BnF. Bibliothèque de l'Arsenal. Ms-3516

ReadAboutContentsVersionsHelp
175r

175r

A

[Top margin: nntresbon]

Celes qui en divers lieus sont Di tels lun tost et lautre tart Et plus les prent deus a sa part Por ce avroient bien mests Meloge en cils com mests Qui les gens en valoroient mieus Solonc Deu et lor cors mieus Et plus longement en vivroient Se en droit point se contenoient Dorer de manger dautre afaire Cascun a sa droite ore faire Si seroit cose molt legiere Se il voloient la maniere Atorner si comme il font A faire ce que les confont Cest avoir dont il ont envie Dont por chacier quident lor vie Por assambler les grans tresors Et il por chacent plus lor mors Car le grant tresor quil asanblent Lor sens et lor cors lor enblent En droit ne se puent mener Ne lor afaires ordener Por vivre si com il deussent Dont a tos jors plus aise fuissent Et ver qui sent plus longement Et algre Deu plus sagement Mais tant aiment Gaaing davoir Que de que mieus lor deust valoir Ne sai porcoi lavoir conquierent Cest laisse del mont quil enquierent Si se pardent por Gaaignier Lavoir del monde quil ont chier Dont il font lor cors a aisier Et quant se quident mieus aidier Et estre aise a grant sojor Dont muerent il a grant dolor Car paine de lor covoitise De lavoir v tos jors ont mise Tote lor entente et lor cure Sans ordenance et sans mesure Les a plus tost mene a mort Si sont ore maint home mort Que se il lor a faire eussent Ordene si com il deussent Cascon jor a eure establie Qui en core fuissent en vie Et Riche et poisant et bien fort Ensi se hastent de lor mort Car nature ne puet soffrir

B

Longement divers maintenir Nalsi lor foles muances Quil font par lor foles muances Ne a Deu ne plaisent de rien Car il nen puet venir nul bien Plus aiment Gaaing davoir faire Que cose ca Deu puisse plaire Ja par ordene rien ne feront Un jor matin al molts vont Lautre jor tart ou accle ore Quil quident que tart lordemeure De lor altre besoigne faire Dont il quident lor Gaaig faire Ensi niront ja Deu proier Fors quant quident Mains Gaaignier Et mains Gaaignent il sans faille Car il servent Deu de la paille Et tel paille chier lor vendra Car molt tres bien lor rendera Car celui laissent aservir Quen .i. seul jor lor puet merir Plus que Gaaigner ne porroient A .m. tans se tot dis Gaaignoient Tel gent sont de mal esoient Qui quident servir denoient Celui qui tot set et tot voit Et qui lor pensees conoist Encor quant il vont al moster Ne vont il pas por Deu proier Com por le los du monde avoir Et prient plus por lor avoir Que Deus lor gart et monteplie Que por larme qui est perie Si est merveille de ces gens Que bien pensent de Deus lor sens Et sement cest mal quil font Ne ja por ce ne sen faindront Dont poi se puent il prisier Car ensi se laissent brisier Al si faible cose com est Cest dyables que tos mals nest Molt est febles car il ne puet Vaintre fors celui qui se veut A ses afaires maintenir Et ce sachier bien sans mentir Na pooir en home fors tant Quant a mal faire se consent Car qui se veut a bien conduire Dyables na poir de li nuire Ne faire riens dont il se doille

