BnF. Bibliothèque de l'Arsenal. Ms-3516

ReadAboutContentsVersionsHelp
162v

162v

A

Si ont plus chier le non de mestre Et poi savoir que bon clerc estre Sans avoir le non de maistrie Qui de vancre les mestrie Mais a tort sont maistre clame Car poi seivent de verite Car quant il ont le non de maistre Si laissent de clergie lestre Et sen prendent a a gaaignier Com marcheant et corerier Ensi ont al siecle le non Maint qui poi seivent de raison Ne sordenent solonc le droit Qui ce covoitent orendroit Artrement les ars ordenerent Cil qui primes les controverent Premiers entrerent en gramaire [Left margin: nn] Por ordene en lor raison atraire Et puis logique por prover [Dot in left margin] Le faus por le voir demonstrer Apres rectorike troverent [Dot in left margin] Por droiture que molt amerent Et puis arimetique apres [Dot in left margin] Por estre as ordenes plus discres Puis troverent giometrie [Dot in left margin] Por mesurer tote maistrie Puis de musique la science [Dot in left margin] Por metre as gloses concordance Deriere noblierent mie Astrenomie lor amie [Dot in left margin] Car par lui furent esmeu Davoir science de vertu Ensi les .vii. ars ordenerent Cil qui as premiers les troverent Et sont ensi entre laissies Que ne puent ester sor pies Lune sans lautre entierement Et savoir si parfitement Les premiers sans les daerrains Ne celes sans les premerains Qui lune veut adroit entendre De totes li covient aprendre Autrement ne puet on savoir Apertement ne faus ne voir Car lune a lautre est si commune Que savoir covient de cascune Mais nen quierent fors tant savoir Que deniers en puissent avoir Et por ce font trop a blasmer De ce dont cil font a loer

B

Qui se traveillierent premiers Dont il nos est si grant mestiers De ce quescrites les avons Et ce poi que nos en savons Car se clergie fust perdue Ja riens de deu ne fust seue Ne jamais les gens ne seusent Quil cose mieus faire peusent Si fust tos li mondes danpnes Et mar fu onques li hom nes Car riens ne fust par lui seue Ne plus que dune beste mue Tos li biens quest ore eskeus Est des .vii. ars tos esmeus Que cil troverent en lor sens Car por ce orent il porpens De deu amer et sa vertu Et que deus est et ades fu Et il le crurent plus de foi Si com en lanciene loi Mais or perist tos li clergies Por nos mals et por nos pechies Ensi que petit retenu En ont li grant et li menu Mais nus ni ose entendre mais Por mesdisans riches malvais Qui nul bien ne volent aprendre Quant il voient alcun entendre A clergie dont il ne puissent Riche estre dont a aise fusent Tant les envoloient gaber Mais ensi les veut cil loer Qui lor maistres est et lor sire Et a qui plaist molt li mesdire Qui lor fera si mal eur Que de tot mal seront seur En infer le puant abisme Lors mesdiront deaus meime Et diront que mar onques furent Quant il ne firent ce quil durent Si laissierent bien ceaus ester Qui plus aront a conquester Clergie qui lor fol savoir Dont il asambleront lavoir Ensi sera nest mie fable Tot cil qui por avoir muable Laissent le bien de bien aprendre Sont aseur de mal aprendre Car por avoir faut la clergie Si ca poi quele nest faillie

C

Et ce core seu en est De la cite de paris nest Plus que de nule autre cite Ele en a la nobilite

