Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Pages That Need Transcription

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 42
Needs Review

Page 42

seulement dapprendere telle science par la quelle ilz peussent congnoistre le souverain roy tout puissant qui tout avoit cree de neant et fait de sa main. A dont ilz penserent bien en leur entendement comme gens qui estoient de noble et virtueuse intention que la congnoissanche navroient de nostre seigneur dieu ne de sa haulte puissanche se ainchois ne entendoient et enqueroient en ses euvres qui sentoient si excellen tes tant comme ilz en porroient enquerre et savoir Car len ne congnoistera ja bien le maistre se avant len ne congnoist parfaitement son estat et ses euvres quelles elles sont. Car par les euvres congnost len louvrier et comment il poeut estre tel. Et pour che les anciens peres se voeuldrent emploir et affair aux euvres de nostre seigneur tout premierement pour plus legierement avoir congnoissanche de son povoir et de sa vertu. Considerans que en plus digne besongue ne plus difficille ilz ne se povoient occuper Et quant plus porroient savoir de ses euvers et de son sens tant auroient ilz meilleure volente damer leur createur et de le honnourer Considerans quil avoit fait si

Last edit 24 days ago by Marie Richards
Page 43
Needs Review

Page 43

xiii

noble chose et si digne comme est le ciel qui veoient les estoilles qui reluisoient parmy et ses aultres vertus merueilleuses dont ilz se prisoient plus Et tant comme plus le prisoient et tant plus le servoient volentiers. Car cestoit toute leur effec tion et toute leur intention et raison de dieu con gnoistre pour che quilz savoient certainement que dieu leur avoit donne avec nature sens et raison pour enquerir et comprendere des choses de la terre et de celles du ciel tant quilz en peussent plus savoir car aultrement ilz ny eiussent jamais pense. Aussi ung homme tant soit saige ne discret ne pouroit jamais entendre des haults secrets de dieu ne de ses miracles si non lui meismes. Car par droiture il scet tout. Mais de celles qui par nature sont faites et ordonnees en ciel et en terre pour bien lomme enquerre aucunes raisons se il est done et garny dun bon vit sens et quil ait mis et emploie son temps a estudier et aprendre. Et puis que ceulx eulrent acquis entendement et raison par leur grant estude labuer et traveil tant que ilz

Last edit 24 days ago by Marie Richards
Page 44
Needs Review

Page 44

peurent comprendre pour quoy et comment tout le monde estoit fait et compasse. Sicomme vous avez ouy chi dessus. Si penserent lors que bien porroient savoir et avoir raison daucunes choses puis quilz en avoient lentendement du tout puissant den savoir en partie Au moins de celles que ilz povoient veoir a leurs yeulx combien que ilz fussent loings. Ainse vouldrent ilz savair la raison de che quilz veoient mouvoir les estoilles du firmament et de che quelles reluisoient si cler Certes che fust la principale cause qui premiere ment les mist en l'estude denquerre la science que pas ilz ne savoient. Si sceurent bien que ilz enquerroient plus tost des choses que ilz veoient nulles. Et pour che furrent ilz esmenez de savoir et denquerre che quilz a voient veu par maintez foiz mouvoir le firmament si en vouldrent savoir la verite et disoient que moult bon faisoit savoir ce quil plaisoit a dieu et cognoistre de ses naturelles euvres pour plus parfaitement con gnoistre et savoir comment il fut dieu tout puissant Car len ne poent savoir ne trouver nulles raisones de dieu si non tant seulement par ses euvres. Les

