Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 223
Needs Review

Page 223

C.iii.

mes laise du monde. pour che que quant ilz se cuident a leur aise mettre et estre a sejour et en paix lors se meurent ilz a tresgrant doleur. Car la convoit se de lavoir et la paine quilz ont tousjours mise a le conquerre sans ordonnanche et sans mesure quilz en aient faitte les ont plus tost menez a mort Et si en sont maint hommes mors que se ilz eussent leur affaire ordonne comme ilz deussent chascun jour a heure riglee et competente qui encores fussent en vie et en bonne sante et vela comment ilz abre gent leurs jours et avancent leur mort. Car a la longue nature ne poeut souffrir divers main tiengs inraisonnables ne les soubdaines agra vations dont par leurs folies ilz traveillent na ture et si desplaist moult a dieu aussi nulz biens nen poevent venir Mais plus volentiers tra veillent et diligentent dacquerir les biens mon dains que lamour de dieu. ne ja ne feront riens par ordre ung jour vont matin a leglise et laultre jour tard. ou a telle heure quilz cuident que trop aient demoure a faire leur besongue dont ilz

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 224
Needs Review

Page 224

cuident avanchier leur gaing. Ainsi ne yront ilz ja dieu prier jusques ad che quilz ne cuideront pour le jour plus riens conquester des avoirs mondains mais ilz gaignent lors moins car ilz servent dieu en vain. et dieu tel loyer leur rendera et leur ven drea moult chier de che quilz le laissent a servir Car il poeut plus rendre de merite en ung seul jour quilz ne pourroient acquerir en mil ans Telz gens sont et folz et mal advisez quant de neant cuident servir celui qui tout scet et voit et qui con goist leur pensees. Ancores les aulcuns quant ilz vont a leglise che nest pas en intention de prier dieu tant comme ilz font pour acquerir le loz du monde. Et prient plus pour leurs richesses que dieu les veulle garder et multiplier quilz ne font pour les ames qui espoir en sont peries. Si est grant mer veille de telz manieres de gens qui bien pensent en leurs coeurs et sceuent que cest mal quilz font ne ja pour tant ne sen faindront en riens dont trop pau se poevent prisier quant a si tres foible chose comme est le dyable denfer dont tous maulx sour

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 225
Needs Review

Page 225

C.iiii.

dent voirement est le dyable plain de toute iniquite et sans force ne povoir se de la personne ne lui procede Car il ne poeut vaincre fors celui qui a son voloir se consent. Car qui se voeult conduire en bien les ini quitez ne lui poevent nuire ne de riens traveillier dont il ait cause de soy douloir tant comme il se veulle tourner en bien. Si en poeut on bien dire fy. Car ilz sont plus que failliz quant si foiblement les vaint et les prend en mal faire dont il les maine en per dition ou jamais ne seront sans paine. ne jamais joie ne bien nauront ne de merchi nespoirent nul lement avoir De che propoz nous ne parlerons plus maintenant pour racompter du roy tholome us lequel es euvres de nostre seigneur dieu emploi a son temps. De ses livres furent extrais les nom bres dont les ans sont ordonnez. et meismes en est trouve le cours de la lune par quoy len voit quant elle est nouvelle. De quoy julius cesar qui de ro me fu empereur en fist les sommes qui est ung li vre ainsi appelle. lequel a grant mestier en sain te eglise et lequel declaire le nombre dor du calen

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 226
Needs Review

Page 226

drier. Car par le calendier scet len le cours de la lune et de tout lan par quoy len scet comment on doit vivre selon raison chascun jour Cest assavoir en boire en mengier et en aourer nostre seigneur. et es haults jours et es sim ples et en chascun jour solempnisier selon la costume de sainte eglise. Laquelle les beneurez sains de paradis ont establie. Par le calendier savons nous les sains temps et les quaresmes et les haults jours que lomme est plus tenu de servir dieu. Pour celle inextimable joie conquerre et avoir que nostre seigneur promet et ot troie a tous ses bons et feaulx amis qui de bon coeur le servent. Che nous aprend le calendier lequel fut ex trait dastronomie que le bon roy tholomeus ayma moult. Et plus en sceut que nulz homs fors Adam qui fut le premier homme. car il sceut tous les sept ars li beraulx entierement sans faillir de mot comme celui que le createur fist et fourma de ses propres mains Si volt nostre seigneur que il fut le souverain en beaul te de sens et de force qui naisteroit de puis lui jusques a la venue de jhesucrist filz de dieu. lequel lui avoit donne telles vertus. ne oncques depuis adam nen donna tant

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 227
Needs Review

Page 227

C.v.

a homme ne jamais ne fera. Mais tantost quil se fu consenti au pechie il perdi tant de son sens et povoir que tantost devint homme mortel. et tel estoit avant quil pe chie eust que jamais ne devoit mort sentir ne nous tous descenduz de lui naivons moins merite de lui. En joie en soulaz en deduit ou paradis terrestre tous ensam bel et nez et nourrist sans nulz pechies et puis ou ciel glorifiez. Mais depuis quilz gousterent du fruit que dieu leur avoit deffendu. furent son sens et son entende ment si destruis et tellement corrumpu par son pechie que tous en demouransmes entechiez et soulliez ne neult riens dessoubz le firmament qui nen voulsist moult moins que devant. Et meismes les estoilles en rendi rent moins de clarte que paravant elles navoient fait Ainsi empirerent de leurs biens et vertus toutes choses quelconcques par le pechie de Adam que dieu avoit fait naistre pour lomme comme celui quil voloit faire naistre de tous les biens quil avoit faiz. Mais tan tost quil eust commis le pechie il se senti tant desnue de son sens et entendement et de sa beaulte que il lui sam bla quil fut tout nud et que il eust perdu tous biens