Des .iii. manieres des gens que li philosophe poserent Al monde

Clergie regne ore a paris Ensi com ele fist jadis A atenes qui siet en grece Une cite de grant noblece Li philosophe qui lors furent Qui les autres ensegnier durent Ne poserent solonc lor sens Neque .iii. manieres de gens Clers chevaliers ovriers en terre Li gaaignor si doivent querre As autres .ii. lor estovoir De ce que lor covient avoir Por vivre al monde honestement Et chevalier comme sergant Les doivent garder et desfendre De lun envers lautre mesprendre Clerc doivent ces .ii. ensegnier Et de lor oevres adrecier Si que cascun cose ne face Dont il perde deu ne sa grace Ensi penserent cha arieres Des gens li sage .iii. manieres Com cil qui sorent comme sage Cuns hom ne porroit son corage Metre a ce quil peust adrois A .ii. afaires ne a trois Car onques navint jor de vie Que clergie et chevalerie Ou chevalerie a delivre Gaaigne por avoir son vivre Gaaignor avoeques clergie Peusent estre jor de vie Par .i. seul home adroit seues Ne aprises ne retenues A lune des .ii. seulement Covient penser adroit apent Ancois que bien sachent lor us Et por ce poserent sans plus .iii. manieres de gens en terre Li philosophe qui enquerre Voloient droite verite Et queroient une nete Al monde que puissent mieus estre

D

Por mener et enquerre lestre De clergie por adrecier Aus et les autres ensegnier Dont athaines fu jadis une Dont il avoient lor commune Et la regna cevalerie Premierement avoec clergie Puis fu a romme tranlatee Qui ore est de grant renomee Et cevalerie i revint Qui tos iors pres de li se tint Et puis est revenue en france U cevalerie a poissance Plus quen nul lieu en tot le monde Ensi cevalerie abonde Ades et sien sieut clergie Partot ou ele est avancie Dont li rois de france doit estre Joians et lies quant il puet nestre De son regne tel segnorie Com est science de clergie Ou cascuns puissent sens humains Et por ce ne remaint pas mains Car cest ensi com la fontaine Que plus est loing et plus est saine Tant comme li ruis cort plus loing Tant i cort plus daighe al besoig Tot alsi dire vos en puis Car paris est ore li puis U on puet avoir plus science Cavoir i puet sa demorance Mais puis quest ensi que clergie Est plus en france avancie Par raison savoir en devroient Li oir de france sil deignoient Car alsi comme li solaus Est des estoiles li plus bieaus Et tant fait de bien naistre al monde Por la bonte quen li abonde Alsi doit li rois plus valoir Des autres tos et plus savoir De clergie et de sapience Si quil puisse par sa vaillance Entre les autres si reluire Caltre gent si puissent conduire Et bien faire et vers lui atraire Par example de son bien faire Ensi seroit il mis adroit En paradis et ci endroit Si seroit bien drois et raisons

[Top margin: .C.lxvii.]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
163r

163r

A

Quil meisent lor entencions Apres ceste vie volage Car par nature et par langage Doivent il tot amer clergie Et aprendre tote lor vie Car charlemaine molt ama Philosophie et avanca En france de tot son pooir Tos les bons clers quil pot avoir Por aprendre cele clergie Quil ne perdissent segnorie Mandoit et retenoit o lui Mainte paine ot et maint anui Por crestiente avancier Onques por ce ne vout laissier Quil ne tenist clergie pres Volentiers aprist et ades Et sot asses dastrenomie Si com il reconte en sa vie Qui est amee en loheraine Ou il fu par mainte semaine Car molt ama le lieu et lestre Si voloit par maintes fois estre Encore i a de ses joiaus En liglise riches et bieaus Quil i dona comme prudom Car molt ama deu et son non Et se pena tote sa vie Damener en france clergie Encore i est encore i regne Par la proiere charlemaine Sen est al roi molt bien cheu Que ensi len est avenu Car a tos jors ont conqueste Sens et clergie en lor cite Sil labeoit a retenir Et la vile en pais maintenir Car se clergie si tenoit Chevalerie le sievroit Alsi com ele a fait ades Car tos jors se tient de li pres Si la retiegne por son preu Car tost porroit perdre son lou Se clergie sen departoit Car deus les ades vanceroit Qui ore len a avancie En terre sor tos essauchie Si sont encore un autre gens Qui sont venu a notre tens Jacobin et frere menor Qui se sont mis por deu amor

