Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Pages That Need Transcription

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 52
Needs Review

Page 52

tant perissent les ars tellement que a grant pai ne scevent ilz leurs pars qui est le premier livre de gramaire qui est le premier des sept ars. Ainchois boutent les ars en leurs males et se prendent tan tost aux loix ou aux decretales. Et deviennent ad vocas et mires pour tousjours amasser la pecune ou le diable se console. Et ne le font ancores pas tant pour aprendre comme ilz font pour emplir leurs bourses. En paris a une telle maniere de clercs qui ont a costume de voloir avoir le renon destre maistres clamez pour estre mieulx prisiez et loez. Si ont plus chier a pau savoir et que ilz aient le nom de maistre que ilz ne feroient a estre bon clercs sans avoir le nome de maistre. Mais ilz sont clamez maistres a tort. Car vanite les mastrie si quilz scevent pau de verite. pour che que tantost quilz ont le nom de maistre ilz laissent la clergie et se prendent au gaignier pareillement comme font marchans et corratiers et par ainsi en a pau par le monde qui ont nom de maistre qui tres pau scevent de raison et de bien. Car ceulx

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 53
Needs Review

Page 53

xviii

qui orendroit se convoitent ne sont pas maisters selon droit. Car ceulx se ordonnerent aultrement aux ars qui premierement les trouverent ilz en trerent premierement en gramaire pour attraire raison en leur ordonnanche. Et puis logicque pour prouver et demonstrer le faultx et le voir Apres trou verent rethoricque pour droiture que moult amerent Et puis trouverent arismetrique pour estre es choses plus expers. Apres trouverent geometrie p-our toute mastrie mesurer et compasser Et pouis trou verent la science de musique pour mettre concordan che en toutes choses. Apres eulrent l'entendement de astronomie car par lui furent ilz esmenez da voir vertu et science. En telle maniere que enten dre povez ordonnerent les septs ars ceulx qui premie rement les trouverent. Et sont tellement entre lachiez que ilz ne poevent estre auctorisiez lun sans laultre ne entierement prisiez. Et si ne poeut len parfaitement savoir les premiers sans les dereniers. ne les derreniers sans les premiers Et qui ung en voeult a droit entendre il lui con

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 54
Needs Review

Page 54

vient aprendre de tous les aultres ou aultrement on nen poeut savoir appertement ne le certain ne le incertain. Car lun est a laultre tant commun quil convient de chascun savoir Mais len ne quiert oren droit si non tant aprendre que len puist par che ac querir la pecune. Et font a blasmer de che dont ceulx font aloer qui premierement si traveillerent dont il nous est si grant mestier que bon de che que trou ve en avons par escript veu que si pau nous en sa vons. Car comme dit est se clergie fust perdue len neust ja riens sceu que cest de dieu ne que dieu fust. Ne jamais les gens ne sceussent quel chose il estoit de faire pour le mieulx. Ainsi seroit tout le monde dampne dont nous serions nez a la malheure. Car riens ne fust sceu par les hommes nes que par les bestes mues. Et tous les biens sont orendroit sceuz et tous venuz des sept ars que les philosophes trou verent jadiz par lieur sens. Car par che eulrent ilz lentendement de dieu amer et ses vertus. et au si la volente et que dieu est tousjours et sera sans fin si le creurent en plus grant foy voire comme

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 55
Needs Review

Page 55

xix

en la loy ancienne. Mais au jourdhuy perissent les sciences par noz envies par nouz detractions et aultres maulx si que tres pau en ont retenu et ungs et aultres. Car nul ny ose mais entendre pour les riches mesdisans felons et envieulx qui nulz biens ne veulent aprendre. Et se ilz voient aucuns entendre aux sciences et clergies et ilz ne soient aisiez et puissans pour y furnir les riches les veulent tan tost gaber et escharnir Et ainsi les voeult loer et en horter celui qui est et leur maistre et leur sires et a qui leur mesdire plaist tant quil leur en rendra Si grant loyer quils seront seurs davoir toutes males adventures en enfer le puant la ou ilz se gaberont deulx meismes et diront que ilz furent nez de tresma le heure quant ilz naprindrent che quilz deurent ap prendre. Illec lairont ilz les sciences ester qui plus amerent a conquester clergie que le fol savoir dont ilz assamblassent les grans tresors et let grans richesses. Et sachies que tous ceulx qui pour acquerir les biens mondains laissent leur temps de bien a prendre sont tous asseurez de mal attendre apres

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 56
Needs Review

Page 56

leur mort. Car par leur avarite et chevanche les sciences viennent a neant si que a pau quelles ne sont peries. Et che qui orendroit en est sceu vient et naist de la cite de paris plus que de nulle aultre cite. Des trois manieres de gens et com ment clergie vint premierement en france ORendroit rengne clergie moult fort a paris. sicomme jadis elle fist a thenes une cite lors moult noble et puissante. Les philosophes qui lors estoient et qui les aultres devoient enseig nier et aprendre ne poseerent que trois manieres de gens au monde selon leur entendement. Che furent clercs chevaliers et labouriers. Les labouriers ou gaigneurs de terre doient pourveoir aux clers et aux chevaliers che que mestier leur est pour vi vre au monde honnestement. Et le chevalier les doit garder et deffendre comme bon seigneur que ilz ne facent tort les ungs aux aulters. Et les clers doivent enseignier les deux manieres de gens et les doivent adrechier de leurs euvres si que nul ne face chose dont il perde dieu na sa grace. Ainsi po