C

Tant com a bien tenir se voille Si puet on bien dire daus fi Quil sont plus que nul failli Quant si feble cose les vaint Et en mal faire les ataint Dont a perdicion les maine Ne jamais nisteront depaine Ne jamais jor joie naront Cil sont fol que ensi le font Car il naront jamais merci Mais de ce nos tairons ici Et dirons du roi Tholomeu Qui son tans mist en Deu Tant quil ensot une partie Dont maint livre fut en sa vie De ses livres furent estrait Li nonbre dont li an sont fait Et cil de la lune meisme Por coi on set quant ele est prime Dont Juliens Cesar fist somme Qui fu enpereres de Rome Que sainte eglise a grant mestier Cest li com par del calendier Car par le calendier set an Le cors de la lune et del an Por coi on set comment on doit Cascun jor vivre solonc droit En mangier et en laborer Et en dame Deu aorer Es simples jors et es emnes Et en ces haus jors solemnes Lonc la costume sainte iglise Que li saint Deu jont asise Por li savoir nos le saint tans Les quaresmes et les avens Et les jors que on doit mangier Poisson ou char tel ca mestier Et les jors com doit jeuner Se doit cascuns a mesurer Mais pense e Deu et a ses sains De ce li donra Deus Gaains Por ce conquerra la grant joie Que Deus a ses amis otroie Que de lui servir volentiers Ce nos aprent li calendiers Qui fu estrais dastrenomie Dont rois Tholomeus fist sa mie Et plus ensot que nul altre hom Fors que Adans li premiers hom Car cis totes les .vii. art sot Entierement sans faillir mot

D

Com ciels que deus fist de ses mains Si volt quil fust soverains De beaute de force et de sens Sor tos homes qui por son tens Puissent estre jor de lor vie Fors Ihesu Crist le fil Marie Que savoir que sens que beaute Li dona deus a tel plente Conques nus hom puis tant nen ot Ne ja navra mais puis quil sot Com sentu al pechie sa feme Par di il tant de sens de same Que tantost devint hom morreus Que devant son pechie fu teus Que jamais mort ne leust point Et fuissent tot en altel point En joie en solas en deduit En paradis terrestre tot Ne et noeri sans nul pechie Et puis el ciel glorifie Maispuis que goste ot del fruit Si furent li .saint. si destruit Et corrumpu par son pechie Que tot en somes entechie Not riens en tot le firmement Que mains ne valsist que devant Nis les estoiles en rendirent Mains de clairte que ains ne firent Ensi enpira de tos biens Li pechies Adan tote riens Que deus ot fait por home naistre Com cil qui le volt faire maistre De tos les biens quil avoit fais Mais tantost comme ce fu fais Si se senti si desnue De sens de force de beaute Quil li sanbla quil fust tos nus Et quil eust tos biens perdus Com hom qui est mis en escil Et ne que dent li remest il Plus force beaute et savoir Que nus hom ne peust avoir Et a ces .iii. vertus quil ot Ot li rois david qui tant sot .iii. fieus qui furent compare A son sens et a sa beaute Ce fu li sages Salemons Et ses fieus li beaus absalons Et a sa force cest la fins Fu compares sanses fortins Ensi furent ces .iii. vertus

[Top-right corner of the page, in pencil: 175]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
175v

175v

A

[Top margin: nn followed by a vertical bar with three cross strokes]

En Adan et encore plus Et plus parfitement les ot Que nus daus .iii. la soie not Cil sot les .vii. ars de clergie Mieus que nus hom qui fust en vie Com cil qui deus les ot aprises Puis furent par maint autre enquises Qui de les savoir grant paine orent Por le doloive que il sorent Qui devenoit avenir el monde Par fu et par aighe par fonde

Coment les clergies furent salvees et apres le doloive

Puis Adan furent Maintes gens Qui des .vii. ars sorent le sens Que deus lor envoia en terre Dont alcuns i ot qui enquerre Voldrent que limons devendroit Et se jamais de fineroit Si troverent tot sans faillir Quil devoit .ii. fois defenir A lune fois par fu ardant A lautre par aighe corant Mais ni ot nul a cele fois Qui seust par lequel ancois Daighe ou de fu adonques sorent Partie des clergies quil sorent Que ensi seroient peries Se les nestoient garanties Dont sapenserent de grant bien Si comme cil qui sorent bien Capres le premier finement Seroient en cor autre gent Si firent grans colonbes faire Si grans quil peusent por traire Et taillier en cascune piere Al mains une des ars entiere Si caltres gens fuissent communes Dont alcun dient que les unes Furent dune piere si dure Com marbres et de tel nature Quen aighe ne puet enpirier Ne deseroistre na menuisier Dune fort maniere de cules Entieres sans jointures nules Furent les autres lonc la letre Que fus ni peust viens mal metre Grans colonbes en ceaus quil firent En taillierent et les ars mirent

