostre ceste figure Car li .xii. signes i sont Et les planetes com il vont Cascune en son lieu est asise Et en ordre en son cercle mise Et la terre est en milieu faite Si com la figure est portraite

[Diagram: The diagram is identical to the second diagram on fol. 171v minus the time indicators in sector M and with the addition of the following labels, black ink. Sector L, circle 3: .S.; sector K, circle 3: Saturnus; sector I, circle 4: Jupiter; sector H, circle 5: Mars; sector G, circle 7: Venus; sector H, circle 8: Mercurius; sector D, circle 10: Luna]

Les coses del firmament Mais puis quen cest secont escrit

C

Avons le firmament descrit Puis vos en dirons la mesure Por mieus entendre la faiture De ce quest sor le firmament Et des paroles en sement

Chi commence la tierche partie

En iceste tierce partie Fineromes astrenomie Et vos dirons premierement Comment nuit et jor les soprant Por les esclipces faire entendre Et autres coses por aprendre

Comment il est et nuit et jor

Li solaus entre nuit et jor Fait environ la terre .i. tor Et va ingalment cascune ore Tant com il sor terre de more Si avons du jor le deduit Quant de sos est si avons nuit Si com on iroit torniant Une candoille tot ardant Entor sa teste en son poing Qui entor une pomme al loing La partie que plus ardroit Envers la candoille seroit Et seroit enlumine ades Et cele qui plus seroit pres [right margin: mains] Par dautre part seroit oscure Ensi li solaus par nature Fait sor terre nuit et jor naistre Par devers lui fait le jor naistre Et par dautre part laise ombreuse La terre qui est tenebreuse Ensi laist lombre cele part Ou il ne puet avoir regart Et cest li ombre de la nuit Qui del jor nos tolt le deduit Mais porce que li solaus est Plus grande que la terre nest Vait li ombres agrailoiant Si quen la fin vait a noient A la mesure dun clocher Agu com fait en .i. mostier Mais se la terre et li solaus Fuissent de lor Grandor ingaus Li ombres neust point de fin

[Top-right corner of the page, in pencil: 172]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
Displaying Page 21 - 25 of 41 in total