B

En religion por entendre Por deu servir et por aprendre Dont deus nos a fait grant honor Car il retienent or la flor De clergie por essauchier Crestiente et adrecier Par lor travail par lor estude Dont il nont pas pensee dure De deu servir tote lor vie Et aprendre sens et clergie Com cil qui le monde ont gerpi Si samble quil ont fait ensi Com cil qui en ariere firent Qui en lor closure se mirent En sus des gens por mieus enquerre Verite en ciel et en terre Sien a fait deus grant bonte Ceaus qui les ont en lor cite En lor castiaus et en lor viles Car il ne servent pas deghiles Ains se pament de sermoner Por les autres en bien torner Et sosfrent sovent et mesaise Por les autres metre a aise Car se ne fust par lor bontes Jo quic bien que crestientes Fust malement ore assaillie De mescreance et mal baillie Si se tienent en lor enprise Com cil qui la cure i ont mise Du siecle sans baer ariere Si auront molt bone maniere Car en povrete se sont mis Por deu et por tos ses amis Et maint altre al monde qui sont Et ceaus quil voient qui bien font Si en devons deu gracier Et nos cuers en bien avancier Tant que par droit nos puisons traire Es sains ciels par nostre prov faire Dont deus nos doinst si bon pooir Que nos puison estre si oir Mais de ce lairons ore ester Por ce vos volrons a conter Com les .vii. ars furent trovees De ceaus de bones renomees Si vos dirons de lor afaire Un petit quele sevent faire Car deles muet tot sens humains Et tote oevre faite as mains Tote profecce et apertes

C

Tous biens et tos humilites Por ce me somont ma nature Descrire luevre de cascune Et puis de nature dou monde Com il est fais a la reonde Mais des .vii. ars dirons avant Com ne doit pas geter avant

La maniere des .vii. ars

La premeraine des .vii. ars Dont il nest pas seu li quars Altans dore si est gramaires Mais laquele riens ne vaut gaires Qui de clergie voille aprendre Car petit puet sans li entendre Gramaire si est fondemens De clergie et commencemens Co est la porte de science Parcoi on vient a sapience Des letres en gramaire escole Qui ensegne a former parole Soit en latin ou en romans Quen tel langage parlans Qui bien saroit tote gramaire Tote parole saroit faire Par parole fist deus le monde Car sentence parole monde La seconde ars si est logique Con apele dialetike Ceste si prueve voir et faus Par coi on conoist bien et maus Qui bien saroit logique tote Bien et mal proveroit sans doute Por bien fu cries paradis Et por mal infer establis La tierce rectorique a non Qui est droiture de raison Et ordenee de parole Quele ne soit tenue a fole De ceste sont li droit estrait Par coi li jugement fu fait Qui esgarde sont de raison En cort de roi et de baron Et for juge les gloses males De cest art furent decretales Estraites et decres et lois Qui mestier ont enteter lois Qui rectorique bien saroit Il conistroit et tort et droit Par tort faire est li hom perdus Et par droit salve ses vertus La quarte a nom arematique

D

Cele vient apres rectorique Et enmi les .vii. ars est mise Car sans li ne porroit estre asise Nule des ars parfitement Ne bien seue entierement Devant que on sache cest art Car totes i prendent lor part Ne ne porent estre sans li Por co fu ele mise enmi Les .vii. ars iluec tient son nombre De cestui vienent tot li nombre Parcoi trestot et croist et naist Car sans nonbre nule riens nest Mais poi voi comment ce puet estre Qui des .vii. ars na eu maistre Tant que il en sache adroit lire Si ne porrons pas tot ci lire Car qui veut respondre tel cose Molt li covient Savoir de glose Carimatique saroit bien Il verroit ordene en tote rien Par ordene fu li mondes fais Et par ordene sera desfais La quinte a nom Geometrie Que plus vaut a astronomie Que nule qui ci soit nomee Par lui est ele mesuree Car ele compasse et mesure Tote riens ou il a mesure Par lui puet on savoir le cors Des estoiles qui vont tos jors Et la grandor du firmament Soleil lune terre ensement Par lui set on de verite De tote rien la quantite Ja si lonctaine ne sera Mais que le voie jus que la Qui bien entent Geometrie Voit mesure encore maistrie Par mesure fu fais li mons Et hautes coses et parfons La sisimes ars est musique Qui le forme darimatique De cestui muet tote atenprance Et deli fisique savance Car alsi com musique acorde Tot ce quen son cuer discorde Et a concordance ramaine Tot ensi fisique se paine De ramener nature a point