B

Que cil qui apres aus venissent Les trovaissent et apresisent

De ceaus qui retroverent les clergies apres le doloive

Ensi salverent Les clergies Cil qui deus les ot enseignies Tant que deus par force en voia Le doloive que tot noia Fors noe quen larche se mist Par coi li mondes se refist Lors commencierent a refaire Lor maisons et lor altre afaire Mais molt rudement les faisoient Com cil qui perit en savoient Petit sorent que faire durent Tant que les clergies refurent Retroverent si sorent mieus Ce que bon lor estoit a lor eux Et de lor mieus trover refuge Mais li premiers puis le duluge Qui sen tente en clergie mist Et de retrover sentre mist Ce fu sevi .i. des fils noe Qui son cuer ot a ce torne Qui tant i usa de sa vie Quil retrova astrenomie Une partie par son sens Et puis revint Saint Abresens Qui en retrova grant partie Puis furent autre qui lor vie I userent al mieus quil sorent Et des .vii. ars clergie sorent Les principaus et les raisons Apres vint li sages platons Li soverains des philosophes Et ses clers ot non aristotes Cil platons fu li hom el monde De plus grant science parfonde Et qui plus mist clergie avant Que nus qui fust napres navant Icil prova tos premerains Quil ni ert que uns hon soverains Qui tot fist et dont tos nos vienent Et si livre encor le pruevent Quil nest cun seul soverains deus Cest cil qui fist les autres biens Et en cele sainte unite Prova il droite verite Son pooir son sens et son bien

C

Ces .iii. claiment li crestien Pere et fil et Saint esperit Li peres la poissance dist Et li fieus dist la pacience Saint esperis la bienvoillance Aristotes qui vint apres Le sui et le tint apres De molt de coses que dit ot Que de lui vint ce que it sot Lart de logique ordena bien Car plus en sot que dautre rien Cil doi .iii. persones troverent En .i. seul lieu et proverent Mais nen misent riens en latin Car andoi furent sarrasin Car cil qui furent ains le tans Jhesu Crist plus de .ccc. ans Tot lor livres firent en Grieu Mais puis vint boece en lieu .i. philosophes preus et sages Qui aprist de pluisors langages Et qui droiture molt ama Cil de lor livres tranlata Grant partie et mist en latin Mais il vit ancois en latin Si les eust translate tos Dont ce fust damages a nos Que si tost du siecle partie Sage philosophe ot en li Aller eust fait et trove Se longhes i fust demore Mais puis que deu vint aplaisir Du siecle le covint partir Puis en ont altre translate Qui furent bon clerc et letre Mais cil en translata le plus Que nos avons encore en us Et fist maint bon livre en sa vie De molt haute philosophie Qui nos encore a bon mestier Por nos envers deu adrecier Maint altre grant clere ont este Al monde et de grant poeste Quil aprisent tote lor vie Des .vii. ars et dastrenomie Dont alcuns i ot ca lor tans Fisent merveilles de lor sens Mais cil qui plus sen entremist Fu Virgilles qui tant en fist Por si vos a conterons Alcuns que oi en avons.

