Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 233
Needs Review

Page 233

C.viii.

ctorite qui apprindrent et estudierent tout leur temps sur la science des sept ars. Dont il en y eult aucuns lesquelz en leur temps firent merveilles par astro nomie. Mais sur tous ceulx qui plus sentrenvoent et traveillerent sur la science dastronomie che fu virgilles qui en compila maintes merveilleuses besongues. Et pur che vous en racompterons ung petit en ensieuant du contenu precedent. Chi parle en substanches des merveilles que par astronomie VIrgille le virgille fist en son temps saige philosophe natif de rome fust de vant ladvenement de jhesucrist. Il ne tient pas les septs ars liberaulx a petit de chose. Car il y traveilla et estudia la plus part de son temps tant que par astronomie fist maintes grans merveil les. Car en rome il fist une mousche darain telle que quant len la mettoit en une place elle enchassoit toutes aultres mousches. si que il nen demouroit en la place nulles. ne nosoient approchier pres delle de deux trais darc a la reonde. Et se elles passoient la bonne que virgille leur avoit compassee il convenoit

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 234
Needs Review

Page 234

que incontinent morussent ne ne pouoient plus vivre. Il fist aussi ung cheval darain. Lequel garissoit tous chevaulx des maladies dont ilz estoient entechiez tout aussi tost que le cheval malade le regardoit. Il fonda aussi une grant cite a merveilles dessus ung oeuf. par telle for ce et par telle poeste que quant aulcun remoit loeuf toute la cite en croisloit. Et de tant que len le remuoit plus fort plus forment crosloit la ci te. La cite et en hault en en plain et la mousche et le cheval que virgille fist darain sont a naples et la cage ou loeuf est. et sont illec veuz che nous ont dit ceulx qui venuz en sont et qui moult desfoiz les ont veuez. Aussi fist il ung jour faillir le feu par toute rome. tellement que nul nen povoit point avoir se il nen venoit querir a la nature dune femme a tout une chandeille ou aultrement. Et estoit celle femme fille dempereur et de grant da me. laquelle paravant lui avoit fait ung grant escandle et desplaisir. Touteffoiz ceulx qui estoient venu querir de che feu nen povoient adrechier

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 235
Needs Review

Page 235

C.viii.ix

aultrui. Ainchois convenoit que chascun qui du feu voloit avoir le alast querir ou les premiers le a voient pris. Et ainsi se venga il de celle qui le desplaisir lui avoit fait. Et fist ung pont sur u ne eaue le plus grant que oncques fust au mon de ne say de quelle matere ou de pierre ou de boiz mais nul ouvrier tant fust soubtil ne machon ne charpentier ne aussi engigneurs ou aultres ne sceurent tant enserchier ne enquerre dedens terre. ne dedens eaue quils peussent ne sceussent la maniere trouver comment celui pont estoit illec pose et assiz ne comment il se soustenoit en nul en droit ne aux boutz ne au milieu et passoit on fran chement tout parmy oultre. Il fist aussi ung jar din tout alenviron encloz de lair sans quelque aultre chosture tout aussi espez comme une nuee Et estoit celui jardin moult hault de terre. Il fist ancores deux chierges tous ardans et une lampe alumez de feu si que tousjours ardoient sans estaindre et si ne appetichoient de riens. Ches trois choses encloist il dedens terre tellement que