[Top-right corner of the page, in pencil: 163]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
163v

163v

A

Qui se destempre en cors humain Quant alquns malage lencombre Mais ele nest mie du nonbre Des .vii ars de philosophie Ains est .i. mestiers qui salie Al cors dome de mal saner Et de maladie garder Tant com il se maintient en vie Et por ce liberals nest mie Cal ele set du cors garir Calcune fois covient porrir En nule riens liberals est Ne france qui de terre est Et por ce que science sert Al cors humain francise pert Mais celes qui alarme servent Liberal non amont deservent Car li hom doit liberals estre Si com cose de molt noble estre Comme cele qui de deu muet Et a deu revenir sen veut Et par cest art liberal sont Que lame tote france font Et ensegne que on doit faire Proprement en cascon afaire De ceste est droite la raison Parcoi ars liberaus a non Qui le fait lame liberal Et delivre est de tot mal De ceste sest musique lune Qui si bien sacorde a cascune Que par lui concordees furent Les .vii. ars si com eles durent De ceste li cant sont estrait Qui en sainte [e]glise sont fait Tote acordance et estrument Qui ont dedens acordement Qui de musique a la science De tote rien a lacordance Tote rien qui de bien se paine A concordance sera maine La setime est astrenomie Qui est fins de tote clergie Ceste ensegne raison en querre Des coses en ciel et en terre Qui par nature faites sont Ja si lonctaines ne seront Castrenomie sauroit bien Raison sauroit en tote rien Deus fist tote rien par raison A cascune dona son non

B

Par cest art fu premiers aquise Tot autre science est aprise Et decres est divinites Parcoi tote crestientes Est coverture a droite foi De deu servir le sovrain roi A qui tos biens se done et lie Et fist tote astrenomie Et ciel et terre et les estoiles Comme cil qui est si drois voiles De tot le monde governer Qui riens ne puet sans li durer Cest li haut astrenomiens Car il set tot et mals et biens Concil qui fut astrenomie Com soloit tenir por amie Car cest .i. ars de molt noble estre Qui bien sages en porroit estre Et est la science qui soit Parcoi on conoist plus a droit Comment li mons est compasses Et dautres coses molt dasses Par lui seule furent trouvees Les .vii. ars que io ai nomees Sans eles que nus ne porroit Savoir dastrenomine a droit Tant fust sages ne poestis Calsi con hace veautre ostis De macon ou de carpentier Son estrument a son mestier Porcoi il forme sa maistrie Tot alsi par droite maistrie Si sont li .vii. ars estrument Dastrenomaie et fondement Par lor sens et par lor maniere Li prudome ca en ariere Roi et prince et grant segnor Metoient tres tot lors labor En savoir les ars de clergie Por entendre astrenomie Tant quil ensavoient lor part Car il savoient par lor art Et lonc la volente devine Maint grant afaire et maint covine Qui avenoient par le monde Si ne prisoient nisune onde Que par laighe sen va saillant Tant que tote terre est faillant Concil que la raison savoient Des coses quen terre avenoient Si estoit costume a cel tans