D

Des merveilles que Virgilles fist par astrenomie

Devant Jhesu Crist Fu virgile Qui les ars ne tint pas agile Ains i usa tote sa vie Tant quil fist par astrenomie Maintes grans merveilles a plain Il fist une mosche darain Quant la drecoit en une place Si faisoit des altres tel chace Que nule altre mosche qui fust Vers lui aprocher ne peust De .ii. arcies lonc entor Que il ne morust sans demor Tot maintenant que le passoit La bonne quil li compassoit Apres fist darain .i. ceval Qui Garisoit de cascun mal Les cevals quant Gari estoient Maintenant que veu la voient Si fonda une fort cite Sor .i. oef par tel poeste Que quant alcuns loef remuoit Tote la terre en crolloit Et com plus fort le crolloit on Tant crolloit plus tot environ La vile et li haut et li plain La mosche et li cevals darain Et la cite que on veoit Qui sor .i. oef asise estoit Sen dient cil quan sont venu Et alcune fois lont veu En une cite faillir fist Trestot le fu si com on dist Que nus point a avoir nen pooit Se sa candoille nalumoit A la naiscance dune feme Fille denpereor grant dame Qui li ot fait alcun anui Ne cil nen pooit a altrui Point doner ains lor couvenoit Cascun fu prendre la endroit Et a celui par nabeli Ensi se vengua cil de li Et fist parmi .i. aighe .i. pont Le plus grant conques fust al mont Ja ne sai de piere u de fust Mais nus ovriers tant soltis fust Carpentiers machons ne ovriers

[Top margin: .C.lxxx.]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
176r

176r

A

Ne seussent tant en cher kier Dedans aighe ne dens terre Qui peusent raison en querre En quel point cis pons fais estoit Ne comment il se sostenoit En milieu en chief et enmi Passoit on bien trestot parmi Un Gardin fist tot clos entier Del air tot sans plus dautre ator Espessement com une nue De terre molt haut estendue .ii. chierges fist tos jors ardans Et une lampe a fu dedens Qui tous jors sans Estaindre ardoient Ne deriens ne samenui soient Ces .iii. clost il si desos terre Com nes peust trover sor terre Jusca tant quil devroit faillir Ne sai son i porroit venir Mais qui altant com il savroit Asses mieus aprisier feroit Il fist une teste parlant Que li respondoit erranment De tot ce com li demandoit Quen la terre avenir pooit Tant eune fois li demanda De son afaire ou il ala Mais ele li dist une cose Dont il nentendi pas la glose Qui sil gardoit sa teste bien Quil nen li a venroit fors bien Lors sen ala segurement Mais li solaus qui clarte rent Le cervel si hes chaufa Com ques garde ne sen dona Une maladie len prist Dont il morut si com on dist Quant il parla a cele teste Nentendi pas a cele reste De cele reste ou il parloit Entendi se bien le gardoit Mais mieus li venist tote voie Qui bien eust garde la soie Quant morut si se fist porter Fort de rome por enterrer A un castel de vers se sile Pres de la mer a une vile Encore i sont hos de lui Com Garde mieus que les autrui Quant on le soloit remuer

B

Ou lui car eu haut lever Si enfloit la mer maintenant Et venoit el castel corant Et com plus le levoit en haut Tant croissont plus la mer en haut Et tot le castel rost noiast Se on aval ne la valast Et quant en son droit lieu estoit Tantost la mer se rabaissoit Ensi com ele estoit avant Et ce aon prove sovent Encore dure la vertu Ce dient cil quen sont venu Molt soltis fu virgile et sages Et volt prover tos ses langages De clergies a son pooir Et tant com plus en pot savoir Et fu de petit estature Le dos cort .i. poi par nature Et aloit la teste baissant A des vers terre regardant Maintes merveilles fist virgile Qui les gens renoient aghile Quant les ooient raconter Comment quil ne puent penser Cuns autres seust cose faire Dont riens ne seussent la faire Et quant de teus a faires oent Ou dautres calcune fois voient Done riens ne seivent Tantost dient Com cil qui volentiers mesdient Que ce est de par [lanemi] Quant il seivent ovrer issi Et dient que si fait savoir Ne se mie bon asavoir Et sil savoient la maniere Il le tenroient alegiere Et adroite oevre denature Sans mal et sans altre figure Mais quant il nen seivent la glose Si en dient la fole cose Ensi lor estoupe lor eus Quil ne seivent ne ce ne mieus Il nest riens quen cest mont seroit Castrenomie bien saroit Dont en querre seust raison Qui mainte cose en feroit on Qui sanbleroit miracle grans Qui ne saroient de cel sens Je ne di pas que il deust