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 236
Needs Review

Page 236

personne ne les peust trouvier pour querre quel len sceust fair devant que il deust finir Ancores fist il une teste parlant qui lui respondoit de tout che quil lui demandoit. et de che que advenir devoit en ter re. Tant quil lui demanda ung jour comment il lui prendroit dun sien affaire ou il devoit aler Mais elle lui respondi tellement que il ne lentendi pas bien. Car elle lui dist que se il gardoit bien la teste que il en revendroit tout sain. Attant il se mist a la voie tout asseure. mais le soileil qui che jour ren doit grant chaleur le fery en la teste et lui eschaufa si le chervel che dont il ne se prist garde que une ma ladie le assailli dont il moru. Car quant il eust la responche de celle teste il nentendi pas quelle parlast de sa teste ainchois entendi de la teste qui a lui parloit mais lui veiust que il eust garde la sienne qui plus propice lui estoit. Et quant il se senti agrave de mala die il se fist porter hors de rome pour estre enterre en ung chastel seant devers cecille et pres de la mer a une mille. Ancores y sont ses oz qui sont gardez mieulx que les aultres. et lors que len les souloit remuer la mer

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 237
Needs Review

Page 237

C.x.

semfloit si que de randoi[t?] elle venoit jusques au cha stel. Et de tant que len les levoit plus hault tant plus croissoit la mer si que tout le chasteau fust noye se tan tost ne fussent remiz en leur lieu. Mais lors quilz y estoient rassiz tantost la mer se rabaissoit et se remet toit comme paravant estoit. Et che a len mainteffoiz esprouve et ancores en dure la vertu comme dient ceulx qui celle part ont este. Virgille fust moult saige et soubtil et plain de grant engien. Car a son povoir il volt prouver tous les usaiges des clercs tant que possi ble lui fut den savoir. il fut homme de petite stature ung pau courbe avoit le doz par droitte nature et aloit la teste baissant et regardant devers terre. Moult fist virgilles de grans merveilles que les escoutans tendro ient a mensonges lors que ilz les orroient racompter Car ilz ne pourroient penser ne cuidier que ung aul tre scevist faire chose dont aulcunement ne se sceussent entremettre. Et quant ilz oient parler de telz materez ou daultres qui meismes voient a leurs yeulx et dont ilz ne scevent riens tantost dient que cest a layde de lennemy quilz besonguent en telle maniere comme

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 238
Needs Review

Page 238

ceulx qui volentiers mesdisent des gens de recommandation Puis dient quil ne fait pas bon savoir telz besongnes Mais se ilz en savoient la maniere ilz la tendroient a moult notable et a droitte euvre de nature. et sans aultre figure ou espece de mal. et quant ilz ne scevent la chose ilz en dient autant ou plus de mal que de bien. Certes qui bien sauroit astronomie il nest riens qui en cest mon de soit dont len ne scevist bien enquerre raison. et main tes choses en feroit on qui sembleroient miracles aux gens qui riens ne sauroient de celle science. je ne diz point que len nen peiust bien faire mal qui tant en sauroit. Car il nest si bonne science que len ny puist entendre aulcun malice. et que len ny puisse user en mal qui sen vouldroit entremettre. Dieu ne fist jamais si bonne evangille que len ne puist qui en a la volente tourner a bourde. et nest nulle riens tant vraie que len ny puist glozer telle chose dont len se pourroit bien dampner qui se voldroit peuer de mal faire. Combien que che nest pas maistrise que de mal faire. Tout homme a le povoir de se traire a bien faire ou a mal faire. Lequel quil voeult comme celui qui a la franche liberte de lun et de laultre. Se il sadon

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 239
Needs Review

Page 239

C.xi.

ne aux vertus che bien vient de nostre seigneur Et se il se encline au mal faire che le trait en fin a doler et a paine perpetuelle. Jamais le mauvaiz ne dira riens de bien de che dont il ne poeut gaires savoir il nest nulle art qui bonne ne soit a savoir quant lom me si adonne. mais que il ne faice chose envers dieu dont il perde sa grace. Len scet tout par astronomie fors che que dieu ne veult pas que len sache. Sil la vaul droit mieulx aprendre que de apprendre celle dont len amasse les grans tresors. Et qui astronomie sauroit bien proprement il auroit tout che quil vouldroit en terre. Car il ne lui fauldroit ja nulles choses quelconcques que ancores il nen eust plus. mais ilz ont plus chier la pecune. Et si ne scevent que cest de astronomie ne pour quoy elle fut trouvee. combien que ilz y applicquent tout leur entendement. mais ilz nont cure daprendre fors che quilz scevent qui redondera a leur singulier prof fit. Et pour tant ne lairons nous pas que nous nen recitons aulcuns cas pour ceulx qui ont talent dapren dre si le escoute qui entendre le vouldra. Chi declaire pour quoy les monnoies furent establis

