Page 261

OverviewTranscribeVersionsHelp

Facsimile

Transcription

Status: Needs Review
Show Translation

C.xxii.

traire le bien va tousjours en acroissant et en amen
dant et pour che nest mal ne pechie riens quil soit. Car
comme entendre povez il vient a neant comme fiens
Nulle riens nest qui doie estre fait a droit fors tant
seulement che qui doit estre permanent. Et pur tant
se fait il bon tenir pres du bien car l'en en amende tous
jours. Et qui constumierement fait volentiers les
bonnes euvres elles sont cause de le mener en paradis
comme celui qui na point daultre retraitte ne daultre
demeure et pour che le convient il la habiter En para
dis le convient il venir pour son lieu retenir et aussi
pour le emplir Il n'est homme au monde qui sceust fai
re tant de biens quil ne trouvast tous jours son lieu
et son repaire propice selon ses merites. pour tant que
che tant noble lieu si est sans fin et sans terme. tel
lement que nulz biens quelzconcques ny prenderont
jamais terme ne fin ne quelque deffaulte et est conti
nuellement plain de toute consolation de tous delices
de tous biens de toute joie et de toute leesse sans y a
voir riens de wit dont ceulx qui envers nostre seigneur
le desserviront auront pleniere possession de tous

Notes and Questions

Please sign in to write a note for this page

Marie Richards

original ms. Folio 122r
Walters ms. Folio 127r
BL Royal MS 19 A IX fols 143v-144r
Caxton, ed. Prior, pp 175-176
Gossuin, ed. Prior, 197-198