C

Que nus sers hom a autre gens Ne nus bas hom ne nus vilains Tant fust de grant rikece plains Nosoit des .vii. ars riens aprendre Por les gentiels que tot entendre I voloient li principal Que france fuissent et liberal Si lor misent par tel raison Les .vii. ars liberals a non Et adroit car si fances sont Que larme tote fance font Et sont si adroit ordenees Et si entierement donees Comme ni puet rien oster ne metre Tant se seust on entremetre Por cose com i remuast Que tot ne desfigurait Eles sont si faiter adroit Que riens ne puet muer son droit Nus hom qui soit en tot le monde Tant soit de science parfonde Paiens juis ne crestiens Nes puent contrester de riens Qui les .vii. ars adroit saroit En totes lois creus seroit Car nus ne porroit contrester De cose quil volsist prover Par raison veir ne porroit Quant quil volroit et tort et droit Si est faus qui guide savoir A droit nule cose de voir Qui a clergie sapartiegne Por nule cose qui aviegne Se par miracle ne savoit De deu qui tot faire porroit Se des .vii. ars ne set ancois Trestot ne li valdroit .i. pois A ce quil peust riens mostrer Ne faus ne voir adroit prover Car en totes lois sont creves Par tot ou eles sont leves Nus nest tant soit de lois diverse Que sil entre tel gent converse Mais quil sache riens des .vii. ars Adroit ne prover de lor ars Et nule riens de lors usage Qui ne soit creus comme sage Ne ja ne sera si paiens Ne nus juis ne crestiens Li peust de rien contredire De cose quil en volsist dire

D

Ne sont pas lois ne decretales Caltres gens tenptoient a males Les constitucions qui sont Por ce caltres tienent et font Totes lois as .vii. ars se tienent Totes les croient et retienent Ou il a gens qui rien ne sachent Car totes raisons si atachent Par tos lieus par totes saisons Sont adoit voires lor raisons Ne sont pas science muable Car tot lor mes lor sont estable Si laisserons deles atant Puis coi aves ca avant De lor sens et de lor a faire Si vos devons apres retraire De nature et que cest briefment Que deus cria premierement Ains quil feist nul autre bien Cal monde apartenist de rien Si en devons premerains lire Por mieus le monde apres descrire Car ele muet le firmament Et tote riens ca movement Les estoiles muet et fait vivre Quanques on voit sor terre vivre Par li torne li firmamens Et por ce que totes les gens Ne sevient pas bien que ce monte Es longerons .i. poi cest conte Por faire entendre quest nature Por mieus entendre le nature Du monde apres si vus dirons Sentendre voles les raisons

De nature comment ele Oevre et que ce est

Dame deus fist premiers nature Cest ce par coi tote riens dure Qui desus ciel sont ordenee Et par lui vit tote riens ne Sans nature ne puet riens estre Por ce le covient premiers estre Les gens norrist les gens saisone Et la ou deus veut sabandone Tosjors oevre diversement Et nature fait ensement Que fait la hace al carpentier Qui maniere a de recourier De la hace et la sen vient Ou cil ladrece quil atient Par la hace est luevre achevie

[Top margin: .C.lxviii.]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
164r

164r

A

Et faite solonc la maistrie De la maniere del ovrier Que maniere a de recovrier Tot alsi nature se done La ou deus veut et sabandone Car par liest tote bien faite Si com deus la avant portraite Ensi a bien fait soevre deus Se luy faut en lautre est rescieus Nature ne fait rien en vain Car nule rien ne tolt son plain Ades est la soie oevre atire Lonc ce quele troeve matire Soit en bestes usoit engens Ades est ses afaires gens Com cele gui ne faut de riens Ca deu soit contraire de riens Ou nature faut si laise oevre Et com plus en i a plus oevre Si com on voit alcunes bestes Que lune si naist a .ii. testes Ou a .vi. pies ou mains ou menbre Que sa forme ne li ramenbre De tans voit on sovent ensi Que li un sont pres que faille Li autre si sont eurous Et de lor fruit si plentious Tot ensi revoit on sovent A venir a alcune gent Quant il naissent a tot .vi. dois Li altre . a .i. a .ii. ou a trois Ou uns autres entiers li falt Bras ou menbre dont il mains valt Lonc ce quil apartient al monde Et a .i. altre si abonde En cors en menbre en altre cose Que forme humaine ne li pose Ou il a fait ou pie umains Jambe u bras lun plus lautre mains Si ravient tot ingal .i. altre Que il est blans et noirs li altre Ensi ne sont mie samblans Li hom qui est de grant porpens Li uns devient prudon et sages Li autres fols de mal usages Li uns jones sages devient Et en viellece fols se tient Li uns est sages viels ou jones Li altre fols en tos essoines Li uns cras et li altres maigres Li .i. sains li altres malades

