Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Pages That Need Transcription

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 31
Needs Review

Page 31

vii

merites il devroit volentiers de coeur entier et par fait servir par grant amour et par grant reveren ce. Celui qui tel la fait pour conquerre et parve nir a plus hault honneur Si volt nostre seigneur dieu que lomme fust tel que par droit il peust des servir au tant de bien en droit soy comme lui meis mes en avoit. Et pour che il lui donna sense et rai son de avoir intention vers lui. Car par droit bien servir le deveroit. Si est celui moult fol et malotru qui ne se pourvoit de bien fair tandiz comme il est vi vant. Car tout le bien que chascun fera sera pour lui et tout le mal pareillement. Et si aura chascun pour ung bien cent biens et pour ung mal cent maulx. Car moult est fol celui qui cuide faire a dieu bonte de son bien en nulle maniere qui soit lors quil le fait. Et quant il se abstient de mal faire fors que tant que nostre seigneur len tient plus chier et plus mieulx les ayme. Car se tout le monde sen perdroit Ja pour ce nostre seigneur dieu nen vauldroit piz ne nulz des biens qui sont en son povoir Se tous les sains qui par chi deuant ont este au monde et

Last edit 4 months ago by Marie Richards
Page 32
Needs Review

Page 32

qui jamais y seront neuissent oncques fait nulz biens et que tous par leurs demerites se fuissent dampnez perpetuellement en enfer. Ja pour tant nostre seigneur dieu nen eust meins de delit ne de con solation. et si nen vauldroit ja pis en nulle maniere ne riens qui fust en paradis. Mais les sains furent saiges preux et constans de faire leur bien et prouf fit comme ceulx qui plainement congneurent que ce monde nestoit que une chose vaine et trans itoire Si eulrent trop plus chier a souffrir paines et travaulx et offrir leur corps a tourmens et a mar tire et avoir hontes blasphemes laidures et aultres injures pour lamour de nostre seigneur en cest mise rable siecle qui si pau dure et avoir les grans biens de paradis a tousjours que avoir aise muable au corps pour avoir paine pardurable. Si neulrent cure de telz biens qui riens ne valoient en la fin Ain chois preindrent le frain aux denx pour acquerre le treshault sens et entendement de paradis. Et moult ya de ceulx qui les tindrent pour fols au monde les quelz ont a present les colz moult chargiez de ce dont

Last edit 3 months ago by Marie Richards
Page 33
Needs Review

Page 33

viii

les aultres sont delivres. Car ils sont herbegiez en pa radis. Et encores tient len maint saiges a fol qui ne prisent gaires leurs paroles. Plente de saiges a orendroit en paradis que se ils eussent prisie les folz dites et les fols euvres des gens tandis que ilz furent au monde ilz neus sent pas fait che qu'ilz firent. Comme orendroit font moult de gens qui tant convoitent davoir le loz de cestui mon de pour la parole des folz quils en laissent a faire les commandemens de nostre seigneur dont les sains de paradis fisrent grandement leur devoir et leur preu. Car ils ne laisserrent pas pour les delites du siecle a servir leur createur pour acquerir paradis ou ils ont joie et tout honneur comme ceulx qui seigneurs en sont et seront sans fin. Et se ilz eussent aultrement fait il eussent per petuellement honte et laidure es tourmens denfer ou sont tous les maulx que homme sauroit deviser. Si est moult grant merveille de cest monde comment il se fait que tant de gens sont qui vouldroient souffrir plus de paine et de traveil pour les loz des gens conquester ou pour amasser les grans tresors lesquelez si pau de temps leur demeurent et qui en une seule heure leur faillent

