CHANTILLY, Bibliothèque du château, 0477 (1469) (Reproduction intégrale)

ReadAboutContentsHelp

Pages

f. 015v - 016
Complete

f. 015v - 016

Si regarderent li pluseur Le firmament trestout en tour Se movoit. si sen merveillierent Coument cestoit si en veillerent Par mainte nuit et par maint jour Lors pristrent a garder entour Les esteles qui se levoient Et vers oriant sen aloient Environ par desus leur testes Ne pensoient pas coume bestes Qui ne quierent fors leur pasture Si coume font cil qui nont cure Fors de vivre coume pourcel Qui se couchent en leur fiensel Ainz veillierent par maintes foiz Et en estoient mout destroiz Et si veilloient en sement Pour veoir tout le mouvement Les esteles le firmament

Et la lune tout ensement Jusqua tant quele se couchoit Si tost come apris lavoit Encontre oriant dautre part Une eure tost et autre tart Einsi regardoient en tour De ci avant jusques au jour Au matin virent le soleil Qui levez ert biax et vermeil Que la moitie du jour montoit Et lautre moitie descendoit Tant quil se prenoit au couchier Qui la nuit fesoit approchier Et puis si virent en la nuit Les esteiles en leur defuit Tant que le soleil revint Qui tout le monde esclarcir fist Et sen aloit son droit chemin Tant quil revenoit au matin

Last edit over 3 years ago by Laura Ingallinella
f. 016v - 017
Complete

f. 016v - 017

Plus vers oriant se menoit De tout en tout que ne souloit Environ par desus leur testes Il ne ressembloient pas bestes Si regarderent vers la lune Qui diversement estoit mune Selonc ce qui estoit au monde Car une foiz sapert roonde Et a lautre sapert demie Ausi coume parmi trenchie Apres cornue devonoit Ainsi defaillant sen aloit Tant quele nestoit pas veue Et puis si pert toute cornue Puis demie et puis toute pleine Et coume davant toute saine Puis sorent bien par leur arteil Quel saparoit toute du ciel Jusquatant quen dret lui estoit

Et puis empres sen reperoit Et puis si sen raloignoit plus Tant que arrieres estoit sus Coume ele avoit este devant Et lors sen aloit approchant Puis sen aloit et revenoit Ainsi jour et nuit se movoit Tournoiant et fesant son tour Avec le firmament en tour Einsi coume ele fet encore Sanz riens muer mes les gens dore Si pensent plus a autre afere A leur crasses de piax refere Qui si tost viennent a pourreture A leur vilaine nourreture Ques livrent a mortel essil Ainsi ne fesoient pas cil Car ne queroient a mengier Fors tant que eus pour alegier

Last edit over 3 years ago by Laura Ingallinella
f. 017v - 018
Complete

f. 017v - 018

Leur fain et leur cors soustenir Et leur vie en sante tenir Si que de leur sen se peussent Aidier si coume il deussent Pour venir a la droite sente De la gloire dieu dont li trente Vivoient plus lors longuement Que ne font orendret li cent Pour contenance nice et fole Nentendent pas bien la parole Que jhesu crist dist au deable Qui le cudoit tenter par fable Quant il li dist que pain feist De pierre et diex tantost le fist Li hons ne vit pas de pain seul Qui son ventre li fet saeul Mes il vit de toute parole De quoi la bouche dieu parole Se cete parole entendoient

Plus volentiers en aprendroient Des paroles qui de dieu viennent Mes les grans rentes que il tiennent Leur vies mout en amenuissent Pour les mengiers qui trop leur nuisent Que nature ne puet souffrir Dont plus tost les couvient morir Einsi leur grant avoir leur emble Et le sens. et le cors emsemble Car petit sevent a la mort Dont pluseur sont dampne a tort Ceus conseillier ne se poient Quant meilleur mestier en avoient Ne vivent mie coume cil Qui pour eus oster de peril Sestudioient en clergie Et usoient ainsi leur vie Tant coume au siecle vivoient Si coume cil qui pou savoient

Last edit over 3 years ago by Laura Ingallinella
f. 018v - 019
Complete

f. 018v - 019

Fors de querre cele science Par quoi en vient a sapience Pour counoistre le soverain Qui tout avoit fet de sa main Et penserent bien en leur sens Coume gent de noble pourpens Qui novoient pas conoissance Ne de dieu ne de sa puissance Se de ses oevres ne trovoient Se acordance avoir pourroient Ja bien ne conoistra son mestre Sen ne connoist avant son estre Par luevre conoist len lovrier Pour ce se vostrent essaier Ausi oevres dieu premierement Pour avoir plus legierement Counoissance de leur pooir Et tant plus conquierent avoir Taut avroient il de pourpens

De ses oevres et de son sens Damer le verai criatour Qui avoir fet si noble atour Coume le ciel que voient Et les esteles qui movoient Et les merveilleuses vertus Dont il se prisierent mout plus Et tant coume plus se prisoient Et plus volentiers dieu servoient Einsi fu leur entencion De dieu counoistre et son non Que bien sorent de verite Que dieus leur avoit sens done Pour nature et reson entendre De la chose qui feust mendre Tant com plus savoir em peussent Autrement rien pense neussent Car nul home de ses segrez Tant soit sages ne bien discrez

Last edit over 3 years ago by Laura Ingallinella
f. 019v - 020
Complete

f. 019v - 020

Ne porroit enquerre reson Ne des miracles se il non Car tout par fine fet dreture Mes de cele qui par nature Puet bien li hons reson enquerre Et des choses qui sunt en terre Daucune se il a bons sens Se en clergie met son tens Et puis que reson orent prise Par leur grant estude et aprise Pour quoi tout lemonde fu fez Si con ci devant est retrez Si penserent quil troveroient Puis que de tant reson avoient Des parties reson avoir Aucune se sonc son pooir Ausi vodrent reson savoir De ce quil veoient movoir Les esteiles u firmament

Et relure si clerement Ce fu ce qui leur mist en tence Premier de querre sapience Si sorent bien qui entreroient Plus tost des choses quil veoient Ou avoient de leur eulz esgart Pour ce furent il esmeu Den querre ce quorent veu Le firmament ainsi movoir Tant quil en seussent le voir Et disoient que bon fesoit Savoir de ce qua dieu plesoit Et de ses oevres naturiex Pour mieuz croire que il fust dex Car on ne puet avoir reson De dieu se par ces oevres non Li vrai preudoume encien Qui de ce se penserent bien Norent de nul autre avoir cure

Last edit over 3 years ago by henryravenhall
Displaying pages 16 - 20 of 155 in total