B

Li uns grailler li altres gros Li uns vistes li altres mos Li uns hastans lautre tardis Li uns coars lautres hardis Li uns boisteus lautre bochus Li autres bien fais en tos us Li uns est grant mal fais sovent Et uns petis a le cors gent Quil na menbre que li defaille Et qui bien a sa droite taille Tant com a son cors apartient Bieaus enfes lais sovent devient Et li lais sovent devient beaus Li uns veut molt de ses avieaus Et li altes en velt petit Cascuns tient le sien a petit Un petit hom .i.grant en gendre Et .i. bien grant sovent .i. mendre Bien petis hom en prent tel cose Que .i. bien grant en prendre nose Li uns muert joenes lautre tait Tant que par aage sen depart Del siecle lonc si que nature Par la volente deu li dure Si revoit on sovent tel gent Que li uns a clergie entent Li altres a autre mestier Ou a feivre ou a carpentier Ou a altre ou il met son tans Cascuns se done lonc son sens Na altre ne se voldroit metre Dont il se seult entre metre Si bien comme de celuy fait Ou sa nature plus se trait Si est .i. autre dautre a faire Qui mieus se set metre et atraire A pluisors coses asovir Cuns altres ne porroit furnir Car sa nature nel doit pas Lun les en haut lautres en bas Si voit on que sovent avient Que la ou li hom bee vient Et autre fois ne vient a cief Anchois li torne a grant mescief Si ca paines puet asomer De rien quil veille afin mener Uns altres some maint a faire Dont uns altres ne puet rien faire Tant a engien diversite De faire et de volente Comne porroit trover en terre

C

Trois homes tant seult en querre Que il de tot sentre samblaisent Quil ne se diversefiaisent De menbres de cors ou de vis Ou en sens de fais ou de dis Tant est diverse la poisance Que riens nest quen li nait naisance Quil nait en li alcune rien Dont .i. autres na en lui rien Jasoit ce que nule desoivre Ni peust nus hom apercoivre Teus est la vertus de nature Ou maint bon clerc metent lor cure A ce quil peusent descrire Comment il peusent mieus dire Qui fuit nature et plus briement Ce dist platon premierement Qui fu de molt grant renomee Ceste poisance en cose entree Que sanblant par sanblant fait naistre Lonc ce que cascune puet estre Si puet on ce par ce entendre Par home qui haut home engendre Par bestes plantes et semences Qui naisent solonc lor naisances Tant en dist cil philosophes Et tant en refist aristotes Qui fu ses clers que ce estoit Principals que vertu donroit En coses oster et movoir Et deus dona itel pooir Si com on voit quant riens se muet Qui estoit et movoir se puet Maint livre de nature enquist Aristote que ce en dist Puis en disent altre pluisor Que ce est vertu de calor Cist en sievent mieus platon Caristote de sa raison Ensi en disent lor sanblant Et asses en disent itant Lonc ce que cascun en pot dire Car ce ne pot nus contredire Mais nus nentent bien que ce soit Fors deus qui tot set et tot voit Qui premiers le vout establir Por totes coses acomplir Si puet on bien par ce savoir Que molt est deus de grant savoir Et molt est grant cose de lui Quant tel cose fist sans anuy