Last edit 3 months ago by Marie Richards
Page 34
Needs Review

Page 34

que ilz ne feroient pour conquerre les biens de nostre siegneur lesquelz jamais ne fauldroit que le beneurez sains ont acquis par ung petit de dure vie que ilz ont endure en cest monde qui ne samble qui ung droit delit a ceulx qui de bon coeur si mettent. et en la fin leur est adviz que pour pau ou neant ilz on acquis paradis et tout ainsi le poent acquerre une chascune persone et estre commun des biens de nostre seigneur et avoir la gloire et joies de paradis. Se il ne reste en lui meismes. Mais ceulx qui desirent la gloire et les honneurs de che monde ilz sempirent tant quilz nen poevent nulz biens aprendre ne entendre a leur sauvement. Si ont trop plus chier laisement et la consolation du corps dont ilz sont si tost mis de hors et menez a doleur et a paine que ilz ne font laise de lame qui sans fin dure. Ne ne prisent riens le sens ne lentendement del homme sil ne se scet bien avoir au siecle et sil na plente de biens temporelz par quoy il soit esleue au monde. Ainchois dient que il est niche et fol pour che quil ne scet leurs malices et cautelles Mais tous ceulx sont mauldiz de dieu par la bouche

Last edit 19 days ago by Marie Richards
Page 35
Needs Review

Page 35

ix

de david le prophete qui se painnent de plaire au mon de pour nulle riens quil sachent faire. Car tel orguel est vaine chose par quoy lame en empire. dont david dist au psaultier Mauldiz sont dist il tout ceulx et coin fus comme gens dexil qui au monde plaisent de riens Car de tous biens ils se ostent et se descordent de dieu et de son amour puis que ilz sont en tel estat adonne que ilz sacordent au monde et a ses vanitez et delices. Car dieu les a tous en despit et leur escondit sa grace pour che que ils quierent le loz et la gloire du monde. ouquel il fut eslaydi de boute mutille et en la fin crucifie et pour fol tenu. Aussi nostre seigneur dieu dis en son evangille que tous ceulx seront bien eurez qui auront le monde en despit. et qui seront des gens hays dejettez foulez et es charniez comme folz pour lamour de moy et de mon nom Car ils en auront ou ciel le loyer et guerdon. Et che poeut on tout clerement veoir se dieu meismes ne ment et verite nest faulsete que ceulx a qui le monde plaist et qui le loz du monde et la gloire veulent apprehendre et a voir il ne poeut estre quil ne sen deullent pour che est celui fol qui point en quiert a avoir pour che que tous

Last edit 3 months ago by Marie Richards
Page 36
Needs Review

Page 36

ceulx qui se souhaydent ou pourchassent sont mal conseilliez. Car toutes telles manieres de gens sont par le dyable menez en enfer ou ilz en ont ung tres doloreux guerdon. Et ja ny aura si vaillant roy ne si puissant prinche duc ne conte chevalier ou noble homme a qui le diable ayt plus de regard et quil ne face autant de grief a son povoir comme au plus vil et au plus povre qui viengue en enfer quant il a tellement use ses jours qu est escheu en ses mains. Car tous ceulx qui sont condempnez de la aler de quelque estat quilz soient sont tous appellez ribaulx dont len dist en reprouvier moult se doit plaindre de ses maulx qui chy est roy et la ribaulx car il poent conquerre en paradis plus noble et plus di gne royaulme quen che monde. Car qui en che siede sert nostre seigneur jusques a la mort il en est plus honnourez en paradis que tous les roys ne furent on ques en che monde qui si petit nie dure. Or le servons doncques et laissons le mal et la gloire et vanite du mon de a tant ester. Puis que chy dessus avons devise com ment et pour quoy nostre seigneur dieu crea le mon

Last edit 20 days ago by Marie Richards
Page 38
Needs Review

Page 38

maints nuits et par maints jours lors prevoient a regarder les estoilles qui se levoient vers orient et se esmouvoient environ par dessus leurs testes. Cer tes iceulx philosophes ne appetoient pas les beaulx mengiers ne les vins delicieux ne a leurs venters em plir comme font les bestes qui ne quierent fors leurs pastures si comme font au jourdhuy ceulx qui nont leur cure fors de emplir leurs ventres de bons vins et de bonnes viandes. et puis davair leur lit blanc et mol et illec dormir comme le porc. Anchois estoient veillans et estudians par maintes nuities et si ne leur ennuyoit pas. mais leur en belissoit moult de che quils veoient le firmament ainsi mouvoir et si noblement tenir ses termes. Aussi ilz veoient les estoilles mouvoir jusques a che quelles se couchoient contre orient lune dune part et laultre de laultre et lune plus tost que laultre. Ainsi regardoient les preu dhommes philosophes et aultres entour le firmament jusques au jour que ils reveoient le soleil lever au matin vermeil et cler qui montoit la moittie du jour. et en laultre moittie descendoit tant qui il saprochoit