C

Faire mal qui tant enseust Car il nest si bone science Com ni puist entendre marance Et com ne puist mal ovrer Se li hom sen voloit penir Deus ne fist onques ewangile Com ne puisse torner aghile Dont on se porroit bien danpner Qui de mal se voldroit pener Il nest nule si vraie cose Com ni puisse noter tel glose Nest pas maistrie De mal faire Li hom se puet bien a mal traire On al bien sen a le voloir Du quel quil a vra le pooir Sa bien pense deus li a maine Al mieus le trait a tote paine Ja li malvais ne dira bien De ce dont il ne savra rien Il nest nule art que ne soit bone A savoir se li hom si done Mais que cose envers lui ne face Dont il puisse perdre sa grace On set tot par astrenomie Fors ice que deus ne veut mie Si en feroit meillor aprendre Qui cele por avoir entendre Car qui bien a droit le sal dit Doint quil voldroit en terre aroit Car il ne falroit ja a rien Quil neust encor plus de bien Mais il ont plus chier la monoie Et sine sevent quest monoie Ne por coi ele fu trovee Par moi ert la glose i nostree Ne il nont cure de savoir Mais casses en puissent avoir Et porce ne le lairons pas Que nos ne diront alcun cas Por ceaus qui talent ont daprendre Sil loent et voelent entendre

Por coi monoie fu establie

Monoie si fu establie Por les gens qui navoient mie Cascun vin ble robes et dras Altres coses quil norent pas Et lors lun por lautre cangierent Les gens tel bien com il avoient Quant ce li philosophe virent

D

Si firent tant quil establirent Vers les segnors cha en ariere Une petite cose legiere Dont cascuns en peust acater Ce que aillors mestier aroit Car cascuns hom pas ne pooit Porter apres lui por son vivre Dont aillors li covenoit vivre Si pensoient alor avis Une cose chiere ne vis Qui plus commune par tot fust Et alcune valor eust Por plus adroit faire bargaigne Lun alautre par ceste ensegne Si establirent tel monoie Qui fust comune tote voie Tenue et petite et reonde Dargent por aler par le monde Et parce fu dite monoie Qui les gens menoit par la voie U damonester altant vaut Ce que por vivre a lomme faut Monos en gresce vaut altant Que une cose seulement Car il nen estoit lors que une Que par le mont estoit commune Mais or fait cascuns samonoie Melle dont on plus se desvoie Que sele fust dun seul afaire Car mainte fause en voit on faire Li philosophe qui troverent Monoie et qui le porpenserent Ne lest ablirent pas ensi Une aillors et autre chi Com cil qui voloient aler Por lestat du monde salver Se li argens estoit fors mis Dun tornois [on] dun parisis Si seroit mieldre la moie Por salver et porter envoie Tant com plus petite seroit Et plus legiere mieus valdroit Por ce faire et avoir sa vie Porcoi ele fu essauchie Car monoie prisie nest Fors por lor ou largent qui est Petite et legiere le firent Qui premierement Lest ablirent Por plus legierement porter

[Top-right corner of the page, in pencil: 176] [Bottom-center, in pale brown ink: xxiiii]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
176v

176v

A

[Top margin: nno followed by a vertical bar with three hash marks]