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 57
Needs Review

Page 57

xx

serent les saiges philosophes jadiz trois manieres de gens au monde comme ceulx qui bien sceurent que nul ne pourroit mettre son coraige ad che quil peust estre bien saige a droit en deux affai res ne en trois. Car il nadvint oncques jour du monde que clergie et chavelaerie et laboureurs de terre peussent estre bien sevez a nul jour de leurs vies par ung seul homme ne aprises ne retennes A lune des trois seulement convient penser qui a droit le veult aprendre. Et pour che poserent ilz trois manieres de gens sans plus en terre. Car ilz voiloient enquerre droitte verite. et queroient une cite au monde ou liz peussent mieulx estre et demoureir pour enquerre lestat de clergie. et aussi pour eulx mieulx adrechier et pour enseig nier les aultres dont athenes la noble cite fut lu ne jadiz et la avoient leur assamblee. Et illec renqua premierement chevalerie avec clergie et puis dillic sen vint a rome qui orendroit est de grant renom. Et chevalerie revint apres qui continuellement se tenoit pres delle. Et

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 58
Needs Review

Page 58

puis dillic sen revint en franche ou chevalerie a grant povoir pus quen nul lieu du monde. et ainsi habonde de lun en laultre. Car chevalerie sieut tousjours clergie la ou elle va. Le roy de fran che donques doit estre joieulx quant de son roy aulme poent naistre telle seignourie comme est science de clergie ou chascun puiche sens humain ne pour ce mains nen y remaint il pas. Car cest aussi comme la fontaine qui continuellement court et plus loings court tant plus est saine. Et comme plus court le ruisseau de la fontaine loings tant ya il plus deaue et tant en poent len plus prendre a son besoing. Tout pareillement vous puis je dire que paris est la fontaine ou len poeut plus puisier science que en aultre lieu qui avoir y poeut demouranche. Et puis quil est ainsi que clergie est en franche tant avancee donques en devroient savoir par raison en espetial les hoirs de franche se ilz daignoient Car ainsi com me le soleil est le plus beau de toutes les estoilles et tant fait naistre de biens au monde pour la

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 59
Needs Review

Page 59

xxi

bonte qui habonde en lui. Aussi doit mieulx va loir le roy des aultres gens et plus de sens et de cler gie si que par sa vaillance et souffisanche il puist reluire entre les aultres gens. Et par example de son bien faire que ilz verront en lui se puissent a droit conduire et attraire a nostre seigneur. Et par ainsi seroit il Roy a droit en che monde et en paradis. Si seroit bien droit et raison que ilz meissent diligence daprendre telle clergie et science que apres ceste vie mortelle ilz ne perdis sent la seignourie du ciel. Car par nature et par lignaigne doivent ilz tous amer clergie et tousjours aprendre. Certes lempereur dalemaignie ama de tout son coeur philosophie et a son povoir lavan cha en franche. Et tous les bons clercs quils povoit recouvrer il les retenoit a sa court et les mandoit par tout ou il les savoit. Maint traveil main te paine et maint daingier et ennuy eult en son temps pour exaultier la foy cristienne. Ne on ques pour che ne voelt laissier que il ne tenist les clers en tresgrant reverence. Car moult vo

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 60
Needs Review

Page 60

lentiers aprenoit il tousjours. Sicomme len treu ve par ses faits il fut a bon astronomien et fut moult ame en loheraine. Car il y demouroit moult volentiers. Et ancores ya il de ses joiaulx beaux et riches quil donna aux aglises comme bon preudhom me que il fut. En verite il ama nostre seigneur sur toute rien. Et moult diligenta en son temps de a mener les sciences et la clergie en franche. Et ancores y sont elles et y regnent par sa proesse. Si en est moult bien pris au Rois qui apres lui sont venuz. Car a tousjours il a eu paris conqueste science et clergie. Or doint le tout puissant quelle se y entretiengue et que la cite en puist estre a tousjours maintenue. Car se lestude sen aloit de franche. chevalerie sen yroit apres comme elle a tousjours fait. Car continuellement se tient pres de lui. Si la retiengue le roy de franche pour son preu. Car il porroit bien perdre son royaulme se clergie se departait de franche. Car dieu qui lui a avan chie et exaulchie sur tous aultres roys l'en desavanche roit. Si seront en franche unes altres gens qui en nostre temps y sont venuz che sont freres mineurs

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Page 61
Needs Review

Page 61

xxii

et iacobins qui se sont mis en religion pour lamour de dieu pour entendre et pour aprendre a dieu ser vir Dont nostre seigneur nous a fait si grant honneur et reverence que ilz retiennent toute la fleur de clergie en leurs ordres pour adrechier et pour exaul tier nostre mere sainte eglise par leur estude et par leur traveil. Car ilz ont moult bon voloir de servir nostre seigneur toute leur vie et daprendre les scien ces et la sainte escripture comme ceulx qui ont tout le monde habandonne. Si me samble que ilz font ainse comme firent ceulx qui bien arriere se misrent des hutins en leurs cloistres ensus des gens pour mieulx acquerre merite du ciel et de la terre. Si en a nostre seigneur fait grant bonte a tous ceulx qui en leurs cites les ont et en leurs casteaulx et en leurs villes. Car ilz ne servent pas de tricherie ne de ba rat. Ainchois se traveillent de sermonner pour les aultres gens mener a voie de verite. et soeuffrent souvent grant mesaise pour mettre a aise les aultres gens. Car je croy bien se ne fust par leur bonte et par leurs enseignemens que la chrestiente fut orendroit

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Displaying Page 31 - 40 of 254 in total