Last edit 20 days ago by Marie Richards
Page 39
Needs Review

Page 39

xi

du couchier qui faisoit approchier la nuit. Et lors revenoient les estoilles la nuit en leur deduit tant que le soleil revenoit qui enluminoit tout le jour Et sen aloit son chemin tant quil repairoit au ma tin a son lieu principal. Apres regardoient la lune qui estoit une commune chose. et au monde appairoit diversement. lune foiz estoit Reonde et laultre de mie aussi comme celle fust trenchie par my le droit milieu. Et apres devenoit cornue et ainsi sen aloit toute deffaillant tant que len nen veoit point. Appres elle apparoit cornue et puis demie. et puis toute plei ne sicomme elle estoit devant et aussi entiere. A dont sceurent ilz bien par leur entendement quelle estoit endroit lui et puis sen departoit et apres sen eslongoit de plus en plus jusques a che quelle estoit aussi ensus du so leil comme elle paravant avoit este. Et lors sen raloit aprochant puis sen raloit et revenoit tou te la nuit et tout le jour tournoiant et faisant son tour avec le firmament tout entour aussi comme elle fait orendroit sans en riens changier Mais

Last edit 21 days ago by Marie Richards
Page 40
Needs Review

Page 40

comme dit est les gens qui orendroit sont pensent plus et sont trop plus curieux de leurs grosses et gras ses panches furnir et emplir et a eulx engrassier dont plus tost viennent a fin et pourreture par leur pour reture neurreture trop forte et villaine qui les livre a traveil puis a honte et dampnement. Les anciens peres ne se gouvernoient pas ainsi. Car ils ne que roient a mengier ne a boire fors pour alegier leur fain et leur soif pour leurs personnes soustenir et leurs corps entretenir en sante. si quilz se peussent aidier de leurs sens. sicomme chascun deust pour par venir a la gloire de nostre seigneur. Et lors en vivoient plus longement vingt ans ou trente que les hom mes ne font a present de cent lun. Et leur procede par leur fol et oultrageux gouvernement. Certes telz gens nentendent pas bien a la parole que nostre sauveur. Jhesucrist dist au dyable quant par son barat il le cuida tempter lors quil lui dist que il feist de pieres pain et quil en mengast. A dont Jhesucrist luy respon di que lomme ne vivoit pas de pain seulement. ain chois vist dist il de la parole qui procede de la bouche

Last edit 21 days ago by Marie Richards
Page 41
Needs Review

Page 41

xii

de dieu. Se les hommes du jour dentendoient bien ceste parole ilz en retendroient plus volentiers les doctrines qui viennent de la bouche du createur et facteur de toutes choses mais les grans rentes que ilz ont et les grans tresors de leurs coffers sont cause de abregier leurs jours par leurs desordenez mengiers qui trop leur nuisent. si que nature ne les poent bon nement porter ne soustenir dont il convient que ils en rendent plus tost lame. Ainsi leurs rentes et leurs tre sors ou de tous biens poins ils se delitent leur emble leur vie leur coeur et leur sens tout ensamble. Si que quant la mort vient et quils doivent morir ilz ont per du sens et entendement dont pluseurs en sont mors et dampnez qui au besoing ne se povoient conseillier ne ne savoient quant ilz en avoient plus grant me stier ilz ne vinoient pas aussi comme ceulx qui pour eulx oster des perilz estudioient es sciences et usoient leur vie en telle maniere que ilz voloient leurs corps soustenir seulement tant comme ilz seroient au siecle sicomme ceulx qui bien savoient que trespeu leur du roit ceste vie. Si navoient daultre chose enuie fors

Last edit 21 days ago by Marie Richards
Displaying Page 11 - 20 of 254 in total