La ou il voloient aler

des philosophes qui alerent por aprendre

Ensi par le monoie aloient Par le monde battre voloient Por voie ou por pelerinage Ou por en querre alcun estage Dalcun lieu que savoir voloient Dont maint qui Philosophe estoient Qui tant voloient esprover Aloient par terre et par mer Por mieus la verite en querre Des coses en ciel et en terre Ne se rostoient pas altant Al fu comme font li truant Maint papelart cal monde sont Qui nul bien naiment ne nefont Fort por avoir le los du monde Ains cerkoient la mer profonde Et la terre a mont et a val Por bien conoistre bien et mal Dont il soffrirent maintes paines Por rendre a deu lor armes saines Et cist ne quierent fors le don De maistre et por avoir le non Al monde que si tost lor faut Malvais cuers ne puet Penser haut Que de terre est a terre tent Qui a deu bee deus latent Deus meismes dit la parole Qui de terre est sien parrole Qui du ciel vient et al ciel tire Sortus altres est li plus sire Li philosphe qui bien sorent Ceste parole plus chier orent Soffrir les autres por aprandre Que les honors de terre atendre Car mieus amoient les clergies Que du monde les segnories Platons qui fu sires et maiste Datheines relen qui tot lestre Not cure de tel renonomee Ains cherka par mainte contree Et ot plus chier vergoinge avoir Et paine por en querre voir Por aprandre que segnorie Avoir al monde ne maistrie De dire riens dont nest certains Si fu por aquerre lors vains

B

Apoloigne que tant fu sire Laissa de son regne lenpire Et sen a la poures et nus Por aprendre pous et vendus Fu maintes fois destranges gens Onques mot nul si vilains Qui lacatast ne quil vendist Com il fust ainc nel contre dist En li acater nen li vendre Mais quil peust ades aprendre Tant chier ca a val et a mont Por conoistre deu et le mont Quil ot plus chier que nul tresor Quil vit seoir en trone dor .i. philosophe de grant non Qui archais ensi avoit non Que ses disciples ensegnoit Dedens son trone ou il seoit De nature les bones mors Tos jors des etoiles le cors La raison la se nefiance Des estoiles la sapience Pos a la tant par maint chemin Quil trova la table dorfin Qui fu de si grant renomee Et table du soleil damee Ou tos li mondes fu portes La vit il et aprist asses Mains afaires en cele saume Quil oc plus que nul roialme Cil erra tant par tere estrange Quil passa le flueve de gange Et tot ynde dusca la fin Tant com il pot trover chemin Et ou quil fust a des trovoit Cose ou aprendre volait Dont a des pooit prophisier De lui devant deu aprochier Alixandres en resasfri Maint travasl por aprendre issi Mais il sen a la ricement Comme rois a force de gent Dont il ne pot mie si bien Aprendre nen chier kier derien Com se il fust a les tos seus A .i. compaignon ou a .ii. Virgiles cherka Mainte terre Por raison des coses en querre Tholomeus qui fu rois degipte Nere clai na pas sa part quite

C

Ains a la par mainte contree Tant que mainte cose et teruee Sains pols qui fu alsi proudom A la par mainte region Por plus aprendre et por savoir Tos les bons oters quil pot veoir Si brandans ne fina derrer Ades par terre ne par mer Por aprendre tant seulement Et vit mainte merveille grant En .i. isle vint ou il vit Oisieaus voler com esperit Que li disent alcunes coses Dont il lor demanda les gloses Si a la par mains altres lieus Tant quil vint en qui perrilleus Tant perrilleus et tant malvais Dire nel porroit han jamais Plain de dolor et de tormens Que nus ne porroit penser quans .i. home vit en grant dolor V soit sa vie nuit et jor Pendus est morir nepooit Et maint aspre torment solfroit Debatemens et de puor Grant froidure ot et grant chalor Brandans demanda qui cestoit Que tant divers tormens solfroit Alcuns vint que li respondi Que ciert judas qui deu trai Qui .c. fois tormentes estoit Le jor et morir ne pooit Maint altre grant merveille vit Si com en sa vie est escrit Maint altre coses de bien sorent Cher kierent le mont Ou quil sorent Por mieus conoistre mal et bien Si ne sespargnoient de rien Ne voloient pas si tost croire Cose que trovaissent voire Ne quant que li livre disaient Jus ca tant que quesprove lavoient Por conaistre deu et amer Chier koient ci et terre et mer Tant que tot cherkie avoient Et puis ariere repairoient Alor estude que tos jors Clergie aprendre et bones mors Si amerent philosophie Por aus conoistre et droite vie