Last edit 24 days ago by Marie Richards
Page 45
Needs Review

Page 45

xiiii

bons anciens preudhommes qui diligamment voul drent entendre a ceste matere neurent cure damasser nulz aultres avoirs fors que daprendre la pure science ilz ne furent pas convoiteux si neulrent cure de tresors amasser. Ains en y eult plente de ceulx qui sapercevrent de leur avoir comme saiges que ilz furent que tant y pourroient penser aucunefoiz ou pour le garder ou pour mettre cure de la despendre par mesure ou pour assez daultres besongues que ceulx ont qui volentiers amassent si que leur avoir poeut bien tollir le losir dapprendre. Si sen departoient et delivroient en telle maniere que lun jettoit le sien en la mer les aultres le clamoient quitte en la habandonnant et sen aloient comme hermites et les autres le departoient aux po vres. Et daultres en y avoit qui le lassoient en telle maniere comme ilz leur estoit adviz quilz eussent moins cause dy penser et nen retenoient seulement que pour leur user. Si vouloient bien tenir aucunes gens pour eulx servier tellement quil ne le convenist a nulle chose entendre fors a estudier et aprendre ilz faisoient ediffier leurs maisons ensus de gens

Last edit 25 days ago by Marie Richards
Page 46
Needs Review

Page 46

ainsi comme religions. Et se mettoient en tel lieu que trois ou quatre foiz la sepmaine ilz se retrou voient en samble pour eulx soulacier et esbatre. Et rendoit chascun raison de che quil avoit trouve et apris et tant que ilz avoient experimente que vray estoit qui plus en savoit et quilz trouvoient avoir plus grant entendement. Si leslisoient par le consentement de chascun et celui leur recordoit leurs raisons oyans tous les compaignons et recor doit a tous ensamble tout che que chascun avoit dit tellement que tous si accordoient et mettoit chascun par escript che que le maistre avoit dit. en telle maniere furent premierement les clergies con trouvees et avancees. Et tant travelleirent et est dierent quilz sceurent de par nostre seigneur du quel toute science naist et habonde grant partie de che qui en est. Mais che ne fut mie en pau de tamps ainchois y misrent bien longuement et moult y estudierent et entendirent. Et ceulx qui furent premerains tout che quilz entendoient et savoient mettoient par escript au mieulx quilz povoient

Last edit 25 days ago by Marie Richards
Page 47
Needs Review

Page 47

xv

pour che que ceulx qui apres vendroient et qui sen voldroient entremettre eussent tous leurs escrips et que ilz traveillassent tousjours en la science com me ilz paravant avoient fait. Tout che que ilz veirent et trouverent le misrent en compilations et fisrent tellement chascun a leur temps que ilz misrent plus de deux mille et quatre cent ans ain chois que par leurs labuers et continuelz estudiemens ilz eussent acquis les sept ars liberaux et mis en samble mais il tindrent a bien emploie le traveil et la paine quilz y misrent. Car ilz savoient par leur sens et par leur clergie tout che qui advenoit en terre par nature quant ilz y voloient mettre leur cure. Si ne se esbahissoient pas quant ung cas merveilleux advenoit en ciel ou en terre. Car ilz scavoient bien enquerre la raison pour quoy ces stoit puis quil advenoit par nature si en amoient dieu trop plus quant ilz veoient tant merveilleu ses vertus. Et en veillerent par maintes nuits a tresgrant joie et a grant estude de ce quilz trou voient si haultes besoingues dont ils samenderent

Last edit 19 days ago by Marie Richards
Page 48
Needs Review

Page 48

tellement envere nostre seigneur que ilz congnoissoient verite et laissoient la vanite de che monde qui si pau vault pour parvenir a la joie qui jamais ne faul dra. dont plente de notables philosophes en moru rent a tort et sans raison. pour che quilz avanchoi ent droituriement aux grans seigneurs et leur bail loient beaux exemples en leur blasmant leurs malvaisties et les extorsions quilz faisoient aux pluseurs. Si leur preschoient droiture et verite. et ceulx qui croire ne les voloient et qui avoient hon te de che que par eulx estoient blasmez les faisoient bouter en leurs prisons ou ilz les faisoient morir a griefz tourmens pour che que ilz leur remonsto ient la verite et dont ilz estoient certains. Ainsi com me fisrent les sains et les saintes qui souffrirent mort et passion pour la loy de jhesucrist que ilz vo loient exaultier Se y eult de telz philosophes qui par leur sens prophetiserent le saint temps de la venue du benoit ihesucrist. sicommme virgille le dist Le quel fut au temps de cesar a rome dont plen te de gens en furent depuis meilleurs que par

