Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 253
Needs Review

Page 253

C.xviii.

celui qui ceste besongue compila y mist toute son enten te et tout son temps pour che que si tresgrant merveil le en avoit tant quil perceu plainement che dont il ce stoit moult doubte. Car il vey tout appertement le so leil estre trop plus grant que la terre sans aulcune def faulte par cent et soixantesix foiz. et les trois parties vingtiesmes de la terre avec tout che sicomme le anciens le disrent. Et lors creut celui tout leur donne a enten dre ne ja neust par lui este mis par escript se certaine ment la verite nen eust este par lui plainement trou vee. Et che poeut on bien savoir par grant quantite Car moult est loings de nous assiz quant il nous sem ble si petit. ne ja ne sera si ensus de nous que bien ne le sachons chi bas. Et a la verite il ya depuis la terre jusques au soleil sicomme le roy tholomeus le prouva v . C . iiijxx . et . v . tant que toute la terre poeut avoir de grant ne despez parmy. Chi parle de la haulteur des estoilles et de ORes vous voeul je racompter leur grandeur en brief du fait des estoilles du firmement dont il ya si tresgrant nombre. et si sont toutes dune meisme haulteur mais elles ne font pas

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 254
Needs Review

Page 254

toutes dun grant. Si convendroit trop longue narration qui de toutes voldroit descripre la granduer et pour tant nous en passerons plus au brief. Touteffoiz je vous ad vertiz et certiffie de tant que nulle nen a si petite pour tant que len la puist veoir quelle ne soit plus grande que toute la terre nest. Mais il nen ya nulle par si gran de comme est le soleil ne si reluisante. Car il enlumine toutes les aultres par sa beaulte qui tant est noble et fine. De la terre jusques au ciel ou les estoilles sont as sisez amont. Car il ya dix mil foiz autant et cincquante cincq foiz plus comme toute la terre a despoiz. Et qui scet compter apres le nombre et la fourme si poeut trouver quants pouces il ya de la main dun homme et quans pies et quants pas et quantes lieues et quantes mi les et quantes destres et quantes journees il ya jus ques au ciel. Mais tant en ya que se ung homme y povoit aler la droitte voye sans soy arrester et que chascun jour il pevist franchement aler vingtcincz miles et sans fair nul sejour avant seroit passe le temps de sept mil cent et cincquante ans et sept et de my avec ainchois quil eult fait autant de chemin

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 255
Needs Review

Page 255

C.xix.

quil ya dichy jusques au ciel ou les estoiles sont. Se le premiere homme que dieu fourma oncques che fut Adam y fut premierement ale des lors que de dieu fut premierement fait et cree. et fut ale vingt miles par chascun jour si ne fut il pas ancores la ains eult il ancores a aler lespace de sept cens et trese ans des a dont que Adam le premier homme fut fourme quant premierement fut parfait cestui par le vray acteur Che fut a laparition en lan de grace mil deux cens quarante et six. Autant il feist meist il a y aler des lors ainchois que il fut jusques la. Ou se la avoit une grant pierre qui cent ans a cheoir meist il con vendroit quelle fust avalee en chascune heure du jour dont il ya vingt quatre en ung jour complet quarante mile et trese et une demie ainchois quelle venist jus ques a terre. Ceste chose fu prouvee par celui qui che present volume compila ainchois quelle venist jusques ychi. Cest bien autant par quarante foiz comme ung cheval pourroit aler qui tousjours yroit sans soy arrester Ores qui voeult si porra entendre se une pierre pourroit autant devaler en une heure comme

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 257
Needs Review

Page 257

C.xx.