D

[Top margin: nno]

Mais por ce que nome lavons Alcune fois le des crirons Quel cose philosophie est De si grant sapience nest Que lome puet a ce mener De lui conoistre et lui amer

Que philosophie est et de la response platon

Philosophie Est conoiscance De fine amor de sapience Des coses savoir les convines Des humaines et des devines Por conoistre lui et son estre Quel il est et quel il doit estre Si ca ce se puise pener Que tot se puise a deu doner Et conoist bien luy et sa vie Sil set tote philosophie Tot cil qui philosophe sont Qui daus droite conisance ont Dont platon respondi alcun Qui li demanda en comun Sire platon caves apris Que tant aves urent tans mil Et estudie por aprendre Quil bien nos feres vos entendre Car nos dites alcun bon mot Et platons que plus que nus sot Li dist si com a cuer dolant Quil navoit riens apris fors tant Quil se sentait et jor et nuit Alsi com .i. vaiscel tot vuit Tant lor en respondi platon Et ce fu li plus sages hom Et de science plus profonde Com seust lors en tot le monde Nen diroient pas ore atant Mais anchois feroient sanbiant Kil seusent tote clergie Por los avoir qui mal lesguie Et lor met la folie estester Quil nentendent riens fort que bestes Et quant servent alcune riens Calcune fois lor sanble biens Maintenant que de tot savoir Quant que fols que de nest pas voir De ce sont il comme li sos Mais il ne quierent fors le tos Du siecle sepainent tricher Quil comprent encor molt chier

[Top margin: .C.lxxxi.] [Bottom-right margin catchwords: mieus lor venist encor aprendre] [Bottom-right margin note in a later hand: Mieulx me vaulsist]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
177r

177r

A

Mieus lor venist encor aprendre Qui bien droit lor feist entendre Si comme cil sage faisoient Qui li poi le siecle prisoient Quil usoient tote lor vie En aprendre philosophie Ensi le studoient lors Li philosophe apres lor mors Por adrechier et por aprendre Aus et les altres a bien entendre Et le penoient densegnier Les altres gens en lor mestier Si controverent les monoies Que les gens portent en lor voies Por lor vivre aporter aillors Car on nen dove pas tos jors Por la covoitise des gens Qui paor ont de lor depens Droit corumpent et desnaturent Por les desloialtes quil movent Car par raison et par droiture Et se loye la droite mesure Dendroit prendre cascun sor vivre Al siecle si que il peust vivre Por ce fu monoie establie Por sostenir cascun sa vie Car ceals erroient par cemin Et tant amoient lor par cemin Lor puans praus et lor caroigne Olive ce que ne lor besoigne Car cascuns qui poet enretient Plus cason vivre ne covient Que les porisent ariere els Et en laisent maint besoig els Ne furent pas por co controvees Monoie por faire soldees Fors tant com por avoir son vivre Tant que la mors qui tot de livre En frainst ce que le deust A deu plaisir quan que ce fust Et ensi plus a aise fuisent Quil ne sont ore et mieus e vient Cascuns ce que li covenist Et mains peties en remantsist Mais ne sont pas si povres gens Ce firent cil qui par lor sens Retroverent astrenomie Que tholomeus noblia mie Ains si entendi a tos jors Tant quil prova et sot le cors

B

Des estoiles qui el ciel soyt Et lor mesure tot amont Dont nos parla mes cha devant Si vos dirons dor en avant La grandor de la terre tote Du ciel et du soleil sans dote Des estoiles et de la lune Qui nest pas a tos commune Si com rois tholomeus meisme Le mesura jusquan abisme Et le proeve en cor par raison En .i. seul livre qui a anon Almagestes ce est haut oevre Or oies ce que il descoevre Et ce que maint altre ont trove Et apres lui lont esprove Por son livre ou il dona lart Dont proeve par raison desgart