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 240
Needs Review

Page 240

LEs monnoies furent establis pour tant que ilz navoient pas de toutes cho ses necessaires ensemble. Lun avoit ble laultre avoit vin et laultre drap ou aultres deurees Celui qui avoit du ble navoit point du vin sans changier lun a laultre. Si convenoit que journelle ment ilz changassent les ungs aux aultres pour avoir che quilz navoient pas comme ceulx qui aultrement ne le savoient faire. Quant les philosophes veirent ce ilz firent tant quilz establirent vers les seigneurs jadiz regnans une petite chose legiere dont ung chascun en peust tant porter quil en peust ailleurs achater che que mestier lui seroit et che quil lui convendroit pour sa vie Si eulrent adviz ensemble de ordonner aulcune petite chose qui ne fust pas trop ville ne trop chiere tenue et quelle eust aulcune valeur pour marchander et user de leale marchandise les ungs avec les aultres par ver tu de celle enseigne et quelle fust commune par tout et en toutes manieres. Si establirent lors une petite mon noie tenue pour aler par le monde. Et pur che quel le menoit les gens par les voies fut elle ditte monnoie

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 241
Needs Review

Page 241

C.xii.

ou damenistrer qui vault autant a dire comme de bail lier a lomme tout ce quil lui fault pour son vivre. Mo nos en griec si vault autant a dire comme une chose seulement. Car il nen estoit lors que dune maniere par tout le monde. Mais a present fait chascun sa mon noie meslee dont len desvoie plus que selle fust dun coing et affaire seulement. Car len y voit souvent a celle cause plente de frauldes. Ainsi ne lestablirent pas les philosophes. car ilz lestablirent pour lestat du mon de saulver Et le diz pour tant que se largent estoit oste hors des tournois et des parisiens tant seroit la mon noie plus petite et moins pesante et meilleure pour porter par les chemins. Car comme elle seroit plus pe tite et plus legiere et mieulx vauldroit pour sen aidier et avoir sa vie. et pour aultre chose ne fut elle ordonnee Car les monnoies ne son prisies si non pour lor et largent qui y est. Et ceulx qui premierement lestabli rent la fisrent bien petite et legiere pour la plus a son aise porter par tout la ou len vouldroit aler. Chi parle des philosophes qui jadiz aloient par le monde:-

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Page 242
Needs Review

Page 242

AInsi les philosophes par le monde aloi ent la ou ilz vouloient par le moien de leur monnoie et les marchans en leur marchandise ou en pelerinages ou en pour chassant et enquerant aucuns lieux que ilz vouloi ent savoir dont plente en y avoit qui estoient phi losophes et qui toutes choses vouloient experimen ter aloient par mer et par terre pour plus a la verite enquerir des choses secretes du ciel et de la ter re. ilz ne se rotissoient pas tant aux grans feuz et brasiers comme font orendroit maint truant papelart. lesquelz sont au monde qui ne se adonnent a nulz biens ne a nulles vertus si non pour avoir la loenge du monde. Ainchois aloient serchant la mer et la terre de toutes pars pour mieulx congnois stre le bien et la mal et savoir discerner lun de laultre dont ilz endurerent maints grans travaux pour acquerir le saulvement de leurs ames. Et an jourdhuy tous ne quierent si non davoir le nom destre appellez maistres pour acquerir la loenge du monde qui si tosts leur deffault Certes

Last edit about 1 year ago by Marie Richards
Displaying pages 211 - 220 of 259 in total