congnoissanche. lesquelz par leur semblance les fourment Car ches estoilles qui sont nommees si sont toutes figurees ou ciel et compassees par ymages et qui toutes on divers estres. Et chascune sa fourme et son nom dont len con gnoist principalment . xlvii . dedens le firmament. Et de celles print len douze des plus dignes que len appelle les . xii . signes. Et font ung cercle tout alentour des sept planettes la ou elles font leur tour Moult som mes loings du ciel a merveilles. Et sachen touts que celui qui meurt en pechie mortel ny parvendra ja mais. Et la veneuree ame qui de son corps est par tie en bon estat no obstant la longue voie y est tantost parvenue voire en moins dune heure et au plus hault jusques devant le souverrain juge qui siet a la dextre de dieu le pere en son benoit para dis. Lequel est tant plain de tous delices de toute gloire et de toute consolation quil nest homme en che monde vivant qui pourroit ne sauroit esti mer ne pense la joie et la gloire ou celle beneu ree ame entre. Et si nest homme qui sceust esti mer tant y peust penser la capacite et grandeur

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 258
Needs Review

Page 258

de paradis et la comparer ou avaluer a la capacite ou granduer de la terre. ou autant que poeut comprendre depuis la terre jusques au firmament. Au regard del in estimable grandeur de dessus le firmament. Car celle grandeur est inestimable sans fin et sans mesure. Cer tes le firmament en hault est tant spatieux tant noble et tant large de tous sens que apaines pourroit homme penser ou estimer le nombre de pareilles massos [sic, see note] com me est toute la terre quil fauldroit pour la emplie se elles estoient toutes en une masse. qui est celui qui sa grandeur sauroit comprendre. lors que tant en auroit ensemble et aussi grandes que contient toute la terre Neant moins si vous en dirons nous che que le plus licitement en povons penser ne ymaginer . De la SE la terre grandeur du firmament et du ciel estoit plus grande et de tant qui est audessus plus spatieuse quelle nest pour y amas ser cent mil tant de gens plus quil ny eult oncques au monde et chascun deulx fust si puissant quil en peust engendrer ung aultre chascun jour jusques a cent mil ans. et fust chascun aussi grant comme ung

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 259
Needs Review

Page 259

C.xxi.

Jaiant et eult chascun son hostel aussi grant comme nul roy eult oncques et boiz et rivieres fours et molins champaignes jardins preis et vignobles chascun alen tour de son chastel pour son vivre. Et en eult a si grant foison que chascun en peust tenir. Cent maismes pour lui servir et chascun de celles maismes en tenist vingt aultres et eult grant pourpris en leur manoir Si por roient ilz tous moult plentureusement chevir dedens le firmament. Et ancores en demouroit il plus de wit que tous ne pourprendroient pour eulx esbatre se ilz voloient. Si povons bien savoir que nostre seigneur est bien puissant et est dun treshault affaire quant il sceut creer de neant tant noble chose comme est le ciel et le soleil et toutes les aultres choses qui sont ou ciel en lair sur la terre et en la mer Tel seigneur et tel maistre doit bien estre dieu qui scet fair tant nobles choses dont nous avons vraie congnoissan che si le devons parfaitement amer Et bien poeut chascun penser que che de dessus est poult gentil et moult noble quant che qui est dessoubz est si soub til. Car che qui est dessus est plus grant cent mil tantz

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 260
Needs Review

Page 260

que che qui est dessoubz et trop plus que len ne sauroit ou pourroit compter par quelque nombre que len peust penser Car cest une chose qui en nulle manie re ne prendra jamais ne fin ne ferme. Par quoy je ne puis nullement entendre que nulle rien qui soit puist pourprendre ne estimer en grandeur ne aultrement che qui est dessus le firmament ou pa radis pourprendt son lieu ne rempli ne poeut estre pour riens qui soit se des biens de nostre seigneur dieu nestoit rempli. Mais le debonnaire sires est si tresplain de tous biens quil emplist toute aultres choses qui doivent avoir part et merite en bien Et le mal se depart du bien tellement que il le laisse wit et desgarny de tous les biens quelzconcques qui soient pareillement comme se che ne fust riens dont len dist sur che pas que pechie nest riens pour tant que de tous biens est wit et desgarny et rend le corps et lame si tres debilitez et desgarnys de tous biens et de toutes vertus et graces que lun est to talement destruit et perissent lun avec laultre Car tousjours vient le mal a neant. Et au con