Last edit 19 days ago by Marie Richards
Page 49
Needs Review

Page 49

xvi

avant ilz navoient este. Car il dist que une nou velle lignie sestoit esjoie du ciel qui feroit vertus en terre dont le diable seroit vainquu. Sur quoy saint pol qui vey ses escrips lesquelz moult prisa dist . a coeur irastu pour che quil navoit este christien ha quel je teusse rendu a dieu se tu eusses vescu tant que je fusse a toy venu. Aultres philosophes y ot dont chascun dist de bons mots et de merveilleux. Mais nous ne povons pas orendroit racomptes tous les biens quilz en dirent Car ilz fusrent preudhommes et vaillans veu quilz misrent en avant clergie Car se ne fust par clergie len ne sceust que dieu fust. Et se ilz ne fuissent si preudhommes comme ilz estoient jamais ne fust si grant clergie comme il est oren droit. Et len si peust bien encores trouver apres Et se ils fussent autelz comme ilz estoient pour lors que premierement trouverent clergie. Mais elle va orendroit tout a neant si que a pau quelle ne perist. Car au jourdhuy les gens ne voient goute pour tant que ceulx qui devissent entendre aux vertus et les aultre aprendre et enseignier et don

Last edit 19 days ago by Marie Richards
Page 50
Needs Review

Page 50

ner exemple de bien faire ce sont ceulx qui le recu lent et eslongent . mais tout ce procede par leur folie. Car nul ne tient clergie a vertu se il ne layme et si applicque de tous poins. mais ne enquierent les pluiseurs fors avoir la lye et delaissent le vin. Car nul ne quiert mais si non den savoir autant quilz en puissent conquester la pecune. Et quant ilz en ont largement assamble ilz valent piz que devant Car la pecune les a si sourpris que ilz ne poevent entendre a aultre chose. Il est plente de povres clercs qui volentiers aprendroient se ilz en avoient le po voir si ny poevent ainsi entendre pour che quilz ont de quoy furnir a leurs necessitez tant pour avoir des livres comme pour eulx vivre et aultres choses. Ainchois sont constrains de querir aultre ment leur vie. Car les riches ont desia tout saisi tant que les povres en demeurent nudz et tres souffre teux. Ancores sont plente de riches clercs qui ont des livres sans nombre duns et daultres richement adoubez pour che que len les tiengue a saiges et a bons clercs. Car ilz nen quierent plus avoir que

Last edit about 1 month ago by Marie Richards
Page 51
Needs Review

Page 51

xvii

le loz des gens. Et font ainsi comme le cog le quel gratoit dedens le paillier la ou il queroit sa pen ture. Tant grata en celui paillier quil trouva u ne gemme riche et pretieuse qui rendoit grant clarte. Lors la prist a regarder et plus nen fist. et la laissa tantost ester Car il ne demandoit point de gemme pour che que trop mieulx amoit a querir sa penture. Pareillement est il des moins saiges clercs convoiteux qui ont les pretiens livres adou bez richement et bien qui ne les font si non re garder par dehors tant comme ilz sont nouveaux et beaux leur samblent si les regardent aucune foiz moult volentiers et sen passent a tant . puis se tournent incontinent daultre part et pensent de leurs venters emplir et de parvenir a leurs folz desirs. Et assez pourroient aprendre se ilz y vou loient entendre. Car ilz en ont bien le povoir et por roient bien autressi faire comme fisrent les preudhom mes par cy devant lesquelz par leur traveil estude et diligence trouverent premierement les clergies Mais ilz ont lentendement fol et desvoie et pour

Last edit 26 days ago by Marie Richards
Displaying Page 21 - 30 of 254 in total