D

Quil est de si poissant afaire Par ce volt il meismes faire Lomme quil en est si poisans Et quil eust en lui tel sens Que sans lui par nature eust Cose que greuer li peust A lame ne envers deu nuire Il se peut bien ensi deduire Se bien veut son cuer eslever Nature ne li puet grever Par ce furent les ars trovees Por oster les males pensees Que lome puet a mal conduire Et par les ars le puet deduire Se bien velt son cuer eslever Nature ne li puet grever Ensi puent muer lor estre Par ensignement de bon maistre Por ce fait bon entre les bons Com aprent a faire ses bons Si est sages qui son prou fait Si capres sa mort mieus en dit Mais qui deus le retiegne aparu Si aura plus fait de son pu Que del altrui ce sache il bien Car il en aura tot le bien Et fols est qui le cors tant aime Par coi li ame viegne en paine Nus ne doit tant son cors amer Quil enoblit lame a saluer Que deus par amor li presta Et il fait tant que malfes la Et fait com li malvais sergans Que ses sires presta besans Por le multeplier en bien Mais il ne le fist mie bien Com cil qui fu de male foi Que chacier fu ensus de soi Ne ainc not reproche ne honte Si com levangile reconte Ensi fera de cels sans faille Qui laissent le grain por le paille Si com cil qui laissent perir Lame por faire lor desir Dont sor lor cors li maus en naist Mais atant li contes sen taist Ici des ars et de nature Si diromes de la faiture Du monde comment il est fais Par nature et de deu portrais Car par son saint commandement

[Top-right corner of the page, in pencil: 164]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
164v

164v

A

Fist le monde et quen quil i apent Et tot fu fait a son devis Ore oies comment i en de vis

De la forme dou firmament

Deus forma tot entor le monde Com une palete reonde Le ciel reont de totes pars Qui entor le monde est espars Entierement sans de ce vaille Tot ensement comme lescaille Del oef quantor laubun se done Tot ensi li ciels avirone Un arc qui est sos cestui air Qui en latin anon eter Cest adire purs airs et nes Car de pure clarte fu fais Cist airs sesjoist nuit et jor De perpetuel resplendor Et sest si cler et si luisans Que suns hom i estoit manans Il verroit tot et .i. et autre Quenquil a de lun cief a lautre Alsi legierement ou plus Connus porroit veoir ca jus Devant ses eus .i. seul pie loig Ou mains sil en avoit besoig Ensi vos di qui la seroit Tot par tot veoir porroit Alsi de loig comme de pres Tant est cis airs et purs et nes De celui eter lor cors prendent Li angle et lor eles en penent Quant ci en terre sont tramis A ceaus que deus tient por amis Quant il lor veut rien demostrer Et por ce samblent il si cler Que li ciel done resplendor Ne puent soffrir pecheor Ne regarder cele clarte Com cil qui plains est doscurte Cest adire plain de pechie Dont il a este entechie Si en est sovent avenu Quant li angle estoient venu A alcun home en alcun lieu Por oir la volente deu Que si tos en dormis chaoit Tandis com la parole ocit Del angle si com en soignant Et estoit tot mus juscatant Que li angles sen repairoit

B

Et li paru doin se resveilloit Ensi vos di certainement Nus ne porroit corporelment Sostenir en nule maniere De cele clarte la lumiere Qui pres est del saint ciel lasus Dont nos somes si trait ensus Que li angles li avoit dit Et bien li sovenoit du dit Ne riens corporels ne porroit Sostenir soi en nul endroit Puis quele fust de riens pesans Ne nus oiseaus tant fust volans Ne se porroit la sostenir Caval nel covenist venir Tot droit alsi com une piere Jus ca cel air en tel maniere Ou il son vol porrait reprendre Ses bahis nestoit del descendre Car riens demorer ne porroit Se speriteus cose nestoit Ne plus ni auroit de son vivre [Inserted in left margin between this and the next line: "A" indicates the insertion point of a missing line of text marked "B" that appears at the end of the column in a different hand and with light brown ink] Si com nus raconte li livre En cel lui nenlair sostenir Que cest ne conviegne morir Tost i est devenus porris Sen laigne nest ades norris De nos vos di tot altresi Manoir ne porriemies i ki Ne vivre en lieu esperitel Tant com nos aions cors mortel

