Manuscripts from the Walters Art Museum

Pages That Need Review

Walters Ms. W.199, Gossouin of Metz, Image du Monde

Page 152
Needs Review

Page 152

a present nommee engleterre a comme len dist une fontaine et ung perron au pres. mais quant len get te leaue dicelle fontaine sur le perron il en comen che par illec a plouvoir a venter a tonner et a esclistrer merveilleusement. En celle terre a une maniere de gens comme len dist qui portent ung petit de coue au bout du fil des rains. Aussi furent jadiz veuz en franche une maniere de gens qui furent cornuz. devers les mons de montius vous trouvez plente femmes qui ont boces dessoubz le menton qui leur pendent aux aulcunes jusques aux mamelles. Et laendroit sont telles tenues pour belles. Aultres gens ya qui ont grans bo ches sur le doz et sont aussi courbes comme cro chets et ceulx qui voient toutes ches choses sou venteffoiz ne sen merveillent gaires. Aussi len voit en celle contree bien souvent naistre en sans sours et muets. Et de ceulx qui ont natu re dhomme et de femme. Ancores yont souvent este veux aulcuns enfans venir sur terre les ungs sans mains. et les aultres sans bras

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 153
Needs Review

Page 153

lxviii

De la maniere et condition des bestes dicelles contrees LE regnart est de telle condition qui se part du boiz et va aux champs. et illec s'estent faisant le mort pour prendre les oyseaux. Quant le cerf voeult renouveller son eage il mengue daulcune beste venineuse. Se le bot treau our crapault ou prengne mort lomme ou la femme ilz sont en dangier den recepvoir mort. Sou vent a este veu advenir la salive de lomme a ieng occist communement lyraigne et le botreau silz y touchent. Se ung loup et ung homme se entrevoi ent de loings celui qui est le premier veu devient tantost eurone. Le loup emporte la brebis sans la grever doubtant quelle ne crie et quil ne soit sieuy et puis la deveure en son repair quant il la por tee jusques au boiz. Et se en la portant est con straint de la laissir il lestraint de toute sa force au partir Lyraigne de sa propre nature tist de ses en trailles le file dont elle fait ses trailles pour y pren dre es mouches quelle mengue. Quant la singes se a deux faons elle en ayme lun trop mieulx que

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 154
Needs Review

Page 154

laultre. Car elle porte laisne entre ses bras et le maisne le sieut a piet au mieulx quil poeut. Le chien garde les biens de son seigneur si quilz sont garantiz contre les hommes et les bestes. Et sur tous aultres il recognoist son seigneur a son alainne. Si layme de tant bon amour que souvent advient que soit droit out tort il ne le voeult habandonner jusques a la mort. et tant est dolant de la mort de son mai stre quil en pert souventeffoiz la vie. En angelter re a en aulcuns lieux une maniere de chiens qui vont querir les larrons la ou ilz le treuvent et les amainnent. La moustele qui est moult petite beste occist la basilisque en le combatant si lon guement quelle la mord oultreement. Elle de sa nature remue si tressouvent ses faons de lieu en aultre que a tresgrant paine les poent nulz trou ver. Le hyrchon abat les pommes de larbre puis se frote dessus tant quil les enfiche en ses aguillons Et quant il se sent chargie autant comme por ter en pent. il sen va vers son repair chantant et menant son deduit. Et se aulcune beste lui veult

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 155
Needs Review

Page 155

Lxix

mal faire il se reduist comme en une boule son groing et se pies nuichies. et se arme des aguillons dentout sa peau tellement que nulle beste ne lose atouchier doubtant ses pointures. Laiguel qui onc ques ne vit le loup de sa propre nature le doubte et le fuit. mais il ne doubte pas les aultres bestes ains va hardiement entre elles. De la maniere LAigle des oyseaulx dicelles contrees. de sa nature prent ses faons par leurs ongles a son becq. et celui qui se tient fermement ayme moult et le garde aupres de lui. mais celui qui se tient foiblement laisse aler et ne sen prend garde. Quant laigle est moult viel il vole tant hault quil passe au dessus des nues et tient si longuement sa veue au soleil que il la toute per due et arse et que ses pennes sont toutes brulees Adont il chiet aval tout en ung mont en ung eaue que il a paravant choisie et a en telle maniere sa vie renouvellee. Et quant son becq est trop long il le brise et ront a une dure pierre et le raguise. Quant la tourterelle a perdu son

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 156
Needs Review

Page 156

masle quelle a premierement congneu jamais aultre masle naura ne ne se asserra sur arbre vert Ains sen va par les arbres secs amours continuel lement gemissans. Lostrice de sa nature mengue bien le fer ne ja ne lui grevera en riens. Quant le hayron voit la tempeste venir il se eslieve en hault tant quil es jusques audessus des nues pour eschiever celle pluie et celle tempeste. Se la cauwe treuve or ne argent elle de sa nature lemble et le [mu?]che ou repont et qui aulcunefoiz ot sa voix il semble proprement quelle parle. Le torbel cuide estre le plus bel oysel de tous es autres et le mieulx chantant. Se ses faons sont blancs en riens quil soit jamais bien ne leur fera jusques ad che que ilz se ront tous noirs. lors que len regarde le paon il tourne sa queue alentour de lui. pour che que len prise et loe sa beaulte. Et fait de toute sa belle queue ainsi comme une roe tant se enorguillist de ses belles plumes. Mais quant il regarde devers ses pies qui sont laiz a veoir il laisse sa queue che oir pour en cuidier couvrir ses pies. Lostoir et