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 228
Needs Review

Page 228

comme homme qui est mis en exil. Mais non ob stant che si lui demoura il plus de force de beaulte et de sens que oncques homme eiust depuis. Et au regart de ches trois vertuz que Adam eult le roy David qui tant fut vertueulx et saige eult trois filz. dont lun fut compare a la beaulte de adam. laultre a son sens. et laultre a sa force. Le saige salomon fut compare a A dam pour son sens. Absolon pour sa beaulte. et samp son pour sa force. Ainsi furent ches trois vertus en adam. Mais tant parfaitement que nul homme depuis ne si polt comparer. ne les trois filz de david ne aultres. car comme dit est il sceut les sept ars li beraulx mieulx que tous les hommes qui de lui sont descenduz. Comme celui auquel son dieu et son crea ture les avoit enseigniez et apris. Et apres che furent quis par maint homme qui rendirent grant paine de les trouvier et saulver pour cause du deluge sachans que il devoit advenir au monde par feu ou par eaue DEpuis. Comment les escriptures furent saul adam furent grant vees contre le deluge nombre de gens lesquelz acquirent les sciences des

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 229
Needs Review

Page 229

C.vi.

sept ars liberaulx que dieu leur envoia en terre dont aulcuns en y eult qui voldrent enquerre que le mon de devendroit et se jamais il prendroit fin. Si trouve rent tout vraiement que par deux foiz il prendroit fin. A la premiere foiz par le deluge deaue. mais nostre seigneur ne volt a celle foiz que len sceust par lequel che seroit avant ou par eaue ou par feu. Si eulrent lors grant doeul et pitie des sciences acquieses lesquel les ilz sceurent que ainsi peries seroient se par leur sens elle nestoient garanties. A dont ilz se adviserent dun grant sens et bonte comme ceulx qui bien sca voient que apres le premier finement du monde se roient ancores aultres gens pourquoy ilz fisrent faire grans coulombes de pierres si que ilz peussent pourtraire et entaillier en chascune pierre au moins lune des sept ars entierement si que ilz fussent com muns aux aultres. dont les aulcuns dient que les unes de ches coulombes furent dune pierre tant dure comme marbre et de telle nature que eaue ne la povoit empirer ne ne croistre ne amendrir du ne forte maniere de tieulles toutes entieres sans

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 230
Needs Review

Page 230

nulles jointures que feu ne poeut de riens fourfaire En ches grants coulombes comme dit est furent en taillies les sept ars tellement que ceulx qui vendroient apres eulx les trouvassent et les appreissent. De ceux qui les sciences et la clergie trouverent a COmme entendre povez pres le deluge. furent par les anciens trouvez les sept ars liberaulx dont toutes sciences pro cedent. Che furent ceulx ausquelz nostre seigneur les avoit donnez et enseigniez doubtans le deluge que dieu envoia en terre. lequel loya toutes les creatures re serve noe. et che quil mist en larche avec lui. Et apres che fu par ceulx qui de lui descendirent le monde re poeuple et reffait. Car des le temps de noe ilz encom mencerent a reffaire mansions et a preparer autres besongnes. mais cestoit bien rudement comme ceulx qui trespau savoient jusques ad che que les sciences furent retrouvees. Si sceurent mieulx che que bon leur estoit et propice de faire et de leurs maulx trou ver remede. Le premier qui se applicqua et entremist denquerir et trouver les sciences apres le deluge. che

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 231
Needs Review

Page 231

C.vii.

fut Sem lun des filz de noe qui son coraige eult adonne a cela. et tellement y continua et diligenta que par sons sens il retrouva une partie dastronomie. Apres lui fut abraham qui aussi en trouva grant partie et depuis en y eult daultres qui leur vie y userent tout le mieulx quilz polrent tant qu'ilz eulrent les princi pes et les raisons des sept ars. Et apres vint platon le saige et tressouverain en philosophie et son clerc nom me Aristote le saige. Celui platon fut lomme sur tous ceulx du monde qui fut en clergie le plus expert voire ne devant lui ne apres lui. Il prouva tout pre mierement quil nestoit que ung seul souverain qui tout fist et dont tous les biens viennent. Ancores le appreuvent haultement ses livres comment il nest que ung seul souverain bien cest nostre seigneur dieu qui fist toutes choses. Et en celle seule verite prouva il droitte verite. Car il prouva son povoir son sens son bien. Ches trois bontez reclament tous chrestiens cest le pere le filz et le saint esperit. Du pere dist il la puissanche. du filz la sapience. du saint esperit la bien veullanche. Et aristole qui apres vint len

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 232
Needs Review

Page 232

sieuy et le tient si pres de plente de choses que il ot dit tes que de lui vint che que il sceut. Il ordonna moult bien lart de logicque. car il en sceut plus que daultres sciences. Les deux notables clercs trouverent par leur sens trois personnes en une essence et le prouverent par leur sens mais ilz nen mirent riens en latin Car tous deux estoient sarrasins comme ceulx qui furent long temps avant ladvenement de Jhesucrist plus de trois cent ans. Se estoient tous leurs livres en lettres grecques. Apres vient boeche qui fut ung grant philosophe et tres saige clerc. lequel se ayda de pluseurs langaiges et moult ayma droiture. Celui boeche translata de leurs livres la plus saine partie et les mist en latin. mais il moru ainchois que tous les eiust translatez. mais celui boeche en trasla ta plus que nulz aultres. lesquelz nous avons an cores en usaige. Et compila en sa vie plente de beaulx volumez aournez de haulte et noble philo sophie qui ancores nous ont grant mestier pour nous adrechier envers nostre seigneur Et maint aul tres bons clercs ont este au monde de grande au

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Displaying pages 201 - 210 of 259 in total