Comment li .iiii. element Sont assis

Cele clarte dont dit avon Qui airs esperitels a non Dont li angle prendent a tor Environe trestot entor Les .iiii. elemens que deus fist Quant lun par dedens lautre mist Cest fus et airs et aighe et terre Dont li uns en lautre se serre Et lun a lautre ensi se tient Et cascon si bien se contient Que la terre en milieu se tient Li fus qui est premierement Enclost del air entierement Et cis airs enclot laighe apres Qui de la terre se tient pres Tot ensi com on voit del oef Que laubun enclot demi oef Et enmi le moioel sabaisse

[Insertion below column in a different hand and light brown ink: B Nient pluske li poissons peut vivre]

C

Une goute ensi com decraisse Qui de nule part ne se tient Et la craise qui le sostient Ne racouce de nule part Ensi est par itel esgart La terre enmi le chiel asise Et si ingalment enmi mise Quen si est longhe et haut com bas Ensi com li point de conpas Qui tot en mi lemonde est mis Cest a dire ou plus bas assis Car de traire forme a compas Est li poins en mi le plus bas Ensi sont et li .iiii. element Li un a lautre entierement Si que la terre est tot enmi Caltant a de ciel desos li Tosjors com il aper desus Cest figure en mostre lus

[Diagram: five red concentric circles. Each is labeled. The lables are as follows starting at the top. Li purs airs Feus airs Airs Aighe Tere]

Coment la terre se tient En mi le monde

Por ce que la terre est pesans Plus que nul des .iiii. elemens Se tient ele plus bas enmi Et ce quest legier entor li Car quant qui poise plus bas trait Et quanque poise a lui atrait Por co vos covient joindre a li Que quanque poise trait a li Se tel cose avenir peult Que nului sor terre neust Ja ne vers ries que destornast Voie quil part et que on alast Ains porroit aler environ Tote la terre ou beste ou hom Sus et jus quil part quil voldroit Ensi com une mosce droit Entor une pome reonde Ensi porroit a la reonde Uns hom tant com la terre dure Tot entor aler par nature

D

Si comme desos nos vendroit Il li sambleroit tot adroit Que nos fuissons tot desos lui Si com il nos feroit de lui Car a ses pies les nos tenroit Et la teste vers le ciel droit Ensi com nos somes ici Les pies sor terre vers lami Et sil aloit ades avant Droit devant lui il iroit tant Quil revenroit al lieu premier Dont il se prist a eslangier Et a la premiere estature Ou il fist ensi par nature Que doi home se des seuraissent Li un de lautre et sen alaisent Li un ades vers oriant Et li autres vers occidant Si can doi ingalment alaisent Il covenroit quil sencontraisent Desos le lieu ou il se murent Et puis la ou premerain furent Si revenroient par devant Andoi ensi comme devant Car lors aroit cascuns .i. tor Fait par desos la terre entor Ensi com entor une roe Qui sors terre se giroit coie Ensi entor la terre iroient Si com cil cades se trairoient Droit envers milieu de la terre Car tos pres devers lui se sere Et qui plus poise plus pres trait Et plus pres dou milieu se trait Car com plus cave on dedens Plus troeve on terre pesans Por entendre ces aleures Poes veoir ces .ii. figures

[Diagram: two circles each of which is made of two concentric circles. The first has an F at each of the cardinal points. To the left of the top F it says "hom" and to the right, "qui va". The second circle has the letters A C F on the top and FF on the bottom.]

Mais por la cose mieus entendre Poes une autre cose aprendre Se la terre partie estoit Par le milieu trestot endroit Si que on le veist parmi Le ciel dautre part desos lui

[Top margin: .C.lxix.]

Last edit 3 months ago by jessehurlbut
Displaying Page 6 - 10 of 41 in total