Combien la tere est longhe et espes parmi·

Li philosophe por lor ars Ne lurent de totes pars Le mont en halt tot environ Jus cas estoiles tot en son Dont savoir voldroit la mesure Por mieus conoistre la nature Mais primes voldrent mesurer La terre et lor grandor prover Quant la terre mesure orent Tot entor por .i. art quil sorent Et prove par droite raison Si le troverent environ Si com on feist .i. tor Dune chainture tot entor Puis estendist on la chainture De lonc en lonc tot a droiture Qui lors iroit de lonc en lonc La chainture de par son lonc Il troveroit sa grandor grans .xx.m.m. et .iiii. cens Et encor .xxvii.m. plus Dont la lune selonc lor us Contient .m. pas dont .i. pas tient .v. pies dont li pies tient .xii. pouces a sa longor Tant est la terre longe entor Por ce proverent il apres Combien ele a parmi despes Et troverent lespes de li Si comme partie parmi

C

Qui de longor a par dedans .vi. mile. mile. et .vc. Par cest dearaine figure Qui est droite selont nature Mesurerent il droitement Le haut de tot le firmament Car ne sorent aillors entendre Plus grant mesure por entendre La grandece de totes coses Qui dedens le ciel sont encloses

Combien la tere et li Solaus ont de grant Chascun endroit soi;

La terre commune passerent Dont les estoiles mesurerent Et planetes et firmament Pus la tere premierement Apres ce vindrent mesurer La lune et sa grandor prover Si troverent que tot li cors De tote la terre ens et fors Qui fu lor mesure commune Plus grant que li cors de la lune .xxxix. tans et .i. poi plus Et de terre si loing en sus .xxiiii. tans et demi Com la terre a despes parmi Et les .v. dousaines dautant Tant a la hautece de grant Du soleil par de mostrison Proverent il et par raison Quil est plus grant a son asis Par .c. fois et .lxvi. Que tote la terre ne soit Mais qui nel set petit le croit Si est ce prove par maistrie Et par sens de Giometrie Dont pus se sont pene plusor Qui se doutoient del error Se ce pot estre voir ou non Tant quil troverent par raison Que cil orent dit verite Qui de halt et de quantite Mais je qui cest escrit enuis Mentente et mon sens tant imis Parce que je me merveilloie Que je en ce dont je doltoie Car je vi tot apartement Le soleil estre tant plus grant De la terre sans nul de fois

D

Par .c. et .lxvi. fois Et par les .iii. parties vintismes De la terre avoec ce meismes Si com li anchien ont dit Et lors entres oi lor dit Ne ja en escrit nel meisse De la verite nen desise Ce poet on bien de verite Et savoir par grant quantite Que mult est loig de nos asis Quant il nos samble si petis Mais ja ne sera si ensus Com nel sace de cha jus De terre dus quel soleil a Si com tholomeus prova .vc. .iiii.xx. et .v. tans Com li espes de terre est grans

Du grant et du haut des estoiles

Des estoiles du firmament Dont vos avons dit tant briement Qui totes ont une haute che Mais ne sont pas dune grandece Si covenroit longement lire Qui de cascune voldroit dire Le grant parce nos en tairons Mais al mains tant vos en dirons Quil ni a nule si petite Qui por veoir isoit eslite Qui plus grant ne soit sans doute Que la terre et laighe trestoute Mais il ni a nule si grans Com le solaus ne si luisans Qui totes altres en lumine Por la bealte qui est se fine De terre juscal ciel amont Ou les estoiles miles sont A .x. mile fois altretant Et .lxvi. fois avant Com tote la terre a despes Qui set conter si poet apres Trover la nombre et la forme Quant pouces i a de mains dome Quans pous quans pies et quantes lieues Et quantes miles estendues Et quantes jornees il i a Jus cal ciel mais tant i a Que se uns hon i pooit aler Droit voie sans arester Et peust faire sans arest sejorner

[Top-right corner of the page, in pencil: 177]

Last edit 2 days ago by jessehurlbut
Displaying Page 31 - 35 of 41 in total