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 157
Needs Review

Page 157

Lxx

lesprenier prendent leurs proies par les rivieres Mais les domestiques et apris la raportent a leur seigneur qui che leur a apris. Le coulon est simple oyseau et de sa nature nourrist tresbien les piugons dun aultre coulon. Et apperchoit tresbien en le yaue par lombre quil voit dedens quant lostoir le veult prendre. La huppe est ung oyseau crettez qui en vilitez et en ordures demeure plus volentiers que aultrepart. Qui une heure soideroit du sang de la huppe et puist alast incontinent dormir en son dormant lui seroit tantost aduiz que les ennemis denfer vendroient a lui et que estrangler le voul droient. Le rossignol de sa propre nature il chante bien et si longuement que aulcunefoiz il meurt en chantant. Et laloette pareillement muert ain si moult souvent. Le cisne est tout blanc pardehors et pardedens il est tour noir. il chante souvent de vant sa mort. pareillement font souvent maintes gens de telz choses et de moult daultres se merveil leroient plente de gens qui jamais nauroient de telz propoz ouy parler comme nous les trouvons

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 158
Needs Review

Page 158

yci. Car en cestui livre nous y trouvons sou vent des besognues et raisons telles dont len se merveilleroit fort qui ne les auroit aprises a oyr et veoir Des diversitez daulcunes choses communes PLente de choses sont moult appertes dont fort couvertes sont les raisons et dont les gens se merveillent moult petit pour che quilz les voient moult souvent. Le vif argent est de telle maniere que il soustient une pierre sur lui che que oile ou eaue ne pourroient faire. car la pierre sen yroit au fons. La chaulz vi ve a la froide eaue si tost eschauffee que len ny pour roit souffrir la main. Les rayz du soilei blondissent les cheveulx. mais ilz norchissent la char de lomme Aussi ilz blanchissent les toilles et la terre qui est moitte et mole font dure et seche. et la chire qui est dure remettent et font mole. Si fait len de leaue froide en ung vaissel de voire. le feu encontre le so leil. et du cristal pareillement. Aussi de hurter le fer a la pierre sault il feu tout alume. Le vent qui est froyd esprend le feu et lemflambe et le fait

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 159
Needs Review

Page 159

Lxxi

plusgrant. Alaine dhomme qui est pesante et de tres pesante nature se tient ou milieu de lair sans piler et sans fondement seulement par nature. Et pour che est celui fol qui se merveille de chose que dieu fache. Car nulle creature na le povoir de monstrer raison pour quoy elles sont ou non. Car il nest nulle chose tant soit petite dont len puist savoir la glose a la verite comme elle est fors tant comme il plaist a nostre seigneur. Par estre fonde en clergie poent len savoir et entendre raison daulcunes choses et aussi par nature si que raison ny scet que reprendre tant comme ung homme en puisse enquerre qui euvre en terre par nature. Mais nul si ne pourroit sa voir pour quoy ne comment elles sont faittes Che ne pourroit nul savoir certainement fors dieu seulement qui la raison en scet et entendent .pour NOus savoir ou enfer siet et que cest:- vous avons declaire et devise la terre pardehors au mieulx que nous avons bonnement peu Mais ores est expedient apres che que dit est de savoir et enquerre quelz lieux et

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 160
Needs Review

Page 160

quelles mansions il a et poeut avoir par dedens la terre Et se cest paradis enfer purgatoire lymbe out aultre ment. et laquelle chose dicelle vault mieulx et laquelle vault piz. Au regard de moy il mest adviz que celle man sion qui est en la terre enfermee comme dit est. est enfer Je le di pour tant car enfer ne pourroit nullement estre en lair qui est ung tant noble lieu. aussi puis je fran chement maintenir que il nest pas ou ciel. car le lieu est si tresexcellent pur et net quil ne le pourroit endu rer pour che que enfer est horrible puant et lait et obscur Aussi il est plus pesant que nulle riens qui soit pour quoy len poeut tout clerement entendre que enfer a fait son estre ou plus bas lieu ou plus obscur et ou plusvil de la terre. Et comme desia je vous dit ay et les causes pur quoy en verite il ne pourroit estre en lair et mains es cieulx. Car il est de tous poins contraire a paradis qui est out ciel la sus. Autant comme deux lieux sont lun a laultre contraires dont en lun nest trouve fors tout gloire et consolation. Cest paradis. Et en laultre nest parle que de toute tribulation Cest enfer Et pour che sest il trait ensus de lui au plus quil poeut et est

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Page 161
Needs Review

Page 161

lxxii

ou milieu de la terre. Je ne di pas que enfer ne soit ail leurs quelque part que che soit. Car apres la mort a pai ne et doleur qui la desseruy. Et quant il seroit mis la sus ou ciel. Si aurdit il ancores assez piz. Tout ainsi quil seroit daulcun homme qui auroit une grande maladie tant que il deuroit morir Et on le metteroit en ung beau lieu et plaisant pour avoir joie en so laz dautant seroit il plus tristre plus dolant quant il verroit que aidier ne se pourroit ne prendre aul cun esbatement. Pareillement seroit il de ches mal eureulx et chetifz qui sont par leurs demerites con dempnez en enfer qui yci nous voulons bien am plement declairer pour mieulx finer nostre livre Or veullies escouter et nous vous deviserons com ment enfer siet ou milieu de la terre et de quelle na ture il est. Et des inestimables tourmens que ceulx ont qui laiens sont mis et condempnez vous avez tresbien entendu comment par nature les qua tre elemens tiennent lun en laultre. Si que la terre est ou milieu et se tient ou milieu du fir mament. Tout ainsi a dedens la terre ung lieu

Last edit over 1 year ago by Marie Richards
Displaying pages 131 - 140 of 259 in total