Page 183

OverviewTranscribeVersionsHelp

Facsimile

Transcription

Status: Needs Review
Show Translation

Lxxxiii

deau si en naist ung grant son ou quant len y estaint
charbons. mais lesclistre du tonnoirre appert ainchois
que vous en oyes la voix pour che que le veoir del homme
est plus soubtil que nest la oye. Sicomme quant len voit
de loings oultre une eaue battre draps ou ferir de marteaulx
len voit ainchois couchier les cops de ceulx qui fierent ar
riere que len y oye le son du cop. Tout pareillement vous
puis je dire du tonnoirre que len voit avant que len lait
ouy. Et de tant comme il est plus ensus de nous de tant
seslonge plus le son de lespart. depuis que len la veu ain
chois que len oye sa vertu. Et dautant que plus tost est
ouy apres lespart tant est le tonnoire plus pres.
DEs Pour savoir comment les vents naissent
vents poeut len enguerre raison par les
mers. Et environ la terre courent sou
vent et sencontrent en aulcun lieu tant asprement
que ilz seslievent contre mont si que ilz deboutent lair
en hault et lair qui est doubte par force et oste de son
lieu remoeut laultre air en telle fachon quil retour
ne aussi comme arriere et sen va bruiant et oudoiant
comme une eaue courant. Car vent nest aultre cho

Notes and Questions

Please sign in to write a note for this page

Marie Richards

original ms. Folio 83r
Walters ms. Folio 88r
BL Royal MS 19 A IX fols 95v-96r
Caxton, ed. Prior, p 121
Gossuin, ed. Prior, 151-152