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 261
Needs Review

Page 261

C.xxii.

traire le bien va tousjours en acroissant et en amen dant et pour che nest mal ne pechie riens quil soit. Car comme entendre povez il vient a neant comme fiens Nulle riens nest qui doie estre fait a droit fors tant seulement che qui doit estre permanent. Et pur tant se fait il bon tenir pres du bien car l'en en amende tous jours. Et qui constumierement fait volentiers les bonnes euvres elles sont cause de le mener en paradis comme celui qui na point daultre retraitte ne daultre demeure et pour che le convient il la habiter En para dis le convient il venir pour son lieu retenir et aussi pour le emplir Il n'est homme au monde qui sceust fai re tant de biens quil ne trouvast tous jours son lieu et son repaire propice selon ses merites. pour tant que che tant noble lieu si est sans fin et sans terme. tel lement que nulz biens quelzconcques ny prenderont jamais terme ne fin ne quelque deffaulte et est conti nuellement plain de toute consolation de tous delices de tous biens de toute joie et de toute leesse sans y a voir riens de wit dont ceulx qui envers nostre seigneur le desserviront auront pleniere possession de tous

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 262
Needs Review

Page 262

yceulx inestimables biens. Denfer vous puis je fran chement dire tant quil nya fors toute doleur et mar tire voire le plus angoisseulx le plus horrible et tant doloureux quil na point son paril. Et touteffoiz se tous les filz de Adam estoient dampnez si ne pourroit il estre emply par eulx quant tous yroient voire deux tant et si seroient laiens perilz dampnez et perpetu ellement tourmentez. Car des lors quilz y sont con dempnez cest pour tousjours tant que dieu sera qui est sans fin et sans commenchement et illec arderont en feu eternel sans espoir daulcune allegance daulcu ne misericorde ne daulcune esperance davoir jamais mieulx ainchois piz de jour en jour Comme il soit ain si que les saulvez desirent le jugement pour estre saul vez et gloriffiez en corps et en ame. Les dampnez le re doubtent pensans que apres ceuli jour ilz seront per petuellement tourmentez en corps et en ame che que jusques a celui tres espoventable jour ilz ne sont en corps mais en ame. Si ay ceste chose recitee en brief a celle fin que len sache chertainement quil nest ne sera nulz biens faits que remeriz ne soient ne nulz

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 263
Needs Review

Page 263

C.xxiii.

malfaits que pugnis ne soient. Cest la volente du cre ateur de toutes choses sans laquelle il nest nul qui en ma niere quelconque ait aulcun povoir tant est le debonnai re seigneur plaine de souverainie puissanche et de grants biens infinits que nulle comparison nya lieu. Comme celui qui tout crea fist et establi de neant a son seul plai sir et voloir Mais puis que vous parle avons del inesti mable grandeur du firmament ou les estoilles sont mi ses qui tousjours est en mouvement. Si entendez que il ya ung ciel a mont ou elles ne se meuvent point. Ainchois sont continuellement en ung estat. sicomme se aulcuns homs se remuast daulcun lieu et sen alast en ung aul tre le premier lieu ne sen mouveroit. Mais celui qui sen yroit ades tout environ ainsi comme par ung cer cle ou il revenist jusques en son lieu souvent yroit de lieu en lieu tant que au premier lieu revendrot la ou il estoit parti premierement. Mais celui lieu ne se mouveroit ainchois se tendroit tousjours en ung point Or veulliez ainsi entendre de cest ciel que nul quelcon que lieu ny est remue des estoilles ne du firmament ains se tiennent tant fermement tous que plus

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Displaying pages 231 - 240 of 259 in total