Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

ReadAboutContentsHelp
This manuscript, which is dated in a colophon to 1489, is one of the three known fifteenth-century copies of a rare vernacular cosmography originally composed in verse under the title "Image du Monde" (The Mirror of the World) in Lorraine dialect ca. 1245-46. The manuscript provides descriptions of the seven liberal arts along with astronomical theories, especially about the earth, the creatures that inhabit it, and its movements within the universe. Each one of the liberal arts is illustrated with a small miniature in grisaille, and extraordinary geometric astronomical diagrams recur throughout the book. The importance of W.199 is both textual and pictorial. Illuminated by followers of Willem Vrelant, active in Bruges 1454-1481, the manuscript reveals affinity of format and content with a 1464 copy of the Mirror of the World made in Bruges (London, British Library, Royal 19 A.IX). For full description, see http://thedigitalwalters.org/Data/WaltersManuscripts/html/W199/description.html

Pages

Page 26
Needs Review

Page 26

[image: Title: God the Father with compass Form: Small miniature, 12 lines Text: Why God created the world ]

DIeu fist et crea tout le monde de sa seule volente pour che quil y peust avoir aucune chose qui fust telle que ses biens peust deservir se il ne demou roit en lui. Et pour tant il establi cest monde. Non pas pour che que mieulx len fust ne quil en eust aucun besoing. Mais il le fist par la bonte et par sa tres grant carite. Car comme tres caritable il vo loit que aultre partist a lui et a ses biens. Et que toute aultre creature chascune selon sa nature se sentist de sa puissanche selon che que a lui povoit appartenir. Ainsi volt dieu establir che monde. que telle chose en peust yssir que entendre et savoir peust la noblessche de son povoir et de sa sapience et du bien quil faisoit pour lhomme terrien. si que servir le peust en telle maniere que par lui veust desservir les grans biens que pour lui avoit

Last edit over 2 years ago by Marie Richards
Page 27
Needs Review

Page 27

v

faiz. Si devons sur toute riens amer celui qui nous fist et fourma et bon gre savoir quant nous avons tel povoir et telle auctorite par lui que se nous le voulons amer nous serons seigneurs de tous ses biens. Or le amons doncques de toute nostre puissan che si ferons comme saiges. ou se non nous y aurons dommaige grant. Car se par nostre cause nous perdons tous yceulx biens que nostre signeur a fais par nous. Ja pourtant dieu riens ny perdroit. Certes il les fist pour che que nous les ayons puis que par nous biens faiz nous les savons deffervir et quil nous en a de sa grace donne le sens lentende ment et le povoir. Pour quoy dieu fourma lom me a son ymage et samblanche entenderez

[image: Title: Creation of Eve Form: Small miniature, 7 lines Text: Man created in God's image]

QUant dieu four ma lomme il le volt faire et creer a sa fi gure et a sa samblanche affin quil eust ramenbran che des biens quil lui ot prestez et quil les peust

Last edit over 2 years ago by Marie Richards
Page 28
Needs Review

Page 28

disservir tout par droit et raison envers son createur Car il lui fist si grant amour que sur toutes aultres creatures le fourme a son ymage et samblanche. et lui donna naturellement le plus parfait entendement pour le amer et cognoistre que nulle riens peust a voir affin quil peust partir a ses biens plus que nulle aultre creature. Ne oncques dieu ne fist pour quel conque aultre creature tant de biens comme il a fait pour lomme mais quil les veulle desseruir Et se che non cest bien raison quel il sen deulle. Car celui ne fait a dieu point de bonte qui fait bien pour avoir sa grace et son amour Car il fait plus son prouffit par lui meis mes quil ne fait par aultrui. Et pour ce le fait bon amer et servir Car moult se poeut clamer chetif et las qui par sa folie pert celle tant haulte tant no ble et tant excellente gloire pour son pechie qui ne lui prouffite riens. Et nen a en la fin fors honte blas pheme et vitupere. Et le tyre apres lui en tel lieu ou il na fors paine ire doleur et tritresse dont jamais delivre ne se verra tant comme il vive. Ainsi a celui la grant joie perdue qui donnee lui estoit se ne fust

Last edit over 2 years ago by Marie Richards
Page 29
Needs Review

Page 29

vi

par son pechie qui lui tolt et oste et seigneur en eust este se il eust volu se il se fust maintenuz en faisant tous jours bonnes euvres et se fusst abstenuz et gardez de fai re mal. Car qui bien fait en cest monde il a tant de biens et dhonneur que les angheles de paradis en font leur seigneur et leur maistre devant dieu le roy couron ne. dont celui se poeut bien tenir pour bien eure qui fait tant de biens en terre tant comme il vit quil puisse telle honneur conquerre et auoir Et faire se poeut chascune persone tout par soy se il lui plaist. Or en fait chascun sicomme bon lui samblera et se procede au quel quil vouldra. Car il lui poeut bien gaignier et perdre sil lui plaist. Pour quoy dieu ne fist lomme tel quil ne peust pechier aulcunement :- QUant nostre seigneur dieu crea lomme il lui donna povoir de faire sa volente. Cest assavoir de faire ou le bien ou le mal le quel quil vouldroit. Car se dieu eust fait lomme tel quil neuist poeut pechier ne faire fors tout bien il lui tolroit aucune chose de son povoir. Car il neuist peu faire mal quant il lui eust pleu et par ainsi il sensient que volsist ou non

Last edit over 2 years ago by Marie Richards
Page 30
Needs Review

Page 30

il eiust tousiours fait bien sans raison. Et aussi il ne seroit point cause du bien quil feroit. Ainchois procederoit daultrui qui a force len auroit entalen te et donne la volente et celui par le moien du quel il le feroit en desserviroit le guerdon et non pas lui Car petit dessert qui par force daultrui fait service Qui me metteroit demain en une forte prison mal gre moy et pour bien faire je ne le tendroie pas pour saige. Car il me feroit desraison. Touteffois il estoit en nostre seigneur sil lui eust pleu de fair lomme tel quil neust peu pechier ne faire quelconcque aul tre mal. Mais il neust ja desservi telz biens et telz me rites comme il fait orendroit en nul temps du mon de. Et pour tant bailla dieu a lhomme plain arbi tre de faire le bien ou le mal. affin que en bien fai sant et laissant le mal il eust plus de merites. Ja aultrement nen eiust tant dassez. Se dieu a fait les angeles telz quilz ne peuissent pechier mortellement ne nul mal faire pour tant ilz ne desserviront. ja si grant don si hault ne si noble comme font les hom mes. Et qui bien voldroit desservir yceulx haults

Last edit over 2 years ago by Marie Richards
Displaying pages 26 - 30 of 293 in total